Dec 03, 2020 18:57 UTC
  • Accord Chine/Iran: 1er impact tombe

La première cargaison d’exportation de provenance d’Iran est arrivé en Afghanistan via le chemin de fer Khawf-Herat tant attendu, qui devrait être officiellement inauguré dans les prochains jours pour stimuler le commerce afghan. Situé sur les frontières orientales de l’Iran, le chemin de fer reliera l'Afghanistan aux pays asiatiques et européens via l’Iran.

Cité par l'IRNA, un responsable local a déclaré hier, mercredi 2 décembre, que la première cargaison iranienne avec à sa charge 500 tonnes de ciment est arrivée en Afghanistan via le chemin de fer Khawf-Herat.

L’envoi a été expédié à titre d’essai afin d’identifier les problèmes et difficultés éventuels sur cette route, selon Jilani Farhad, le porte-parole du gouverneur de Herat.

Le chemin de fer, qui doit être ouvert dans moins de 10 jours par les hauts fonctionnaires des deux pays, reliera l'Afghanistan à l'Europe via le réseau ferroviaire Iran-Turquie mais aussi aux ports du sud de l’Iran, à l'Asie centrale et au Caucase, voire à l’Irak. 

Les citoyens afghans qui regardaient l'arrivée du train, ont dit qu'ils étaient « très heureux de voir un train dans leur lieu de vie pour la première fois ».

Ils ont dit qu'ils coopéraient  « de tout cœur » avec les forces de sécurité afghanes pour assurer la sécurité de la voie ferroviaire et les envois d'exportation, estimant que le chemin de fer va certainement améliorer les conditions économiques des Afghans.

Le projet de chemin de fer est composé de quatre tronçons mesurant chacun 76 km de long : l'un de Khawf à Sangan en Iran et le second de Sangan au poste-frontière Chah-Sorkh, a précisé le porte-parole afghan.

Jilani Farhad a déclaré que la troisième partie, longue de 62 km, s'étend de Chah-Sorkh à Rozanak (ou Rahzanak) en Afghanistan. « Ces trois sections ont toutes été financées par l'Iran », a-t-il fait noter.

La dernière partie du projet, qui a longtemps été présentée comme la seule option viable pour bâtir l’économie de l’Afghanistan, s’étend de Rozanak à Herat.

Le chemin de fer s’étendra jusqu’à Chabahar, dans le sud-est de l’Iran, stimulant le commerce de l’Afghanistan et dégelant les projets de son secteur minier pour exploiter ensuite des milliards de dollars de réserves minérales inexploitées.

Selon le gouverneur de la ville de Khawf dans la province de Khorasan-e-Razavi au nord-est de l’Iran, 4 200 milliards de rials ont jusqu’à présent été dépensés pour les trois tronçons du chemin de fer reliant Khawf en Iran à Herat en Afghanistan. Mais compte tenu des évolutions économiques et de l'augmentation des coûts, la valeur du capital investi est aujourd'hui estimée à 20 000 milliards de rials.

« Offrant une capacité d’exportation annuelle de 12 millions de tonnes de marchandises, l'exploitation de la voie ferroviaire Khawf-Herat joue un rôle important dans l'augmentation des exportations et des importations », a-t-il indiqué.

« Le chemin de fer Khawf-Herat contribue à la prospérité économique de l'Afghanistan et le développement des échanges entre l'Iran et ce pays », a-t-il ajouté.

« Avec la mise en place du chemin de fer Khawf-Herat, la chaîne de transport de marchandises et le point de connexion du couloir nord-sud seront achevés », a affirmé le responsable iranien ayant souligné la possibilité de connecter et de transiter les marchandises afghans par le transport ferroviaire vers les eaux libres et la mer d’Oman dans un avenir proche.

« Cet important projet a été achevé grâce aux efforts des experts iraniens qui même après l'exploitation de la ligne ferroviaire Khawf-Herat, s’engageront à former leurs confrères afghans pour une durée de six mois », a-t-il déclaré.

« En mettant en œuvre trois volets de l'important projet ferroviaire de Khawf à Herat, l'Iran a prouvé qu'il continuait de défendre le peuple afghan, qu'il était activement impliqué dans la reconstruction de ce pays et que les intérêts de l’Afghanistan sont liés à ceux de l’Iran », a conclu le responsable iranien.

Mots clés