Nov 30, 2020 19:26 UTC
  • Israël : Moscou participera à la riposte iranienne ?

Plus tôt, ce lundi 30 novembre, des chasseurs F-15 israéliens ont été repérés à une distance relativement courte de la base navale russe à Tartous et de la base aérienne russe à Hmeimim.

Ces derniers se trouvaient dans l'espace aérien du Liban voisin, mais les vols qu'ils ont effectués étaient de nature provocante. Ils ont été effectués près de la frontière syrienne, ce qui a obligé l'armée russe à utiliser des systèmes de défense aérienne.

Dans la vidéo présentée, on voit le vol d'avions militaires israéliens près de la frontière syro-libanaise (images prises depuis le territoire libanais). Les chasseurs volent à haute altitude, ce qui indique qu’il ne s’agissait pas de surveillance de routine du territoire libanais.

L'hypothèse du vol d’un avion militaire américain Boeing P-8A Poseidon à proximité des bases militaires russes en Syrie n'est pas impossible, et dans ce cas, il pourrait s'agir d'une autre provocation visant à collecter plus de données sur le fonctionnement des systèmes de défense aérienne russes sur le territoire syrien, ce qui est particulièrement important dans le contexte de la frappe promise de Téhéran contre Israël.

Pour le moment, il n'y a aucune information sur les tentatives d'interception des avions américains ou israéliens par les forces aériennes russes.

Alors même que certaines informations font état d'une possible réactivation du front syro-sud libanais contre Israël, l’information d'Avia.pro ouvre l'hypothèse d'une contribution active de Moscou à cette riposte. Une première depuis le début de l'engagement russe en Syrie. Il y a peu, Israël menaçait la Russe de représailles si elle continuait à soutenir Assad et le Hezbollah. Une frappe balistique anti Israël pourrait bénéficier d’une couverture aérienne russe sur le ciel libanais.

Avi Sakharov, l’analyste sioniste du journal israélien Maariv a déclaré : « Le Hezbollah a réussi à créer une véritable force de dissuasion face à l'armée israélienne. »

Selon lui, « Nasrallah a créé une véritable équation après avoir annoncé que si l'une de ses forces est visée, même en Syrie, il visera l'armée israélienne ».

Avi Sakharov admet que cette équation a paralysé l'armée sioniste.

L'analyste sioniste a en outre reconnu l'inefficacité des mouvements militaires du régime israélien pour empêcher le Hezbollah de s'équiper de technologies de pointe.

« Notre ennemi est devenu beaucoup plus dangereux depuis 2006. Nous devons savoir que les dommages au front interne seront bien plus importants qu'il y a 14 ans », a ajouté l'analyste.

 

 

Mots clés