Oct 21, 2020 20:49 UTC
  • Ansarallah: le coup diplomatique iranien?

Le nouvel ambassadeur d’Iran au Yémen est arrivé à Sanaa, a annoncé samedi le ministère iranien des Affaires étrangères.

« Hassan Eyrlou, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République islamique d’Iran au Yémen, est arrivé à Sanaa », a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh dans un entretien avec l’agence Fars. « Il présentera ses lettres de créance à Mehdi al-Machat, président du Conseil politique suprême du Yémen et à Hisham Charaf Abdollah, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Salut national yéménite », a ajouté M. Khatibzadeh.

Le nouveau pas franchi par la RII s’inscrit dans le cadre de légitimer le gouvernement de Salut national yéménite sur la scène régionale et internationale. La réalité est que le mouvement Ansarallah a pris d’initiatives aussi bien sur le terrain de combat que sur le plan politique.

Aujourd’hui, malgré toutes les tentatives de l’axe occidental/arabe/hébreu visant à éliminer la Résistance et à démembrer le Yémen, Ansarallah a réussi à faire capoter leurs complots et à prendre les devants dans les domaines offensif et défensif.

Vendredi dernier, Ansarallah a réalisé une percée majeure contre la coalition saoudienne dans ce qu’on appelle « le plus grand échange de prisonniers » et a réussi à libérer 680 de ses combattants en échange de 400 mercenaires affiliés au gouvernement de Mansour Hadi.

Cela est intervenu alors qu’au cours de ces deux dernières années, l’armée yéménite et les Comités populaires ont pu prendre le dessus sur le champ de bataille en développant des systèmes de missiles et de drones et en imposant de lourds dégâts aux ennemis saoudiens.

Maintenant, le développement des relations diplomatiques entre Téhéran et le gouvernement de Salut national yéménite prouvera une autre page de la réalité de terrain, et c’est qu’Ansarallah ne peut pas être éliminé des évolutions de la région. En même temps, l’initiative iranienne peut être le début d’une voie pour que le gouvernement de Salut national soit reconnu par d’autres pays de la région.

Bien entendu, la décision de l’Iran d’envoyer un ambassadeur à Sanaa affectera également la dimension interne des développements au Yémen.

Non seulement l’envoi de l’ambassadeur de la République islamique à Sanaa aide Ansarallah à avoir le dessus sur tout, mais encore il pourrait être porteur d’un message sérieux aux agresseurs qui ont tenté de ramener au pouvoir le gouvernement illégitime de Mansour Hadi.

Bien que la décision de Téhéran fasse l’objet d’une réaction négative du courant lié au gouvernement démissionnaire de Hadi et à la coalition d’agression saoudo-émiratie, toutefois, cette décision, tout en créant l’unité à Sanaa, sera considérée comme un soutien fort aux groupes de résistance pour qu’ils poursuivent leur chemin.

Mots clés

commentaires