Oct 26, 2020 12:05 UTC
  • Redoutable

Le dimanche 25 octobre, l'armée israélienne a fini par passer aux aveux : Cet exercice militaire d'envergure qu'Aviv Kochavi, le chef d'état major israélien a lancé depuis dimanche, même au risque de faire contaminer "1000 soldats" et qu'il a baptisé, lapsus révélateur, "Lethal Arrow" (comme si un Arrow, un vrai, pourrait ne pas être létal, NDLR),

 plutôt que d'être une manœuvre militaire, est l'écho d'une puissance ennemie émergente qui dans tout conflit futur aura la capacité à mobiliser contre Israël à la fois le sol, la terre et la mer.

Jerusalem Post dit : « L’exercice mettra en jeu l’activité des avions de combat de Tsahal, des hélicoptères d’attaque et d’autres aéronefs et navires de guerre, ainsi que des manœuvres physiques des forces terrestres, le but étant d’améliorer les capacités offensives de Tsahal à tous les échelons tout en mettant en œuvre le concept de Victoire écrasante et en générant de nouvelles procédures entre les principaux quartiers généraux... C'est une nécessité avec des fronts plus explosifs et un Hezbollah ayant considérablement augmenté ses arsenaux depuis la dernière guerre avec Israël (2006) ».Et le journal sioniste d'ajouter : « Tout déclenchement de conflit à la frontière nord ne se limiterait pas au Liban ou à la Syrie, mais se situerait sur tout le front nord. Israël s’attend également à de potentiels tirs de roquettes et autres attaques de la bande de Gaza dirigée par le Hamas ».

Mais c'est quoi ce "tout front nord" ? A l'heure où le duo Trump-Pompeo commence réellement à voir à travers un deal avec Assad avec en toile de fond la libération d'au moins un ou deux "agents US détenus par Damas, le régime israélien n'écarte plus une guerre qui impliquerait à la fois le sud du Liban, puis le Golan syrien. Surtout que du côté libanais toutes les tentatives de ces trois derniers mois marqués par une attaque à l'EMP contre Beyrouth, tentative de débarquement des forces navales dans la capitale libanaise, puis la conversion de la FINUL d'une mission de paix en une mission de guerre ayant pour l'objectif le désarment du Hezbollah ont échoué et qu'à l'heure qu'il est, le pro Occident premier ministre libanais Saad Hariri compose mieux avec le Hezbollah qu'avec toute autre partie libanaise, l'arme de la Résistance étant restée intacte et continuant à se renforcer. D'où ce mot précision qui revient dans le discours des Sionistes.

Dans tout conflit à venir, il y aura donc aussi un front syrien dont le journal israélien n'ose pas parler mais qui est désormais une chose acquise vu que la Syrie se sent suffisamment forte pour repousser l'offre du deal de Trump et que si elle le fait c'est que ses forces militaires s'appuient désormais sur des armes nouvelles, pas uniquement russes mais aussi iraniennes et que ces armes iraniennes ont déjà en grande partie ont barricadé le ciel du Sud syrien et du Sud du Liban de façon à ce que l'armée de l'air israélienne n'ose plus s'en approcher.   

Et puis il y a une troisième partie à ajouter à ce "front élargi" contre quoi les trois composantes de l'armée sioniste (Aérienne, navale, terrestre) sont ces jours-ci en phase de s'entraîner au risque de sa vie. Citant des sources militaires israéliennes, Rai al Youm affirme que Gaza aurait déjà acquis les "capacités navales" pour mener des attaques contre des "cibles maritimes israéliennes". « L'armée israélienne a découvert des tentatives de contrebande d'équipement de plongée avancé dans la bande de Gaza. Il s'agit d'une capacité dont ont déjà fait preuve les brigades de Qassam lors de la guerre de 2014 et qui pourrait s'ajouter aux missiles anti-navire du Hezbollah dans le cas d'une confrontation simultanée sur le front nord et sud. Il va sans dire que les missiles de précision du Hezbollah voire du Hamas ne laisseraient intacts ni Haïfa, ni Eilat, ni même Tel-Aviv. Pire ils pourraient faire fuir de nouveaux investissements qui viennent en provenance du Golfe (Persique)».

Et la source sioniste de souligner : « Le Hamas cherchait également à développer des missiles sol-air pour cibler les avions israéliens. les pilotes de l'armée de l'air israélienne ont déjà signalé des tentatives de lancer des missiles tirés à l'épaule sur des avions, tentatives qui se sont avérées parfois bien dangereuses, ce qui rend parfaitement possible l'abattage d'un avion ou d'un hélicoptère israélien voire plus dans tout futur face-à-face. Gaza est sur le point de faire passer des systèmes de défense aérienne plus avancés dans la bande de Gaza. Et ses relations de plus en plus proches avec le Hezbollah sont bien alarmantes ». Bref, Lethal Arrow est une préparation à "l'ultime guerre" qu'Israël déclenchera avant de la perdre et de disparaître définitivement : « Après tout la normalisation avec les pays du Golfe (Persique) qui ne date pas d'hier, il est bien de la médiatiser. Ce sont autant de mini états où les Israéliens seraient se réfugier une fois Israël implosera », dit un analyste sioniste.

p

 

Mots clés

commentaires