Aug 08, 2020 09:30 UTC
  • Syrie: Un

En provoquant une explosion d'un type nouveau à Beyrouth, piste qui pour le reste n'a pas été écartée par le président libanais, les Américains auraient cherché évidemment à envoyer un message.

Ce message s'est adressé bien sûr à l'axe de la Résistance qui fait fermement face aux projets impérialistes US au Moyen Orient mais aussi à la Chine qui tend à s'approcher de la Résistance. On se rappelle fort bien comment le secrétaire général du Hezbollah a brandi le spectre d'un virage substantiel du pays vers l'Est, la Chine et l'Iran entre autres et ce, pour mettre un terme au chantage et autres formes de pressions US non sans provoquer la panique dans le camp d’adverse.

"La dévastation de Beyrouth pourrait dire aussi que les investissements chinois n'iraient pas vers un lieu sur", note un analyste. Mais en Syrie, l'axe US/Israël pourrait-il être tenté par un coup pareil pour mettre à la porte la Russie? Après tout le port de Lattaquié qui abrite la base aérienne de Hmeimim ne cesse de faire l'objet des missions d'espionnage US/Israël. Baniyas, le port pétrolier syrien, pourrait faire une cible idéal.   

Avia.pro, site militaire russe, fait état des tentatives US/Israël visant le grand complexe aérien russe à Lattaquié, doté des batteries de S-400 que le trio US/Turquie/Israël ont tout fait pour discréditer. "Selon des informations, les États-Unis et Israël ont convenu de développer conjointement des systèmes de défense aérienne Dôme de fer et ce, dans le stricte objectif de viser les chasseurs russes au-dessus de Hmeimim Mais le dispositif israélien ayant peu performant, les Etats-Unis ont décidé d'y travailler et de le perfectionner. Certaines versions de Dôme de fer ont une portée maximale d'interception de 350 kilomètres, ce qui signifie que tout décollage de la base aérienne de Hmeimim pourrait être exposé aux missiles israéliens., estime Avia.pro.

"Le déploiement du système de défense aérienne israélien Dôme de fer est censé permettre à l’armée israélienne de cibler  facilement des avions de combat russes, tout en coordonnant les données avec l’armée américaine. Mais l'objectif pourrait ne pas en rester là. Les batteries de missiles antimissiles israéliens qui sont partis en Israël auraient des objectifs plus ambitieux. ; il s’agit d’augmenter la portée de détection des avions de combats russes afin de créer des systèmes de défense aérienne à plus longue protée qui concurrenceraient avec par exemple le S-400 russe.

La menace contre la base russe de Hmeimim en Syrie intervient alors que la société américaine Raythoen Missiles & Defense et la compagnie israélienne Rafael Advanced Defence System ont signé une joint-venture visant à établir pour la première fois une usine de production de système d’armes Dôme de fer aux États-Unis et en dehors des territoires occupés. Le nouveau partenariat baptisé « Raytheon RAFAEL Area Protection Systems » prévoit de finaliser l'emplacement du site pour l’usine avant la fin de l'année 2020, a rapporté le journal hébreu Globes, le 3 août.

"Cette décision américaine renvoie à un changement de stratégie de guerre globale contre les adversaires sino-russe qui continuent à avancer et à grignoter les pré-carré traditionnels des USA.  Au Levant la Russie a réussi à s’imposer via la Syrie et dans le golfe Persique, la Chine est en train de faire la même chose à l'aide de l'Iran. pour les Etats-Unis, il faut une stratégie de frappe globale. Cette stratégie inclut aussi bien des armes conventionnelles que nucléaires. et La double explosion du Liban pourrait en être  une manifestation. Ce qui laisse supposer qu'un remake du scénario de Beyrouth n'est pas à écarter en Syrie. La Russie est-elle prête à y faire face? Il va sans dire que face à ce changement de paradigme US, il convient que la Syrie et ses alliés iranien, russe et chinois réajustent leur tir. C'est une nécessité puisque l'empire finissant joue son va tout et n'hésite plus à aller jusqu'au bout, note un analyste. 

Mots clés

commentaires