Oct 26, 2020 15:19 UTC
  • L'Arabie criblée de missiles

Le porte-parole des forces armées yéménites a fait état d'une nouvelle attaque des drones yéménites contre l'aéroport international d'Abha, dans le sud de l'Arabie saoudite, troisième attaque au drone et au missile en 72 heures alors que la trêve à Maarib, ultime bastion de Riyad et ses alliés israéliens et américains au nord du Yémen a été violée par l'aviation saoudienne et qu' Ansarallah a repris l'avancée de ses troupes vers le centre ville.

Samedi, le principal QG de l'armée saoudienne et de ses mercenaires a été pris pour cible des missiles, avec un bilan des dizaines de morts et de blessés dans les rangs saoudiens. Les frappes répétées contre l'aéroport d'Abha ou encore contre la méga base aérienne de Khamis Mushait à Asir au sud de l'Arabie saoudite sont des messages adressés aux fans de la normalisation : le "ciel saoudien" ou "émirati" n'est pas sûr.

Selon la chaîne d'information yéménite Al-Masirah, le général de brigade Yahya Saree, porte-parole des forces armées yéménites, a annoncé que l'aéroport international d'Abha avait de nouveau été frappé par des drones de l'armée yéménite, dimanche 25 octobre.

« L’armée et les Comités populaires (Ansarallah) du Yémen ont lancé, lundi 26 octobre, dans la matinée, un Qasef K2 doté de missiles à l'assaut de l’aéroport d’Abha », s’est-il félicité. 

Il a souligné que d'importantes cibles militaires avaient été touchées et détruites à l'intérieur de l'aéroport d'Abha par des missiles tirés par des drones yéménites.

« Les combattants yéménites ont lancé cette frappe de drone contre l’aéroport en riposte à la poursuite des crimes commis par la coalition saoudienne », a-t-il précisé.

Dimanche, l’aéroport international d'Abha a également fait l’objet des attaques de l'unité de drones de l'armée et des Comités populaires yéménites.

« En raison du blocus aérien, naval et terrestre imposé par la coalition, le Yémen est au bord de la famine et est exposé à la pire catastrophe humaine », avertit l’ONU.

Nouvelle percée d’Ansarallah à Maarib

Il semble que les efforts yéménites et régionaux pour ramener la paix à Maarib n'aient pas résisté aux longues tentatives saoudiennes pour reprendre l'initiative sur ce front. Les affrontements ont repris autour de Maarib depuis plusieurs axes. Les mercenaires pro-Hadi ont profité du cessez-le-feu non déclaré dans la région pour réorganiser leurs forces et se préparer à l'escalade des tensions. 

Les batailles entre les deux camps font rage depuis le samedi 24 octobre à l’aube depuis trois axes aux abords de la ville de Maarib. Un quatrième front a été ouvert également dans la périphérie de la province d’al-Jawf.

Malgré l'expansion des opérations militaires, les forces yéménites ont réalisé des gains importants sur le terrain. Selon une source militaire déployée à Maarib, les forces de Sanaa se sont rendues maîtres de la ville de Sirwah et ont fait des progrès significatifs sur le front ouest de Maarib, dont la prise de contrôle de la ligne d'approvisionnement du camp d'al-Mas à Medghal.

Ces développements ont lieu après l'intense frappe aérienne contre les fronts de Maarib. Les avions de guerre de la coalition ont lancé plus de 50 raids, dans le but de convenir l'avancée des forces yéménites. Des hauts commandants mercenaires ont été tués lors de ces raids aériens.

Entre temps, les forces yéménites ont repris le contrôle du front d'al-Khaddara à Sirwah et avancé dans le front sud. 

Dans la nuit de samedi à dimanche, elles ont avancé dans le front est, où, selon des sources tribales, elles ont nettement gagné du terrain.

 

Mots clés

commentaires