Jan 11, 2021 19:26 UTC
  • Ansarallah met en garde les USA

Le porte-parole d’Ansarallah et chef de l’équipe négociatrice de ce mouvement yéménite a réagi à l’annonce de la décision américaine de sanctionner Ansarallah. « Si les États-Unis ne reviennent pas sur cette décision, le mouvement Ansarallah prendra les mêmes mesures de rétorsion », a affirmé Mohammed Abdessalam.

Dans une interview accordée à l’édition arabe de l’agence de presse russe Sputnik, le porte-parole d’Ansarallah, Mohammed Abdessalam, a réagi au blacklistage de ce mouvement populaire yéménite par Washington.

Dimanche soir, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a prétendu que « son département allait informer le Congrès de son intention de désigner le groupe yéménite Houthi, connu sous le nom d’Ansarallah, comme “organisation terroriste étrangère” ».

Le porte-parole d’Ansarallah a indiqué : « Cette prise de position des États-Unis n’a dans les faits rien de nouveau, car ils ont commis les crimes les plus abominables au Yémen et adopté les sanctions économiques et inhumaines les plus dures contre le peuple yéménite. Ils se sont engagés dans une intervention militaire contre notre pays et ont offert un appui tous azimuts aux agresseurs. »

« L’absence d’une révision sérieuse côté américain sur cette décision nous obligera à prendre des mesures de représailles identiques envers les États-Unis sur beaucoup d’autres dossiers », a-t-il précisé. « Nous croyons que l’administration Trump se trouve actuellement dans un état de confusion apparente, et que ses décisions représentent désormais des partis pris de dernière minute en faveur de certaines parties », a affirmé Abdessalam, notant que « l'administration Trump a jusqu’ici échoué dans tous les dossiers régionaux, ayant renforcé un sentiment de mécontentement contre elle-même et contre ses principaux alliés, dont l’Arabie saoudite et Israël ».

L’agence de presse Reuters citait ce lundi le communiqué émis par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, d’après lequel Washington allait désigner comme « terroristes » plusieurs hauts responsables d’Ansarallah.

Le communiqué de la diplomatie américaine a été émis alors que la coalition saoudo-émiratie a largué bombes et missiles au cours des six dernières années sur les infrastructures du Yémen, imposant un blocus général, une famine sérieuse et un gros manque de moyens sanitaires et médicaux au peuple yéménite. Avec l’appui des États-Unis, la coalition continue le massacre des femmes et des enfants yéménites, et voici que M. Pompeo accuse de « terrorisme » Ansarallah, un mouvement populaire qui s’applique à défendre le peuple yéménite, faisant preuve d’une résistance inégalable face à l’agression saoudo-émiratie contre le Yémen.

Sans faire allusion à l’immense volume d’armements mortels que son pays et ses alliés, dont la France et la Grande-Bretagne, ont fourni à la coalition, armements qui sont utilisés contre les civils et les infrastructures yéménites, Pompeo a également accusé l’Iran d’ingérence dans la guerre au Yémen.

 

Mots clés