Sep 24, 2020 21:15 UTC
  • Les satellites espions US «menacés»?

Ce satellite militaire que l'Iran a mis en orbite basse depuis le mois d'avril et qui a déjà transmis des milliers d'images à sa base de données, fait vraisemblablement peur.

En juillet, ce satellite a pris part aux exercices militaires « Grand Prophète 14 » exposant les capacités du pays à mener des opérations navales en coordination parfaite avec des unités aérospatiales.  Mais le satellite Nour-1 fait peur surtout puisque son moteur Qassed pourrait servir de base à un tournant dans le programme balistique iranien avec en toile de fond la conception de missiles à longue portée. Certaines publications US y voient même l’ébauche d'un plus vaste programme iranien visant à cibler les satellites espion US dans le golfe Persique. La réaction US ? 

Un escadron de 20 « opérateurs spatiaux principaux » a été stationné à la base aérienne d’al-Udeid au Qatar, située dans un désert au sud-ouest de la capitale qatarie Doha, dans le cadre du premier déploiement à l’étranger de l'US Space Force, selon leur commandant, le colonel Todd Benson. Tous sont d'anciens membres de l'armée de l'air, devenus membres de la Force spatiale.

Quelques jours plus tôt, le 14 septembre, une cérémonie de transition marquait leur adhésion à la Force spatiale.

L'unité basée au Qatar sera chargée selon leur commandant « de gérer les satellites, de surveiller les forces ennemies et de prévenir les conflits dans l'espace », ajoutant que d'autres aviateurs rejoindront plus tard les « principaux opérateurs spatiaux ».

Pour les commentateurs, le déploiement est probablement lié à la querelle croissante de Washington avec l’Iran et au vu de l'influence croissante de l'Iran dans la région.

L'Iran a lancé avec succès un satellite militaire plus tôt en 2020. Le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) s'est félicité du premier lancement spatial.

« Nous nous préparons à étendre le conflit dans l’espace », a déclaré le colonel Todd Benson à l'AP, avant d'insister sur le fait que les États-Unis doivent être en mesure de rivaliser et de défendre et de protéger tous leurs intérêts.

L’US Space Force a été officiellement créée par une loi du Congrès en décembre 2019, à la suite d'une initiative de Trump visant à « garantir la liberté d'opération des États-Unis dans l'espace et à dissuader une éventuelle agression ». C'est la branche militaire la moins financée, avec seulement 15,4 milliards de dollars en 2021. Sa création a été critiquée par la Russie et la Chine, qui ont insisté sur le fait que l'espace extra-atmosphérique ne devait pas devenir un théâtre militaire et devait être utilisé uniquement à des fins pacifiques.

Mais la Force spatiale a été créée spécifiquement parce que, selon les États-Unis (le pays qui s’est désengagé du monde grâce à son président milliardaire imprévisible et outrancier entouré par les faucons bellicistes), « la Russie et la Chine militarisaient l'espace », et cet espace avait besoin, selon les va-t-en guerre américains, « d'un certain maintien de l'ordre et d'une « disposition fondée sur des règles ».

Mots clés

commentaires