Jan 16, 2021 21:18 UTC
  • Frontière irako-syrienne: les USA veulent créer un vide sécuritaire

Une source irakienne a fait part d’un nouveau plan des États-Unis visant à créer un vide sécuritaire à la frontière irako-syrienne.

Ce samedi 16 janvier, une source bien informée a fait part du plan américain consistant à restaurer et rétablir le groupe terroriste de Daech dans le désert d’al-Anbar et d’al-Jazira. Les récentes attaques américaines sur la frontalière irako-syrienne avaient donc pour objectif de faciliter le déplacement des éléments de Daech.

Lors d’une interview avec Al-Maalomah, la source précise que « les avions américains et israéliens ont mené plusieurs attaques contre les forces syriennes et leurs forces de soutien ces derniers jours. Ils ont visé les centres de contrôle des frontières et le centre du commandement des forces syriennes. Ils veulent forcer l’armée syrienne à évacuer la bande frontalière ».

Selon la source, le commandement militaire américain veut intensifier les attaques contre les Hachd al-Chaabi : c’est un prélude aux attaques militaires contre les brigades de cette organisation basée dans la bande frontalière. Si cela se produit, il y aura un vide sécuritaire, qui facilitera le transfert des éléments de Daech dans les déserts d’al-Anbar et d’al-Jazira jusqu’à al-Tharthar.

Les rapports des services de renseignement montrent que les forces américaines et les FDS ont fait évacuer plus de 12 000 combattants de Daech du camp d’al-Hol, dont la plupart sont des dirigeants arabes et non arabes de cette organisation terroriste. 

Il y a quelque temps, la ville syrienne de Hassaké a été témoin d’une importante opération des hélicoptères américains aux heures tardives de la nuit. Ils transféraient des prisonniers de Daech à la frontière syro-irakienne.

Pour la dixième nuit consécutive, des hélicoptères de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont été aperçus volant à basse altitude au-dessus de la partie sud de Hassaké où sont installées des prisons pour des hommes armés de Daech de différentes nationalités. 

Dans une interview avec Al-Mayadeen, des sources syriennes sur le terrain ont déclaré que des hélicoptères transportaient plusieurs fois par jour des prisonniers de Daech vers leurs bases en Irak depuis les prisons de Ghuwayran et d’al-Sina’a à Hassaké. Plus de 100 prisonniers ont été libérés, puis armés. 

Au cours des trois derniers mois, les États-Unis ont transféré des dizaines de combattants de Daech des prisons d’al-Shadadi et Hassaké vers une zone de 55 kilomètres d’al-Tanf. Ils les ont préparés à des attaques contre des bases de l’armée syrienne dans le désert de Badia.

Les États-Unis cherchent donc à maintenir leur présence en Syrie et en Irak sous prétexte que les activités de Daech dans la région ont repris.

Mots clés