Jan 19, 2021 20:05 UTC
  • Redoutable deal Pfizer/Israël

La conclusion d’un accord permettant à Israël de mettre à la disposition de la compagnie pharmaceutique Pfizer les données des personnes vaccinées a suscité une vague de critiques quant à la violation de la vie privée des individus.

Israël a obtenu un stock de vaccins contre la Covid-19 du géant pharmaceutique Pfizer en échange notamment du partage rapide de données sur les effets de cette immunisation sur sa population, selon un accord consulté lundi 18 janvier par l’AFP.
Selon plusieurs médias locaux, Israël a déboursé davantage que le prix du marché pour acheter les vaccins. Une information que les autorités du régime ont refusé de commenter.
Mais Israël a fait miroiter à Pfizer l’accès rapide à des données à grande échelle sur les effets de son vaccin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reconnu récemment que Tel-Aviv acceptait de « partager avec Pfizer et l’ensemble du monde l’ensemble des données statistiques ».
Selon des spécialistes de la protection de données privées, la numérisation à grande échelle des données de santé en Israël pourrait être une violation de la vie privée. 
« En un mois ou six semaines, Israël peut offrir à Pfizer des données sur des millions de personnes », selon les experts, soulignant que ce partage de données aurait dû faire l’objet d’un débat public, d’autant que certains craignent que leurs données ne soient pas anonymisées.

En Norvège, 23 décès ont été signalés suite à la vaccination contre la Covid-19, sur seulement 25 000 vaccinés.
Au Royaume-Uni, deux membres de personnel médical ont été fortement touchés par les effets secondaires du vaccin Pfizer. Idem pour deux infirmiers à Alaska. 

Aux États-Unis, un infirmier et un médecin ont été contaminés après avoir reçu le vaccin et une infirmière de 41 ans, au Portugal, est décédée deux jours après l’injection. En Suisse aussi, deux personnes âgées sont mortes après avoir reçu le vaccin. 
Le gouvernement australien mène des recherches sur la sûreté du vaccin Pfizer. 
D’autre part, la compagnie Pfizer a annoncé le ralentissement de la livraison des vaccins pendant les derniers jours du mois de janvier afin de mener des examens plus stricts sur les effets du vaccin. 

 

Mots clés