Apr 04, 2020 17:48 UTC
  • Iran: USA/EAU jouent avec le feu

Sur fond de la crise mondiale de Covid-19, le Commandement des forces américaines dans la région, CENTCOM, a fait part de la fin de la 5e étape de l’exercice conjoint avec les Émirats arabes unis ; ces manœuvres ne sont pas encore terminées et elles se poursuivent toujours.

Les États-Unis et les Émirats arabes unis ont achevé une série d’exercices bilatéraux de tir réel dans la région du golfe Persique, a indiqué le Central Command (CENTCOM) dans un communiqué.

« L’opération Thundercloud était un exercice d’état-major destiné à accroître l’interopérabilité des missions de tir au niveau du bataillon », a indiqué vendredi le communiqué.

Après cette phase, les militaires américains et émiratis ont organisé un autre exercice militaire baptisé « Iron Union ».

Les militaires américains et émiratis ont suivi un scénario de mission de tir impliquant 15 cibles prévues tout au long du mois de mars, agissant comme une seule unité pour la première fois, selon le communiqué.

Plus tôt ce mois-ci, quelque 4000 soldats américains du Corps des Marines des États-Unis ont participé à un exercice biennal avec des unités des Émirats arabes unis à la base militaire d’Al-Hamra située à 125 miles au sud-ouest d’Abu Dhabi.

L’exercice, surnommé Native Fury, et qui impliquait des déchargements navire-terre de personnel, d’équipement et de ressources humanitaires, a été conçu pour former des Marines de la Force opérationnelle Marine-Air-Ground à usage spécial et des marins de la Marine américaine aux opérations de prépositionnement maritime. En outre, il visait à accroître encore les compétences, à accroître les niveaux de coopération, à renforcer les capacités maritimes et à promouvoir la stabilité régionale à long terme et l’interopérabilité entre les Émirats arabes unis et les États-Unis.

L’organisation des manœuvres conjointes entre les USA et les Émirats intervient alors que la plupart des missions et des opérations militaires de l’armée américaine ont été reportées, sur fond de coronavirus.

La situation sanitaire s’aggrave rapidement aux États-Unis. Avec 1.480 décès en vingt-quatre heures, le pays enregistre le pire bilan quotidien mondial depuis l’apparition du Covid-19.

Au total, le virus y a déjà tué environ 7 400 personnes, pour 277 000 cas enregistrés, confirmant que les États-Unis sont en train de prendre le relais de l’Europe comme nouvel épicentre de la pandémie. Et le tableau est appelé à s’assombrir dans les jours à venir, puisque le pic semble encore loin et que la Maison-Blanche estime que le bilan total pourrait s’élever entre 100.000 et 240 000 morts.

Mots clés

commentaires