Apr 04, 2020 14:50 UTC
  • Irak: le Patriot sauvera Israël?

Certains responsables irakiens sous le seau de l’anonymat estiment que le déploiement par les États-Unis des systèmes Patriot en Irak a pour objectif essentiel de protéger le régime israélien et d’assurer la sécurité des frontières du nord de l’Arabie saoudite avec l’Irak.  

Pour la deuxième fois, le gouvernement d’Adel Abdel Mahdi a demandé des explications aux États-Unis à propos de l’installation des Patriot sur le sol irakien, sans qu’ils y répondent.

 Le journal londonien Al-Arabi Al-Jadeed citant un haut fonctionnaire du bureau du Premier ministre irakien a noté que « le gouvernement de Bagdad a dit à Washington que le déploiement de tels systèmes doive se faire dans le cadre d’un nouvel accord officiel entre les deux pays. »

D’après ce responsable irakien, l’administration Trump n’a donné aucune explication à Bagdad à ce sujet. « C’est la méthode suivie par Washington, notamment après la démission d’Adel Abdel Mahdi et la formation d’un gouvernement par intérim », a-t-il dit.

Il a précisé que « les milieux politiques et les commandants de l’armée irakienne ainsi que les responsables du ministère de la Défense sont arrivés à cette conclusion que l’installation des Patriot en Irak est l’objectif stratégique de Washington qui va au-delà de l’Irak, car ce système sera capable de repousser toute attaque au missile de l’Iran contre la Palestine occupée et que le déploiement de Patriot à al-Anbar et à Erbil empêchera de telles frappes ».

Selon cette source, le système Patriot sera en mesure de couvrir une grande partie des frontières de l’Irak avec l’Arabie saoudite, et il servira de « bouclier » face à toute attaque balistique contre Riyad.

« La seule réponse qu’ont donnée les responsables du Pentagone à Bagdad est que l’installation de Patriot est un acte défensif pour protéger les forces américaines et d’autres troupes présentes en Irak dans le cadre de la coalition américaine », selon la même source.

Dans ce contexte, Mohammed al-Baldawi, député de l’alliance al-Fath est d’avis que « l’implantation du système Patriot qui se fait malgré l’opposition du gouvernement et du Parlement irakiens, constitue un autre point sûr pour le régime sioniste ».  

Le député irakien a affirmé que Patriot fera partie du système de bouclier israélien visant à protéger Israël et les intérêts américains dans la région.

Par ailleurs, la commission des relations étrangères du Parlement irakien a confirmé, samedi, l’accusation selon laquelle les normes diplomatiques ne permettent en aucune façon que des ambassades étrangères soient situées en dehors des capitales des pays, à l’exception des consulats, indiquant que les sources qui ont soulevé la question de la tentative des Américains de persuader les pays de transférer leurs ambassades à la base Aïn al-Asad figure parmi les menaces américaines qui ont commencé, il y a quelque temps en Irak.

Un membre du Comité, Amer Al-Fayez, a déclaré dans une interview au site d’information Al-Maalomah que « l’un des principes des lois et des normes diplomatiques des Nations Unies est qu’il n’est pas permis d’établir des ambassades de pays étrangers à l’extérieur des capitales des pays, mais que le droit diplomatique international autorise uniquement la présence de consulats d’ambassades à l’extérieur des capitales, ainsi que des représentations des Nations Unies à des fins humanitaires ».

Il a ajouté que « les informations selon lesquelles les États-Unis d’Amérique cherchent à persuader les ambassades de transférer leurs ambassades à la base d’Aïn al-Asad dans la province d’al-Anbar sont inexactes, même si elles sont vraies, le gouvernement irakien ne le permettra pas conformément au droit international ».

Al-Fayez a souligné que « les sources qui ont soulevé la question de la tentative des Américains de persuader les pays de transférer leurs ambassades à la base Aïn al-Asad font partie des tentatives visant à créer une atmosphère d’anxiété pour la rue irakienne et font partie des menaces américaines qui ont commencé sa commercialisation il y a quelque temps en direction de l’Irak ».

De son côté, Karim Alawi député de l’alliance al-Fath a souligné que le retrait des employés de l’ambassade US d’Irak baliserait le terrain à une attaque contre les positions militaires irakiennes dont celles des Hachd al-Chaabi. « Cette décision de l’ambassade US à Bagdad témoigne du fait que Washington envisage de porter atteinte aux Hachd al-Chaabi et aux groupes de résistance ou bien à leurs leaders et que par l’évacuation des diplomates, il veut les protéger contre toute riposte de la part de la Résistance.

Mots clés

commentaires