Sep 18, 2020 07:05 UTC
  • Israël/Iran: la ligne du feu

Les missiles de la Résistance ont révélé le caractère absurde des accords de paix avec Israël, réitère le célèbre analyste du monde arabe.

« Les missiles qui ont été tirés depuis la bande de Gaza vers Ashdod et Ashkelon simultanément à la signature des accords de compromis entre les Arabes et le régime israélien à la Maison Blanche démontrent que tous ces documents sont absurdes et que seuls les Palestiniens, soutenus par leurs frères musulmans, sont en mesure de mettre un terme à cette guerre contre les occupants israéliens », réaffirme Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef du quotidien en ligne Rai al-Youm. 

Atwan de poursuivre : « Le président américain, Donald Trump, qui a organisé cette mascarade à la Maison Blanche a dit un mensonge répugnant lorsqu’il a annoncé que six États arabes vont normaliser leurs relations avec les Israéliens. Comment ces pays pourront rejoindre cette campagne honteuse de normalisation alors qu’ils n’ont osé envoyer aucun représentant à cette cérémonie ? »

Atwan a ensuite ajouté : « Israël, nouvel allié de Bahreïn et des Émirats arabes unis, voit en les arsenaux balistiques de l’Iran une menace visant son existence. Dans la foulée, le président iranien, Hassan Rohani, vient de déclarer que la présence des Israéliens dans l’est du golfe Persique représentait une menace et que Bahreïn et les Émirats arabes unis seraient responsables de toute agression israélienne depuis leurs territoires. Reste à savoir si les Émirats et Bahreïn parviennent à empêcher le régime israélien d’espionner l’Iran ou de perpétrer des actes de sabotage contre les installations nucléaires, pétrolières ou militaires iraniennes, depuis leurs territoires ». 

Le célèbre analyste du monde arabe s’est ensuite attardé sur la cérémonie de normalisation qui a eu lieu à la Maison-Blanche : « Au cours de la cérémonie, les représentants de Bahreïn et des Émirats arabes unis ont déclaré que leurs pays en avaient assez de la guerre et que la nouvelle génération souhaitait plutôt le développement et la prospérité. Chose étrange est que la guerre dans laquelle sont impliqués les Émirats est en cours au Yémen et non pas en Palestine occupée. Du fait, la cause palestinienne ne pourra en rien entraver le développement de ces pays ». 

Évoquant à juste titre l’intifada armée qui a entraîné, au début du 21e siècle, la fermeture des bureaux commerciaux israéliens sur les côtes du golfe Persique et de leur ambassade en Mauritanie, Abdel Bari Atwan conclut que les missiles d’Ansarallah yéménite pourront à leur tour engendrer la fermeture des ambassades d’Israël à Abou Dhabi et à Manama. « Voici le résultat des calculs erronés de Tel-Aviv et de Washington », a-t-il martelé. 

Selon l’analyste arabe, « tant que six millions Palestiniens habiteront dans les territoires occupés depuis 1948 et 1967, et que deux fois cette population seront dans les pays arabes et voisins, tout accord de paix signé avec Israël sera absurde ».

Mots clés

commentaires