Feb 15, 2020 06:38 UTC
  • Ansarallah abat un Tornado!

Le secrétaire d'État US, Mike Pompeo a raison de paniquer et de délirer en pleine conférence de Munich en prétendant que l'USS Normandy aurait intercepté en mer d'Arabie un bateau de pêche avec des "missiles iraniens" à son bord se dirigeant droit vers le Yémen, c'est-à-dire Ansarallah! Pompeo et avec lui toute la coalition d'agression ont tout fait pour éviter l'émergence d'un "Hezbollah bis" en mer Rouge.

Force est de constater que ce Hezbollah, est là, bien triomphant : vendredi 14 février, Ansarallah a abattu en plein ciel de Jawf, province limitrophe de la province d'Asir dans le sud saoudien, un avion de chasse Tornado. Cette méga "chasse" intervient au terme de trois mois de franc succès en termes de défense aérienne pour la Résistance yéménite marqué par la destruction de pas moins de 30 drones de fabrication américaine, chinoise et autre. 

Le porte-parole des Forces armées yéménites, le général de brigade Yahya Saree est revenu ce samedi 15 février sur ce spectaculaire abattage, affirmant qu’un avion de combat Tornado, appartenant à la coalition d’agression saoudienne, avait été abattu en plein ciel, reconnaissant à terme à peine voilés, la précision du tir de la DCA de la Résistance : « L’appareil a été abattu par un missile sol-air sophistiqué », a ajouté Yahya Saree, sans aucun autre commentaire, avant de lancer une mise en garde que les Saoudiens, les Émiratis et les Américains et surtout leurs alliés de l'OTAN et d'Israël ont tout intérêt à prendre au sérieux le fait que "le ciel du Yémen n’est plus sûr pour les forces d’agression" et qu' "elles devront réfléchir désormais à deux fois avant de mener la moindre opération".

La destruction de cet avion de chasse en plein ciel de Jawf intervient alors qu'Ansarallah a compté il y a deux jours le trentième drone d'agression qu'il a abattu à coup de ses missiles air-sol.

Des sources proches d'Ansarallah affirment que des engins qui font de plus en plus le malheur des avions et des drones de la coalition d'agression ont la particularité d'être guidés par des dispositifs thermo-optiques qui en l'absence d'un système de radar de la DCA intégrée au Yémen, réussissent merveilleusement à "identifier à l'aide d'un censeur passif" la cible, ce qui prive la DCA saoudienne composée de différentes composantes sensibles, elles, aux "censeurs actifs" de toute initiative. 

Sur le terrain, cette même province de Jawf s'est transformée ces derniers jours en un véritable enfer pour les Saoudiens et leurs mercenaires. Alors qu'Ansarallah se trouve aux portes de Maarib, principal bastion des pro-Hadi et qu'il ne lui faut qu'un tout petit effort pour s'en emparer, à Jawf l'armée et ses mercenaires ont perdu des positions stratégiques, ce qui a permis à Ansarallah d'avancer vers Asir, la province du Sud saoudien. Selon des experts, Riyad a été poussé à rapatrier de gros bataillons sur les frontières du sud, car désormais le front Riyad/Ansarallah s'est élargi de plusieurs dizaines de kilomètres. D'où ce nouvel embrasement à Jizan.

Une contre-offensive, vendredi, a en effet coûté la vie à des dizaines de forces saoudiennes et leurs supplétifs à Jizan. Signe que l'Arabie des Salmane est définitivement perdante sur son flanc Sud. Deux jours auparavant, les combattants yéménites ont repoussé une offensive d’envergure des forces de la coalition saoudienne sur les frontières du sud de l’Arabie saoudite, à l’issue de trois heures d’affrontements. Dépitée par les échecs cuisants qu’elle a subis pendant les deux dernières semaines à Nehm, à l’est de Sanaa, et dans les provinces de Maarib, d’al-Jawf, de Taëz et d’Ibb, la coalition USA/Israël/monarchies arabes en est désormais à craindre les missiles sol-air de la Résistance. 

Mots clés

commentaires