Feb 22, 2020 07:13 UTC
  • Israël/Force Qods: 1er clash?

Aux premières heures de la matinée du vendredi, une opération militaire particulièrement complexe impliquant à la fois des drones de combat et des missiles a visé le terminal pétrolier de Yanbu à l'ouest saoudien, frappe revendiquée quelques heures plus tard par Ansarallah qui a affirmé en révéler de plus amples détails dans les jours à venir.

S'il est vrai que les médias saoudiens ont tenté cette fois et au contraire de toute les autres fois, d'en limiter la portée en affirmant avoir intercépté les missiles, craignant sans doute qu'Aramco soit cette fois mis totalement K.O., les Israéliens, eux, ne l'ont pas perdu de vue.

En effet, depuis le 3 janvier et l'assassinat du commandant en chef de l'axe de la Résistance à Bagdad, les événements prennent une très fâcheuse tournure pour Israël : En Syrie, Alep est libéré et Idlib est sur le point de l'être et l'armée et ses alliés de la Résistance ont déjà entamé leurs premières attaques anti-US à l'est de l'Euphrate. la Russie, jusqu'ici réticent, a déclaré la guerre à Israël et n'hésitera désormais à abattre les chasseurs israéliens. En Irak, les Hachd dominent le terrain militaire, ayant réussi en un mois à encercler les troupes US et à les neutraliser dans le ciel. 

Les Éats-Unis en sont à chercher à se faire supplanter par l'OTAN qui elle, n'en a pas non plus ni trop envie ni le courage. Quant au front intérieur, le Deal du siècle a uni la Cisjordanie et Gaza contre un Israël dont l'armée se dit totalement démunie si la "guérilla palestinienne" se poursuivait. Paradoxalement, le front Nord, celui opposant Israël au Hezbollah, parait au régime sioniste le "plus logique", c'est-à-dire le moins "imprévisible", ce qui ne dit long sur les déboires que connaît en ce moment l'entité sioniste. Il y a deux jours l'ancien chef de la Sécurité israélien, Yaakov Amirdror, s'opposait lors d'une conférence publique à toute idée d'élimination physique de Nasrallah car "les choses s'empireront surtout qu' Israël ne saurait tenir face à une riposte du Hezbollah et encore moins face à une frappe d'envergure iranienne".

L'analyste militaire Alex Fishman reprend l'idée et dénonce "la propagande électorale de Bennett et Netanyahu" qui "magnifie la puissance et la splendeur d’Israël tout en sous-estimant ses ennemis" : « Selon quoi exactement le ministre de la Défense, Naftali Bennett, a-t-il déterminé que l’emprise de l’Iran sur la Syrie se desserre? Sur base de quelles données, Bennett prône-t-il une confrontation directe avec l'Iran? Je doute fortement que les services de renseignements israéliens puissent nous fournir un rapport de situation clair sur un changement de stratégie aussi radical du côté iranien, juste un mois après l’assassinat de Qassem Soleimani par les États-Unis, chef de la force d’élite Qods au sein du Corps des gardiens de la révolution iraniens (IRGC). Certains en Israël semblent sous-estimer l’héritier de Soleimani, Esmail Qaani, tout comme ils ont sous-estimé le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah. Le contexte très particulier de la région pourrait conduire Qaani à prendre des décisions militaires beaucoup plus radicales et Israël n'en échappera pas. Il ne fait aucun doute que le CGRI est sur le point de reconfigurer sa stratégie et le fait de choisir Mohammad Hejazi comme adjoint de la Force Qods n'a rien de rassurant. »

Et l’analyste d'ajouter : « Hejazi a été le commandant du département  libanais des CGRI, l'homme par qui les missiles de haut précision seraient arrivé au Hezbollah...Le plus gros bluff de tous est l’affirmation de Netanyahu selon laquelle Benette aura été de prétendre qu'Israël est le huitième pays le plus puissant du monde. Cette huitième armée du monde pourra-t-elle contrer les missiles de haute précision du Hezbollah? Les principales institutions de recherche du monde entier signalent en fait une baisse de la force militaire d’Israël au cours de la dernière décennie. Ce vendredi les Houthis yéménites ont repris leur attaque au missile contre Riyad, signe que la Force Qods vient d'effectuer une première étape de sa reconfiguration. Le vendredi 14 février, Ansarallah a abattu un avion supersonique et ce vendredi elle a lancé une attaque identique à celle du 19 septembre contre le porte pétrolier Yanbu. Le signanl est trop fort. Bennett n'a aucun intérêt à pousser la force Qods à nous tirer dessus. » 

Mots clés

commentaires