Nov 13, 2020 08:06 UTC
  • Syrie : le clash Israël/Russie!

Depuis la mort de quatre soldats US dans une spectaculaire attaque de l'armée tribale à Deir ez-Zor, les USA ne peuvent plus rester en Syrie.

La base US à Al-Tanf sur la frontière syro-irako-jordanienne devra tôt ou tard être évacuée... que fera alors Israël qui s'en servait jusqu'ici comme arrière base ? Deraa est le théâtre d'agissements israéliens. Mais là, Israël devra en découdre avec la Russie.

Pour de nombreux analystes, le cours des événements en Syrie, à savoir manifestations antiaméricaines, opérations militaires de l’armée et de ses alliés, patrouilles autour des champs pétroliers que convoitent les Américains, et tout cela sur fond des opérations héliportées US contre la population ne signifient qu’une chose : le front anti-US à Deir ez-Zor s’embrase sous peu.

Alors qu’un convoi militaire russe accompagné des forces armées syriennes patrouillait sur la route Izra-Sahwat al-Qamh, dans la province de Deraa, un engin explosif s'est déclenché sur leur passage, ne causant cependant que des dommages légers, selon la Défense russe.

Sur la route d'un convoi militaire russe en Syrie, un engin explosif s'est déclenché ce jeudi 12 novembre, a déclaré Alexandre Grinkevitch, directeur adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Un blindé Gaz-2330 "TIGR", a légèrement été endommagé et aucun soldat n'a été blessé, rapporte Sputnik.

« Tous les équipements militaires et les soldats russes sont retournés en toute sécurité au site de déploiement. Le commandement du groupe russe en Syrie en coopération avec les autorités de sécurité syriennes, mène une enquête sur l'incident », a détaillé Alexandre Grinkevitch.

Le directeur du Centre a précisé que l'incident s'est produit lors d'une patrouille sur la route Izra-Sahwat al-Qamh, dans la province de Deraa. Le convoi russe était escorté par les forces armées syriennes.

Les EAU cherchent à créer des bases militaires dans le sud de la Syrie, en coordination avec "Israël"

Le site Internet "al-Khaleej Online" a rapporté qu'une délégation de renseignement des Émirats arabes unis s'est rendue à Tel-Aviv, le mois dernier (octobre), et a discuté d'une proposition de réorganisation des groupes armés de l'opposition syrienne dans les villes du sud de la Syrie réparties le long des frontières avec « Israël ».

Des sources de sécurité privées ont déclaré, dans des informations exclusives à "al-Khaleej Online", dont les détails sont révélés dans un rapport publié le jeudi 12 novembre que "les EAU cherchent à créer des installations militaires au nom de l'opposition qui leur est affiliée, en coordination avec "Israël ". Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la stratégie d'Abou Dhabi qui vise à établir des bases militaires par lesquelles il peut contrer l'influence turque en Syrie.

Les sources ont ajouté qu'Abou Dhabi s'appuie dans son plan sur un certain nombre d'anciens dirigeants de l'opposition syrienne, notamment Imad Abu Zureik, le commandant militaire de la soi-disant "Armée des Révolutionnaires" (Jaych al-Thuwar), composé des groupes terroristes "al-Mu'taz", "al-Yarmouk", "al-Muhajireen" et "al-Ansar", qui entretiennent des relations étroites avec les services de renseignement émiratis.

Les démarches des EAU, selon les mêmes sources, s'inscrivent dans le cadre du plan d'Abou Dhabi pour soutenir un projet garantissant d'affronter l'Iran dans les gouvernorats de Deraa, Quneïtra et Soueïda, et d'affronter la Turquie en Syrie.

Les Émirats arabes unis ont déjà précédé aux mêmes agissements au Yémen où ils ont créé le Conseil de transition du sud (CTS), ayant proclamé l’autonomie du sud en avril 2020.

Le CTS a été mis en place en mai 2017 par l'ancien gouverneur d'Aden, Aidarous al-Zoubaidi, limogé un mois auparavant par le président démissionnaire, Mansour Hadi.

Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé le 13 août une normalisation de leurs relations diplomatiques sous l’égide des États-Unis.

Mots clés