Apr 03, 2020 07:54 UTC
  • Russie: Riyad jette l'éponge

L’Arabie saoudite a appelé jeudi à une réunion « urgente » de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d’autres pays, dont la Russie, afin de parvenir à un « accord équitable qui rétablira l’équilibre des marchés pétroliers », a annoncé l’agence officielle saoudienne SPA.

« Cet appel intervient à la demande du président américain, Donald Trump », qui a eu jeudi un entretien téléphonique sur ce sujet avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, a ajouté SPA.

Le président Trump a évoqué jeudi un possible accord entre l’Arabie saoudite et la Russie, engagées dans une guerre des prix du pétrole, sur une baisse de dix millions de barils.

Le président américain tente ces derniers jours d’apaiser les tensions entre Riyad et Moscou qui se livrent une guerre des prix du brut, provoquant un cataclysme sur les marchés de l’or noir.

La Russie, deuxième producteur mondial, mais non membre de l’OPEP – a refusé le mois dernier une réduction de la production mondiale de brut afin de compenser une baisse de la demande provoquée par la pandémie du nouveau coronavirus. 

Face à ce refus, Riyad a procédé a de fortes baisses de ses prix et à des augmentations records de production de barils par jour, déclenchant un séisme sur les marchés financiers avec une chute des prix du brut.

L’espoir se prépare pour une trêve dans la brutale guerre des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie, déclenchant un pic record sur le marché pétrolier jeudi.

Les prix du pétrole américain ont grimpé de 35 % à 27,39 dollars le baril après que Trump a déclaré sur Twitter qu’il espérait et s’attend à ce que l’Arabie saoudite et la Russie réduisent leur production entre 10 et 15 millions de barils par jour. Le brut a clôturé avec une hausse de 25 % à 25,32 $ le baril. Cela dépasse le précédent record d’une journée établi il y a exactement deux semaines.

L’Arabie saoudite et la Russie sont enfermées dans une guerre des prix épique depuis début mars, inondant le marché du pétrole de pétrole bon marché au moment où la demande cratère en raison de la pandémie de coronavirus. Le pétrole brut est tombé à son plus bas niveau en 18 ans, écrasant les sociétés pétrolières et les valeurs énergétiques américaines.

« Le partage du fardeau »

Bien que Trump ait suggéré que les coupes profondes proviendraient uniquement de l’Arabie saoudite et de la Russie, certains signes indiquent que l’OPEP recherche d’autres pays, y compris peut-être les États-Unis, pour y participer.

La demande, pas l’offre, est le problème n° 1

Les réductions de production de la Russie et de l’Arabie saoudite allègeraient une grande pression sur le marché pétrolier.

Cependant, la principale cause du crashe pétrolier est la faiblesse de la demande et non l’offre excédentaire. Les restrictions extrêmes imposées pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont provoqué un effondrement sans précédent de la demande de pétrole. Les autoroutes sont vides. Des avions à réaction ont été garés. Et les usines ne fonctionnent pas.

La demande d’essence aux États-Unis, facteur d’oscillation n ° 1 de la demande mondiale de pétrole, est en train de plonger car la plupart des Américains ont été contraints de travailler à domicile.

Tout cela signifie que même s’il y a une trêve entre l’Arabie saoudite et la Russie, les prix peuvent rester sous pression.

 

Mots clés

commentaires