Sep 17, 2020 08:12 UTC
  • Israël/Iran: le face-à-face !

Cette coalition de guerre Israël/Emirats/Bahreïn que les USA viennent de créer aux portes de l'Iran et qui comme le souligne le général yéménite Rached, caresse le rêve de lancer ses F-35 Adir à l'assaut des sites nucléaires voire balistiques iraniens tout en harcelant depuis l'île de Socotra contre la marine militaire ou la marchande iraniennes...

 transitant par le détroit d'Hormuz ou Bab el Mandeb a-t-elle une quelconque chance de réussir ou ce qui revient au même, cette coalition bancale qu’Israël veut s'offrir en plein golfe Persique pour se faire éloigner le front de combat contre la Résistance est-elle à même de fissurer la bulle de DCA iranienne qui s'étend à l'océan Indien?

Mercredi à peine quelques heures après qu'une salve de 15 missiles de la Résistance palestinienne, missiles parmi les plus puissants, les plus précis qu'ait tirés Gaza ces 12 derniers mois, a mis sens dessus dessous les ports stratégiques d'Ashkelon et d'Ashdod, Jerusalem Post a fait publier un article où il est question du site nucléaire iranien de Natanz, saboté en avril dernier par des "éléments bien connus de l'Iran" comme l'a affirmé dès les premières heures de l'incident le conseil de sécurité nationale iranien.

Autant en avril les officiels sionistes avaient peur de revendiquer cet acte allant même comme Gantz jusqu'à dire que "tous les actes de sabotages en Iran ce n'est pas Israël", autant l'article du mercredi de JP se veut menaçant : "Le but de l’attaque était d’envoyer un message physique, publique, bruyante et dissuasif sans ambiguïté à Téhéran selon lequel les progrès vers une arme nucléaire au-delà de certaines lignes rouges ne seraient pas tolérés".

Le JP revendique donc à mot couvert et au nom d’Israël "l'attaque" contre Natanz", prétendant qu'elle serait capable, sans doute une fois activée au sein de la "coalition Abramah" qui comprend bientôt outre Emirats et Bahreïn, Oman, Maroc et Arabie de reconduire le coup. Heureusement que le ridicule ne tue pas, pas même en politique... la seconde tentative des USA du duo Pompeo-Trump de créer une coalition militaire "Israélo-golfienne" contre l'Iran part avec un double handicap, elle n'est pas nouvelle et elle est déjà perdante! 

En 2015, la guerre contre le Yémen a commencé dès le premier jour avec des troupes saoudiennes, émiraties et israéliennes. Les trois Etats avaient installé un état-major commun au Somaliland, un pays non-reconnu mais contrôlé par Tel-Aviv. Cette guerre avait fait l’objet de plusieurs années de négociations entre Israël et l’Arabie saoudite et avait pour objectif d’exploiter les réserves pétrolières du « quart vide », cette zone à cheval sur l’Arabie et le Yémen et devait se prolonger par un projet commun dans la corne de l’Afrique. Où en-est en ce septembre 2020? Ansarallah contrôle al-Jawf, Sanna, Saada, al-Bayda, et bientôt Maarib, Maarib et Jawf contenant la plus grande réserve pétrolière de la péninsule arabique. Au bout de six ans de guerre, la Résistance yéménite a accès à tous les sites stratégiques saoudien et émiratis et ses missiles font la pluie et le beau temps dans le ciel de Riyad, d'Abou Dhabi et de Dubaï. Quant au détroit de Bab el-Mandeb, on connaît à la Résistance plusieurs face-à-face non pas avec des pétroliers, comme Riyad veut le laisser entendre mais bel et bien avec l'USS Truman ou l'USS Lincoln, soit des infos carrément censurées par les médias aux ordres.

Alors la coalition de guerre "Abraham", une percée aérienne contre l'Iran? Pas si sûr. Ces derniers jours, la presse sioniste nous a bassiné oreille sur l'ouverture d'un corridor aérien par où transiterait l'armée de l'air sioniste avant de se rendre en mission de bombardement des sites sensibles iraniens. Pour de nombreux observateurs qui suivent depuis dix ans l'évolution dans le ciel syrien, c'est là une grotesque aporie, l'armée de l'air sioniste ayant déjà perdu la bataille du ciel face à la DCA iranienne dont une infime partie vient d'être déployée sur la frontière syro-libanaise à travers les batteries de Khordad-3. Et qui sait, Khordad -3 et autres pièces de cette défense aérienne iranienne "dés-embargoisée" se trouveraient peut-être déjà sur le chemin qui en cas de guerre devrait mener les F-16 israéliens en Iran ! Ansarallah a déjà abattu des Tornado, des F-15, des F-18, rien ne dit qu'il ne le ferait pas avec les avions d’Israël dans le ciel saoudien. Enfin si, le "jour J", ces avions puissent décoller de leur base en Israël!

L’idée de former une alliance militaire avec Israël contre l’Iran est ridicule. Car 15 missiles de la Résistance ont suffi le 15 septembre à perturber les vols dans le ciel sioniste, il n'en faudrait pas beaucoup pour que l'armée de l'air israélienne et ses amis du golfe Persique comprennent que le feu est une très mauvaise chose. Que ce soit à Natanz, à Abou Dhabi, à Manama ou à Tel-Aviv et à Haifa... Et si le feu est déclenché rien ne saura l'éteindre...surtout quand il viendrait de la Résistance. 

Mots clés

commentaires