Sep 16, 2020 14:50 UTC

« L’accord de paix, signé entre les Émirats arabes unis et Bahreïn d’une part et le régime israélien de l’autre, a mobilisé les Palestiniens sous le drapeau de la Résistance, ce qui coûterait cher à l’ennemi », a déclaré un analyste des questions de l’Asie de l’Ouest.

Dans un entretien exclusif avec l’agence de presse iranienne Tasnim, Hossein Rouyvaran a déclaré que les Émirats arabes unis et Bahreïn avaient révélé leurs relations avec le régime israélien parce que le président américain en avait besoin pour ses visées électoralistes.

« D’autre part, Benjamin Netanyahu ne sait pas quoi faire face à une vague de manifestation de protestations qui ne s’essouffle pas depuis deux mois et il entend exploiter cet accord pour faire suggérer aux Israéliens qu’il leur aurait créé une ambiance plus sûre à vivre », a expliqué l’analyste iranien.

Hossein Rouyvaran s’est ensuite attardé sur la sévère rivalité entre les États-Unis et la Chine : « La croissance au rythme accéléré de la Chine préoccupe les Américains qui souffrent, eux-mêmes, d’une récession économique à deux chiffres. D’où la décision de Washington de modifier l’ambiance régionale au profit du régime israélien pour pouvoir mieux concentrer sur ses bras de fer avec Pékin ».  

Interrogé pour savoir si la signature de l’accord de normalisation entre Bahreïn, les Émirats arabes unis et Israël a déséquilibré les rapports de force dans la région, l’analyste iranien a répondu : « le front de la Résistance a déjà opté pour une stratégie de dissuasion face au régime israélien. En Iran et au Liban, cette stratégie de dissuasion est en place parfaitement et elle est sur le point d’être concrétisée entièrement dans d’autres pays comme la Syrie, l’Irak et le Yémen. En effet, le récent accord de normalisation n’a changé en rien les rapports de force de la région, car ni les Émirats ni Bahreïn ne faisaient partie du front de la Résistance. Ils faisaient toujours partie du camp américano-israélien ».

Hossein Rouyvaran a souligné que les Émirats et Bahreïn avaient, en effet, révélé les relations qui existaient toujours mais en catimini.    

À la question de savoir si la normalisation affecte les idéaux palestiniens, l’expert iranien a répondu : « Cet accord a démasqué les hypocrites qui prétendaient faire partie du front palestinien et maintenant la Résistance sait qu’elle ne devrait compter que sur ses propres capacités ».

Hossein Rouyvaran a ensuite déclaré que la conclusion de l’accord de normalisation entre Abou Dhabi, Manama et Tel-Aviv avait divisé les nations et les États arabes aux Émirats et à Bahreïn. « Les manifestations que les Bahreïnis ont organisées pendant les derniers jours pour exprimer leur colère face à la normalisation trahissent la profonde fissure entre les peuples et leurs dirigeants », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a signé mardi 15 septembre des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, qui reconnaissent désormais le régime israélien, sous l'égide du président américain Donald Trump, à la Maison-Blanche.

Mots clés

commentaires