Sep 25, 2020 11:58 UTC

Dans un article, le rédacteur en chef du journal Rai al-Youm a analysé les récentes déclarations du président américain sur l’absence d'un transfert pacifique du pouvoir en cas de défaite aux élections et son lien avec les attaques verbales et les accusations du roi saoudien contre l'Iran.

Abdel Bari Atwan souligne que le président américain Donald Trump a révélé ses véritables intentions lorsqu'il a refusé hier, devant une foule de journalistes, « de promettre ou de garantir un transfert pacifique du pouvoir en cas d’échec aux élections présidentielles », et a affirmé qu'« il n'y aura pas de transfert, mais plutôt un maintien du pouvoir ».

Ces déclarations sans précédent signifient qu'il n'est pas attaché aux résultats des prochaines élections présidentielles, mais plutôt qu'il incite et mobilise ses partisans racistes à descendre dans les rues dans des manifestations sanglantes contre les résultats des élections en cas de perte, estimant qu'elles seront inévitablement truquées. 

« Les quarante jours qui restent avant la tenue des élections présidentielles (le 3 novembre prochain) peuvent être les plus dangereux non pas pour la stabilité des États-Unis, mais aussi pour le monde entier, car personne ne peut prédire ce que ce voyou peut faire », écrit Atwan.

Trump peut faire noyer l'Amérique dans une mer de sang

L’article souligne que le transfert pacifique du pouvoir, avec le respect des résultats des élections, est la base. Mais en démocratie, l'absence ou le manque d'engagement signifie le chaos, les guerres civiles, le démantèlement du système fédéral et la noyade de l'Amérique dans une mer de sang. 

D’après le rédacteur en chef de Rai al-Youm, le président Trump vit actuellement dans un état de frustration, de confusion et de défaite, et c'est pourquoi personne ne peut prédire les mesures subversives qu'pourrait prendre.

Trump haï dans le monde

« Cet homme n’a plus aucune crédibilité, et il est haï dans presque le monde entier, y compris par certains dirigeants des États du golfe Persique qui tremblent de peur et lui donnent des centaines de milliards de dollars. A vrai dire, ils lui vendent la dignité et la foi de la nation musulmane en rétablissant leurs relations avec le régime d’occupation israélien », a indiqué Atwan.

« Quand nous disons que les quarante prochains jours peuvent être très dangereux, nous voulons dire que le Moyen-Orient et la région du golfe Persique en particulier, peuvent devenir le terrain de jeu des mesures dangereuses et dévastatrices de Trump en vue de reporter les élections », explique-t-il. 

Le Washington Post a enregistré 20 mille mensonges attribués à Donald Trump depuis son entrée en fonction, un millier d'entre eux uniquement sur le coronavirus. Et peut-être que le plus dangereux a été son tweet sur l’Iran dans lequel il dit que « l'Iran est sur le point de produire des armes nucléaires » et que « cela ne sera pas autorisé ».

« Ainsi, nous n'excluons pas que l'attaque féroce lancée par le roi saoudien Salmane ben Abdulaziz contre l'Iran, l'accusant de « déstabiliser la sécurité de la région », dans son discours d'hier à l'occasion de la 75Assemblée générale des Nations unies, soit un prélude à cette guerre », souligne Abdel Bari Atwan.

Trump est comme un taureau enragé

« Trump utilisera tout son pouvoir pour rester à vie locataire de la Maison Blanche. Et dans ce sens, il est soutenu par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et des dirigeants du mouvement sioniste en Amérique et dans le monde. Il se comporte maintenant comme un taureau blessé et enragé qui frappe dans tous les sens. Il se peut qu’il parvienne à réaliser ce que veulent ses partisans racistes, mais cela détruira aussi l'Amérique, tout comme Hitler a détruit l'Allemagne et l'a divisée en deux blocs », conclut l’article.

 

 

Mots clés

commentaires