Nov 09, 2020 09:08 UTC
  • Le Hellfire

Sale temps pour Biden, le belliciste, le tout nouveau président de l'Empir finissant, qui dans sa plateforme électorale dit vouloir embraser l'est de l'Euphrate pour y ériger un petit Israël à l'image du Kurdistan irakien! Quatre soldats US viennent d'être liquidés par des missiles tire et oublie.

Le premier novembre, à peine quelques jours après que Donald Trump eut envoyé au bureau de Mamlouk, le conseiller à la sécurité d'Assad, ses émissaires quémander la libération de deux des 500 agents US détenus en Syrie, une spectaculaire opération commando a eu lieu contre la base US à al Chaddadeh à Hassaké. Les médias dominant qui n'ont nullement l'habitude de rapporter l'amplification de la guérilla anti-américaine à Deir ez Zor et à Hassaké, ont passé l’événement sous silence en affirmant que les "gardiens" de la base, tous membres des FDS avaient neutralisé l'assaut. Depuis le premier novembre, SANA rapporte quasi quotidiennement les attaques anti-FDS qui ne visent en réalité que les agents américains largement déguisés en combattants kurdes pour éviter d'être pris pour cible d'une armée tribale qui opère de plus en plus et de mieux en mieux contre les Américains.

Al Sharq al Awsat, journal de Son Excellence Roi Salmane, bien au fait de cette évolution "trop dangereuse" a rapporté dimanche et dans les termes politiquement corrects ce qui se passe depuis 15 jours à Hajjin, ville que les Américains ont bombardée en 2018 au phosphore blanc à plusieurs reprises pour en expulser les habitants qui en dépit des harcèlements de Daech continuaient à résister à l'arrivée des forces d'occupation. Selon des sources locales, les combats s'avèrent particulièrement intenses et les choses commencent à totalement échapper aux Américains sur la rive est de l'Euphrate. 

Or l'indéniable vient de se produire: Dans la nuit de dimanche à lundi, la Résistance est-syrienne aurait eu recours non pas à des engins improvisés, comme croit savoir SANA qui ne pourrait provoqué la perte quand il s'agit de blindés ou de chars, mais à des drones dotés de missiles de précision. Selon certaines informations, le tournant balistique que la Russie a inauguré dans le nord de la Syrie, à Idlib en tirant il y a une dizaine de jours un missiles Iskander contre une parade des terroristes pro-Turquie juste avant leur départ pour le Caucase-sud, trouve son pendant "dronesque" à Deir ez-Zor.

A preuve, dans la nuit de dimanche à lundi, 4 militaires américains ont été tués, selon Sana, sur la route reliant Hassaké à Deir ez Zor, non loin de la base américaine à al-Chaddadeh : "Quatre forces militaires américaines ont été tuées, dimanche 8 novembre, dans le nord-ouest de la Syrie. Ils ont été tués par un engin piégé qui a fait exploser leur véhicule dans la campagne de la ville de Markadah sur l’autoroute Hassaké-Deir ez-Zor. Les militaires visés patrouillaient dans les bases américaines à al-Chaddadeh, non loin du champ pétrolier d’al-Omar".

C'est donc loin d'être un raid de pacotille! Voici les soldats US, dotés de bouclier humain surnommé FDS ainsi que des tonnes d'armements régulièrement trafiqués depuis l'Irak voisin et à bord des convois militaires comprenant pour chaque lot entre 30 à 50 véhicules qui se font tuer comme des rats juste à proximité de leur tanière. Rappelons que ce n'est pas la première fois que les forces US sont visées sur la rive est de l'Euphrate, celles-ci ayant été régulièrement ciblées lors de leur transit par la Résistance est-syrienne qui s'est fait connaitre il y a un mois par une excellente vidéo où elle avait reproduit un raid au missile contre la base US à al-Tanf.  Le 24 avril et le 3 juillet, SANA avait publié des rapports similaires, affirmant que des militaires américains avaient été tués dans des attaques dans le nord-est de la Syrie, les deux rapports ayant été démentis par la coalition US, qui a déclaré qu'ils étaient «faux» et «fake news».

Avia.pro apprenait il y a peu l'entrée en fonction des batteries de Bavar 373, la puissante DCA made in Iran en Syrie orientale. La mort de quatre militaires US annoncerait l'émergence des missiles "tir et oublie" dans l'arsenal de l'armée syrienne. Et il semblerait que le "Hellfire" iranien marche à merveille vu que le blindé transportant les quatre militaires américains a été déchiqueté en mille morceaux, ne laissant aucune chance à ses passagers.

Ce n'est sans raison si l'armée turque a multiplié cette semaine les retraits à Idlib, abandonnant un à un ses "postes de contrôle" à Idlib sud à l'armée syrienne et à la Russie. Des témoins oculaires cités par des sources officieuses évoquent en effet le premier emploi des drones armés contre les forces US à Deir ez-Zor à travers l'attaque qui vient d'avoir lieu à al-Chaddadeh, cible de plusieurs opérations d'infiltration cette semaine, semaine marquée par un vaste exercice de l'Armée de l'air iranienne où celle-ci a exposé aux yeux du monde la fonctionnalité des missiles sol-air "Qaem" ou encore ses bombes intelligentes "Yassin". 

« Qaem-114 », désormais visiblement présent dans l'arsenal de l'armée syrienne et de ses combattants "tribaux" est la version iranienne de l'AGM-114 Hellfire. C'est un engin air-surface, type « tire et oublie » lequel a une capacité de frappe de précision multi-missions et multi-cibles, et peut être lancé à partir de plusieurs plates-formes aériennes, maritimes et terrestres, y compris des drones. Ces engins intelligents dans leur nouvelle version, celles qui viennent d'être testés à Ispahan, sont équipés d’une variété de systèmes de guidage thermique et cylindrique avec une meilleure précision de demi-pointage. Embarqué à bord de Ababil ou Mohajer-6 qu'utilise depuis longtemps l'armée syrienne, ces missiles tir et oublie s'avèrent de redoutables armes contre l'occupation américaine, ainsi que le montre l'attaque du 8 novembre.

Pour peu, l'Iran, signataire depuis juin 2020 d'un pacte militaire permanent avec la Syrie, serait même doter les hélico syrien de ces engins et c'en sera alors fini avec les convois militaires américains qui débarquent à Deir ez-Zor détourner sans honte le pétrole syrien à destination du marché intermédiaire turc. Surtout que selon les experts, d'autres caractéristiques rendent Qaem bien pénétrant ( capable de perforer le blindé de 1000 mm), et survolant sa cible à une altitude de 4 000 à 10 000 pieds. Qaem peut emporter différents types d’ogives. Face à de tels engins, auxquels ont accédé les Résistants tribaux est-syriens, les armes que l'axe US/Israël continue à en alimenter les terroristes de Daech ne pèsent pas. 

A Deraa, l'armée syrienne a découvert ce dimanche des armes et des munitions abandonnées par les terroristes, Deraa où Américains et Israéliens tentent depuis des mois d'embraser mais sans aucun succès. Signe des temps ce sont les habitants qui ont dénoncé les cachettes d'armes et en ont fait part à l'armée syrienne.

« Parmi les armes saisies, des mitrailleuses moyennes russes, des RPG B7 et B2, des mitrailleuses lourdes, moyennes et légères de calibre 14.5 et 23 mm, des missiles anti-chars, des missiles thermiques anti-TAW, des obus de mortier de calibre 60 et 82 mm, des grenades défensifs et offensifs et autres munitions », précise SANA sans dire que la guerre en Syrie est entrée dans une phase nouvelle : il s'agit désormais non pas de chasser les "agents des Américains" mais des Américains eux-mêmes. Que Biden en prenne note! 

 

Mots clés