Aug 03, 2020 15:57 UTC
  • Missile:

Forts de leurs expériences du passé, des experts iraniens au sein de la force terrestre et la force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) ont réussi à faire parvenir à environ 7 mètres la précision de frappe des roquettes guidées de 122 mm.

Selon un rapport publié par l’agence de presse Tasnim, l’Iran a réussi ces dernières années à transformer des projectiles non guidés que sont les roquettes, en projectile guidé qu’est le missile.

Cette réussite permet de transformer des roquettes stockées en armes de haute précision sans avoir besoin de lancer une nouvelle et entière ligne de production. Il faudra seulement fabriquer les systèmes de guidage et les installer sur les roquettes.

Il s’agit donc d’installer, soit un système de mire et de géolocalisation, soit une tête chercheuse optique ou laser dans la partie antérieure, ainsi que des ailettes aérodynamiques dans la partie postérieure, afin qu’une roquette puisse se transformer en missile guidé.

Cette méthode s’était auparavant appliquée sur les roquettes Fajr-4 et Fajr-5, ainsi que sur les roquettes Naze’at et Zelzal. Le dernier cas d’utilisation de cette méthode concerne les roquettes de calibres 122 mm qui ont ainsi atteint une précision de frappe de 7 mètres.

Cette marge d’erreur réduite par rapport aux précédentes générations permettra d’envisager une plus grande précision de frappe et une plus grande variété de cibles à frapper y compris des routes et des ponts de communication malgré une puissante DCA ennemie. Des hélicoptères à terre et des bâtiments relativement petits seront aussi à portée de tir. Cela signifie que tout missile iranien pourra désormais détruire une importante cible de l’ennemi grâce à cette marge d’erreur minimale propre aux armes à haute précision.

Par rapport aux roquettes de 240 mm Fajr-4 et de 333 mm Fajr-5, transformées en arme à haute précision en utilisant la méthode susmentionnée, le cas de la roquette 122 mm du CGRI est encore beaucoup plus important et névralgique, du fait des complexités techniques qui se présentent au cours de travaux d’optimisation.

Évidemment, à cause de l’accès très limité, il va falloir utiliser de plus petits capteurs à l’intérieur du corps cylindrique de la roquette, ce qui fait monter d’ailleurs un peu la facture. Dans un espace si étroit, il est naturellement beaucoup plus difficile d’installer les dispositifs de tir, la batterie ou les circuits électroniques.

Parvenir à ce niveau considérable de précision de frappe a permis de transformer les roquettes, ayant toujours été considérées comme une arme convenable pour frapper des cibles répandues sur une vaste superficie, en une arme pouvant détruire des cibles répandues sur de petites superficies, ce qui assure une grande efficacité opérationnelle aux forces terrestres lors de combats.

Et en ce qui concerne la roquette de 122 mm, largement utilisée par diverses unités opérationnelles en utilisant divers types de lanceurs notamment des lance-roquettes à tubes multiples, cette efficacité opérationnelle sera encore plus décisive.

En raison de ses petites dimensions et sa légèreté, ce type de roquette a été utilisé en grand nombre ces dernières années par les forces de la Résistance contre l’ennemi dans la région.   

Le Hezbollah libanais a déjà annoncé qu’il disposait d’armes à haute précision, tandis que la Résistance palestinienne à Gaza, une fois équipée de ce type d’armes intelligentes, sera certainement capable de porter des coups durs dans de plus courts intervalles de temps contre l’ennemi sioniste.

Des responsables israéliens ont récemment reconnu que le Hezbollah libanais disposerait d’environ 150 000 missiles dont un millier de missiles intelligents. Cette nouvelle méthode sera-t-elle utilisée dans une plus large mesure afin de transformer, en armes intelligentes, tous les missiles et roquettes de la Résistance ? L’avenir nous en dira plus…

 

Mots clés

commentaires