Feb 17, 2020 07:03 UTC
  • Syrie: la base US frappée!

Dimanche, alors que l'armée syrienne et des combattants de la Résistance libéraient, après sept ans d'occupation, les dernières localités occupées d'Alep, Lairamun et Kafr Hamra, tout en reprenant le contrôle du quartier stratégique de l'Association Al-Zahraa, principal champ de bataille de la ville d'Alep pendant près de sept ans, une autre bataille engagée il y a quelques jours se déroulait plus à l'est.

Depuis que la guerre de libération d'Idlib a franchi le seuil de l'irréversible tous les indicateurs montrent que la guerre Résistance/USA est proche. Et cette guerre aura très probablement pour le théâtre les frontières syro-irakiennes. Depuis cinq jours, la Résistance irakienne opère dans une zone de 27 000 kilomètres carrés étendue entre les frontières syro-jordaniennes, tout en surveillant le moindre agissement des forces américains.

Selon le site militaire Al-Masdar News, la plus grande base militaire américaine en Syrie, placée sur le point de passage syro-irakien, à savoir al-Tanf, a été ce lundi matin frappée. Les USA qui y détiennent quelque 900 soldats ont dressé un "périmètre de 55 kilomètres" tout autour, espérant pouvoir éternellement y préserver leur présence.Or cette présence n'est plus du tout de toute quiétude. 

Il y a quelques heures, une première opération commando a eu lieu contre la base al-Tanf, soit le QG des opérations US/Israël dans l'est. Selon le site qui reprend les rapports des groupes terroristes, des "tirs nourris" ont visé les positions de l'armée américaine et des terroristes à la solde des USA qui contrôlent cette région pétrolifère. Le rapport n'en parle pas mais il se peut que les GI's aient été visés par des roquettes. 

Il n'y a pas de commentaires officiels du commandement américain là dessus et ce silence en dit long sur les tensions croissantes qui existent désormais à l'est syrien et qui risque de déboucher d'ici peu sur un conflit majeur. Le site russe Avia.pro, évoque de son côté un premier face-à-face d'envergure avec en toile de fond "des morts côté des terroristes pro-US ainsi que la saisie des équipements militaires", "ce qui indique la volonté de l'armée syrienne et des forces de la Résistance d'amorcer l'opération d'expulsion des forces d'occupation US". En effet, ce dimanche une première manifestation anti-américaine a éclaté en pleine ville d’al-Safira à Deir ez-Zor.

C'est une ville tout proche de Hajine, localité que les USA ont bombardée en printemps dernier par du phosphore blanc, quitte à déclencher un antiaméricanisme indéfectible. La ville s'est insurgée dimanche contre l’occupation américaine.

Les habitants de la ville d’al-Safira ont manifesté contre la présence américaine. ©Farsnews

Les manifestants ont réclamé le retrait des forces américaines de leur pays et ont demandé des armes pour les combattre. «En brûlant des pneus les manifestants ont également bloqué la route Raqqa-Deir ez-Zor tout en s'en prenant aux FDS», selon ce rapport qui évoque le ralliement des "centaines de jeunes des tribus arabes de Deir ez-zor aux rangs de l'armée syrienne pour se battre contre les forces d'occupation américaine. C'est une première dans la mesure où Deir ez-Zor a été la première province à avoir déclaré la guerre à l'armée syrienne. Et les Américains semblent avoir bien compris ce changement de cap. 

Le 8 février dernier, un convoi de 140 véhicules transportant d’équipements militaires est entré en Syrie via le point de passage Simalka dans le nord de l’Irak. Ces équipements ont été remis aux forces américaines. Le 16 février, un autre convoi composé de 55 véhicules militaires a quitté l'Irak toujours pour la Syrie se dirigeant vers la province pétrolière de Hassaké dans le nord-est de la Syrie. "Les Américains se sent totalement pris entre deux feux : à al-Anbar, les Hachd les attendent de pied ferme et à Deir ez-Zor, outre l'armée syrienne et la Résistance, c'est la population locale qui veut s'armer contre eux. L'armée de l'air US pourrait leur faire face? C'est la question qu'on se demande vu que les batteries de la DCA syrienne et de la Résistance commencent peu à peu à apparaître à l'est, là où les USA les attendent le moins, affirme un expert.

 

Mots clés

commentaires