Feb 14, 2020 20:28 UTC
  • Mise en garde russe à Ankara

Le ministère russe des Affaires étrangères a estimé inacceptable l’utilisation abusive par la Turquie des événements qui se produisent à Idlib, appelant les autorités turques à éviter les déclarations provocatrices.

Le secrétaire général du « Parti d’action nationaliste », Devlet Bahçeli, a accusé Moscou d'avoir « tué et blessé » des militaires turcs lors de l'offensive de l’armée syrienne à Idlib. En réponse, le gouvernement russe a conseillé aux responsables turcs d’éviter les déclarations provocatrices.

Jeudi, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué, publié sur le site de la chaîne RT:

« Nous croyons que l'abus d'incidents tragiques visant à obtenir des privilèges politiques [en Turquie] est inacceptable. »

Le ministère russe des Affaires étrangères a par ailleurs appelé les députés et les responsables turcs à éviter fortement de telles « déclarations provocatrices qui n'aident en rien les négociations constructives entre les deux pays sur le dossier syrien ».

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a à son égard précisé :

« Il ne faut pas oublier que toutes les zones de désescalades, créées en Syrie sont constituées pour une période temporaire et cela ne doit en aucun cas porter atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Syrie ou arrêter la lutte contre les terroristes connus des Nations Unies. »

« La priorité absolue de la Russie est de diminuer le niveau de violence sur le terrain et d’essayer de trouver une solution globale pour mettre fin au problème d'Idlib », a souligné Zakharova.

Mercredi, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé l'Iran et la Russie de soutenir l'armée syrienne dans ce qu’il a qualifié d’offensive contre les civils à Idlib et il a pour cela menacé Damas et ses alliés.

Auparavant, le ministère russe de la Défense avait dénoncé aussi Ankara pour son désengagement envers l’accord de Sotchi en considérant le gouvernement turc comme étant responsable de la crise actuelle dans cette province syrienne.

 

Mots clés

commentaires