Feb 26, 2020 09:07 UTC
  • Idlib: un Pearl Harbor à la turque?!

Certains analystes politiques et militaires n'écartent plus une possible folie d'Ankara à l'approche de ce qu'Erdogan a qualifié d'ultimatum à l'adresse de la Syrie et de la Russie.

Certains analystes politiques et militaires n'écartent plus une possible folie d'Ankara à l'approche de ce qu'Erdogan a qualifié d'ultimatum à l'adresse de la Syrie et de la Russie. Sohu, magazine militaire chinois, prévoyait même qu'Erdogan, à l'instigation de Washington et de l'OTAN finissent par envoyer ses F-16 dans le ciel syrien pour bombarder les positions de l'armée syrienne et de ses alliés, quitte à faire des chasseurs de l'armée de l'air turque, des "avions-kamikazes" et à reproduire un "Pearl Harbor à la turque"!

Réseau Rojawa, site des kurdes de Syrie croit savoir que la Turquie aurait meme fait la demande aux Etats-Unis de l'armer des missiles Patriot en lieu et place des S-400 car " Ankara pense que la Russie n'est pas un partenaire honnête et fiable" et que par conséquence les "S-400 " ne pourraient pas être efficaces". Tout ceci indique que la Turquie se dirige vers une solution extrême surtout que l'armée syrienne et s es alliés continuent à aller de l'avant. 

En effet, les forces de l’armée syrienne sont parvenues à prendre le contrôle de la ville de Kafranbel située au sud de la province d’Idlib. La chaîne Russia Today citant une source au sein de l’armée syrienne a confirmé la libération de cette ville. Une réalisation rendue possible grâce aux militaires syriens qui ont libéré le village stratégique de Hass à l’est de Kafranabel.

Au fait, la ville de Kafranabel a été l’un des plus importants bastions du groupe terroriste du Front al-Nosra (rebaptisé Hayat Tahri al-Cham), dans la région de Jabal Al-Zawiya, dans le Rif sud d’Idlib. Mardi après-midi, l'armée syrienne a libéré les villages de Ba'rabu, Basqala et Hass à l'est de Kafranabel, signe que l'effondrement des positions terroristes se poursuit à une effroyable cadence pour le camp d'en face et que la reprise d'Idlib n'est plus réversible. Le porte-parole du Kremlin a par ailleurs rejeté l'idée d'un sommet Russie-OTAN, au nom d'Idlib, ce qui prouve la détermination de la Russie à soutenir la Syrie dans son entreprise de reconquête d'Idlib : surtout que Peskov a mis l'accent sur son opposition à ce que la France et l'Allemagne prennent la place de l'Iran dans les pourparlers tripartites. 

Mais à quoi Ankara devra s'attendre s'il continue à danser au bord du volcan?

Un "Pearl Harbor turc", propre à briser la chape antimissile au-dessus de la Syrie, chape qui couvre aussi une grande partie de l'Irak, serait fatale pour l'armée de l'air turque, estime la publication chinoise Sohu. Les prémices de ce débâcle à venir en sont déjà là . Le site web Southfront se référant à une vidéo publiée par les médias syriens fait savoir que l'armée syrienne a abattu le 25 février un méga drone de l'armée de l'air turque qui survolait l'est d'Idlib, un « TAI Anka », soit un drone conçu sur base de missile de croisière. Il s'agit d'un drone de l’armée de l’air turque d’altitude de croisière et de longue autonomie que l'armée turque a utilisé pour soutenir l'avancée de ses troupes sur les positions de l'armée syrienne dans la région de Nerab. 

Le drone turc non étranger avec la technologie de l'OTAN a été abattu par la DCA syrienne, secondée par des chasseurs russes. Un expert des questions militaires souligne que « le drone volait  à une hauteur dépassant considérablement les capacités du ZSU-23 Shilka, du ZRSK et du Pantsir-S, ce qui prouve qu'il a été abattu par un élement jusqu'ici inconnu dans la DCA syrienne. Un scénario similaire s'est produit il y a deux jours quand Israël a tiré des missiles depuis le Golan occupé contre le sud de la capitale, missiles en quasi totalité interceptés par "ce membre inconnu" de la DCA syrienne. 

"Une frappe massive des F-16 turcs est parfaitement possible, mais dans ce cas, le clash sera particulièrement sanglant via la DCA syro-russe très active composée de S-400 à Hmeimim, de Pantsir, de S-300 précédemment livrés pour accroître les capacités du système de défense aérienne syrien. Au fait, les missiles de l'armée de l'air turque tels que définis par les USA et l'OTAN seront-ils capables de percer cette DCA très complexe qui barricade à la fois le ciel syrien mais aussi une partie du ciel irakien? 

L'armée de l'air turque compte plus de 250 chasseurs F-16 de divers types, dont le F-16D Block 50. Une éventuelle attaque massive de l'armée de l'air turque serait donc possible, mais les pertes de la Turquie seront incroyablement importantes, dit Sohu qui affirme que la DCA syro-russe intégrée pourrait réserver de belles surprises à l'armée de l'air otanienne. 

Mots clés

commentaires