Oct 29, 2020 17:21 UTC
  • Le

Cette simulation de guerre avec le Hezbollah qui implique sur le front nord sioniste, marine armée de terre, armée de l'air et les unités de renseignement, a du mal à remplir son rôle d'écran de fumée, l'armée sioniste allant mal très mal :

juste après que les médias israéliens eurent annoncé la tenue de Lethal Arrow, avouant ainsi que pour faire face au Hezbollah, il leur faut trois forces à la fois, appuyées par des unités de renseignement et des cyber unités, Reuven Rivlin, le président de l'entité a reconnu l'existence de sérieuses divergences sérieuses au sein de l’appareil de direction (exécutif, législatif, judiciaire) d'une part, entre ces derniers et les forces militaire de l'autre tout comme au sein de l'armée sioniste, "divergences" qu'il a qualifiées de "danger réel" qui comme un séisme "secoue les murs d'Israël".

Rivlin reprend donc mot à mot la fameuse formule de Nasrallah, un Israël aussi fragile qu'une toile d'araignée : « On ne peut se mettre d'accord sur une loi forte en Israël, on ne peut stabiliser les services de sécurité, on ne peut rien », s'est tempêté Rovin Rivlin avant d'ajouter: « Les murs d'Israël ont déjà été ébranlés et une telle loi est plus que jamais nécessaire... Le tribalisme d’Israël sort des mailles du filet, et des doigts accusateurs sont pointés d’une partie de la société à l’autre, d’une tribu à l’autre ».

Selon des sources bien informées, Lethal Arrow se serait transformé dès le premier jour en une scandaleuse manifestation de ce tribalisme qui affecte désormais l'armée israélienne. Au 116 ème jour d'état d'alerte sur le front Nord, "l'exercice militaire ne s'est pas déroulé comme il faut dans la mesure où les unités de l'armée de terre évitaient la Covid-19 et craignaient d'être pris pour cible des snipers du Hezbollah, les zones proches des frontières avec le Liban. En effet, l'état-major israélien aurait trouvé un moyen pour éviter que l'état réel des troupes, leur manque total de confiance et surtout leur angoisse croissante se sachent, à savoir construire la réplique d'un village du sud du Liban moins pour engager les soldats à s'entraîner au combat au corps à corps avec les combattants du Hezbollah que pour qu'ils se sentent en sécurité. Ce site baptisé "Forêt de la Galilée" serait même placé sous la surveillance des drones et des avions israéliens et ce pour parer à toute éventualité. 

L'exercice Lethal Arrow qui doit s'achever ce jeudi est loin d'être un exploit, ajoutent ces mêmes sources. « L'idée d'opérer dans une zone fermée tend à insinuer la disponibilité des soldats israéliens à engager des combats dans un milieux urbain. Or on sait que les militaires israéliens en sont totalement incapables », ajoutent ces mêmes sources qui renvoient aux images récemment publiées par Yediot Aharonat mettant en scène une base des soldats israéliennes abandonnées, au plus fort d'état d’alerte sur les frontières avec le Liban. 

Il y a peu, la chaîne 12 de la télévision d’Israël annonçait que l'armée israélienne envisageait d'équiper chaque soldat d'un drone, ce qui constitue un aveu d'impuissance en soit. A défaut de "vrais soldats qui se battent", soldat qui, selon le chroniqueur de Maariv, Allon Ben David "se cachent derrière les civils pour éviter les tirs des snipers du Hezbollah", on appelle au secours les drones. Et bien Lethal Arrow se serait déroulé dans une telle situation et alors même que chaque soldat sioniste ou presque se faisait surveiller par un drone.

"Mercredi, et au quatrième jour de l'exercice, certains "médias golfiens" ont fait état de la mise en alerte du Hezbollah sur le front sud "par crainte qu'Israël ne se serve de cet exercice comme d'un leurre pour lancer de lourdes attaques contre le Liban". Or l'information a du mal à convaincre dans la mesure où cela fait trois mois que le Hezbollah attend son heure pour venger la mort de son combattant Kamal Mohsen et la mise en état d'alerte n'a aucun sens dans ce contexte. "Ce qu'on a vu depuis le début de l'exercice militaire israéliens aura été plutôt des jeux de cache-cache impliquant les soldats israéliens apeurés et regardant sans cesse vers le Nord, en direction du Hezbollah", a noté un expert. 

Mots clés

commentaires