Dec 27, 2020 20:03 UTC
  • Cyber-offensive: les impacts?

La police israélienne a rapporté dimanche 27 décembre qu’elle avait subi 8 377 cas de cyberattaques à ce jour en 2020, la plupart concernant le vol d’identité et la falsification de documents, a rapporté en exclusivité Israel Hayom. Sur les 8 377 affaires, 2 093 concernent « l’usurpation de l’identité d’une autre personne à des fins de tromperie » et 2 795 autres concernent la contrefaçon.

Le 5 décembre, la compagnie d’assurance israélienne Shirbit a été victime d’une demande de rançon informatique. Ses directeurs refusant de céder au chantage, les hackers ont mis à exécution leurs menaces.

C’était la première fois qu’une attaque de telle ampleur touchait une société financière israélienne. Les responsables de Shirbit estiment qu’il s’agit d’un acte de cyberterrorisme et que le but véritable n’est pas d’obtenir la rançon exigée. Mais les spécialistes de ce genre d’attaques émettent des doutes sur cette hypothèse et penchent plutôt sur la piste d’un acte criminel dans lequel, selon certains indices, seraient impliqués des ressortissants israéliens.

« Les acteurs de la police doivent comprendre que les défis auxquels ils sont confrontés avec les cyberattaques - qui ne sont actuellement pas très compliquées dans leurs méthodes et leurs exécutions - deviendront très rapidement compliqués », a estimé Saar Gershoni, avocat en propriété intellectuelle.

D’autre part, selon Alex Fishman, chroniqueur pour le journal Yediot Aharonot, il est surprenant que les hackers aient pu accéder « à la chose la plus sacrée qui soit », le système de renseignement des États-Unis. Les coûts infligés aux compagnies israéliennes ont fait que la cyberguerre s’étend et s’intensifie.

En 2011, Israël et les États-Unis ont entrepris des cyberattaques contre le programme nucléaire iranien. D’ailleurs, le principe directeur d’Israël dans sa guerre est d’être constamment à l’offensive, indique Fishman. Mais aujourd’hui, ce sont les attaquants mêmes qui se retrouvent dans la position de l’attaqué.

La semaine dernière, en Israël, des cyber-experts ont témoigné d’une récente vague de piratages visant des entités commerciales de l’économie, ainsi que les domaines de la médecine et de la technologie. On a accusé des hackers iraniens d’avoir mené une cyberattaque contre l’Israel Aerospace Industries, une entreprise de construction aéronautique israélienne. Le groupe de hackers iraniens Pay2Key aurait aussi piraté jeudi 24 décembre la société israélienne de cybersécurité Portnox, selon les médias israéliens. Portnox possède un riche portefeuille de centaines de clients de haut niveau, certains étant considérés comme les plus grandes entreprises du régime israélien, y compris la société de défense Elbit Systems.

Le journal Haarezt s’était interrogé sur l’incapacité de la police à contrecarrer les cyberattaques malgré un dispositif qui a coûté 76 millions de dollars et qui recrute 350 cyber-experts. Évoquant implicitement l’humiliation que représente cette faille pour Israël, le journal rapporte qu’« Israël du haut de sa fierté, croyait être le meilleur dans le domaine cyberdéfense. Il croyait pouvoir neutraliser toute attaque, mais ce n’est pas le cas ».

« Israël se rend compte maintenant du pouvoir de l’Iran dont il se sert pour nous nuire. Après l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, l’un des instigateurs du programme nucléaire iranien, les manœuvres du groupe Pay2Key invitent à la réflexion », a-t-il ajouté.

Mots clés