Jan 21, 2021 17:51 UTC
  • Trump s’en va, MBS se tourne vers Moscou

Terrifiée par une Amérique sans Trump, l’Arabie saoudite a demandé à Moscou, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, de réparer les relations de Riyad avec Téhéran et Ankara.

Faisal ben Farhan al-Saoud, le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui a succédé à Adel al-Jubeir depuis un an, s’est rendu pour la première fois en Russie, principale adversaire des États-Unis. Coïncidant avec le départ de Trump, le choix de la Russie comme première destination de l’Arabie saoudite a suscité de nombreuses questions.

De nombreux analystes estiment que la visite de Faisal ben Farhan al-Saoud à Moscou à la veille du départ de Trump de la Maison-Blanche reflète l’inquiétude de Riyad face à une Amérique sans Trump.

En d’autres termes, Riyad redoute la prise de fonction d’un Joe Biden qui n’a pas hésité à s’en prendre à l’Arabie saoudite lors de son discours de campagne coïncidant avec l’anniversaire du meurtre du journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul en octobre 2018.

Joe Biden avait affirmé qu’en cas de victoire aux présidentielles 2020, il reconsidérerait les relations avec l’Arabie saoudite et donnerait la priorité aux engagements des États-Unis en faveur des valeurs démocratiques et des droits de l’homme même dans les relations avec les partenaires les plus proches.

Ces propos ont terrifié le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, l’un des principaux auteurs de l’assassinat de Khashoggi.

À cet égard, la demande de l’Arabie saoudite aux responsables russes de réparer les relations de Riyad avec Téhéran et Ankara figurait parmi les questions abordées par ben Farhan avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le 14 janvier.

Celui-ci a souligné lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de la rencontre que son pays était disposé à jouer un rôle de médiateur et à résoudre les préoccupations de Riyad.

Lavrov a déclaré à la partie saoudienne que la Russie était prête à transmettre les préoccupations de Riyad à l’Iran, d’autant plus que Moscou a fait état d’une visite imminente du chef de la diplomatie iranienne en Russie. 

« La Russie s’intéresse au dialogue entre l’Iran et les pays arabes, elle est prête à les aider dans cette direction, tous les sujets de discorde peuvent être soulevés lors d’une conférence proposée par Moscou », a déclaré M. Lavrov.

Compte tenu de la défaite électorale de Trump et de la victoire de Biden, l’Arabie saoudite semble vouloir faire un virage à 180 degrés dans sa politique étrangère et redéfinir ses relations.

Mots clés