Jan 26, 2021 18:42 UTC
  • Coup de grâce d'Israël à Riyad?

Un analyste israélien encourage Washington à déployer ses armes nucléaires en Arabie saoudite pour persuader l’Iran d’arrêter son programme nucléaire, l’idée que Riyad semble accueillir en raison du potentiel militaire croissant de l’Iran et de ses alliés dans la région du Moyen-Orient.

Un média israélien a suggéré que les responsables de Tel-Aviv tentent de persuader les autorités américaines de déployer des armes nucléaires sur le territoire saoudien.

Le site Web Israel Defense a proposé dans une note aux responsables israéliens de contraindre les États-Unis à implanter leurs armements nucléaires en Arabie saoudite.

Selon Ami Rojkes Dombe, auteur de l’analyse, ce n’est qu’une bombe nucléaire qui peut dissuader l’Iran à poursuivre son programme nucléaire.

Dans ce contexte, l’auteur prétend que le déploiement de tels armements dans la région pourrait être vu comme un facteur dissuasif dans le domaine de la course aux armements nucléaires au Moyen-Orient et qu’il le considère comme une condition préalable pour le retour de la stabilité de la région sans poser la question de savoir qui est la source de l’insécurité prévalant dans la région.

L’auteur appelle les États arabes riverains du golfe Persique à apporter leur soutien au projet en s’exprimant en ces termes :

« Les pays membres du Conseil de Coopération du golfe Persique (CCGP) pourraient jouer un rôle efficace dans la signature de l’accord sur le nucléaire iranien, mais ils n’ont eu aucune contribution dans le cadre de la dissuasion nucléaire », affirme l’auteur israélien.

Il a par ailleurs prétendu :

« La même politique de dissuasion que les États-Unis avaient imposée aux Russes en Turquie et en Europe pouvait s’appliquer à l’Iran. »

« Le déploiement de bombes nucléaires dont disposent les États-Unis dans le territoire du royaume saoudien pourrait être une étape importante à cet égard », selon Rojkes Dombe. Et d’ajouter : « Le déploiement et l’entretien de bombes nucléaires dans le royaume saoudien par l’armée américaine sont des gestes relativement sûrs, puisque l’armée américaine a également de l’expérience dans le déploiement de ces armes en Turquie depuis de nombreuses années, et étant donné que de tels armements sont supervisés directement par l’US Army, il exclut que les parties hostiles puissent accéder à ces armes. »

On peut mieux concevoir les préoccupations des Israéliens et leurs alliés régionaux sur le potentiel militaire croissant de la RII, lorsque les médias régionaux reconnaissent la supériorité militaire de l’Iran sur ses rivaux régionaux, en particulier l’Arabie saoudite.

La chaîne qatarie Al-Jazeera vient de rapporter : « L’Iran occupe une position supérieure dans la région par rapport à l’Arabie saoudite », mentionnant de nombreux cas de préoccupation des Saoudiens. 

À ce sujet, Al-Jazeera a récemment révélé : « Les Saoudiens ont exprimé leur inquiétude quant au programme nucléaire iranien, d’autant plus qu’ils n’écartent pas l’hypothèse du futur accès de l’Iran à une bombe nucléaire. C’est ainsi que l’Arabie saoudite a pour sa part décidé de posséder ses propres installations nucléaires et a même été accusée d’acheter des armes nucléaires au Pakistan, quoique ces deux pays le nient. »

La télévision qatarie a ensuite évoqué l’accord nucléaire signé en 2015 entre l’Iran et les 6 puissances du monde (États-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France Allemagne) en termes duquel l’Iran s’est engagé à réduire son programme nucléaire en échange de concessions économiques, allouées par l’Occident.

« L’accord ne plaisait cependant pas à Riyad et son allié américain, et pour cette raison, l’administration Trump a décidé de se retirer unilatéralement de l’accord nucléaire en 2018. Pourtant la question de savoir pourquoi l’Arabie saoudite est en concurrence avec l’Iran. » La chaîne qatarie répond par la suite que les Iraniens ont le dessus dans la région en raison de la puissance de leurs alliés militaires. En fait, la chaîne de télévision arabe fait référence au mouvement Ansarallah au Yémen, au mouvement de la Résistance au Liban, au Hamas dans les territoires occupés ainsi qu’à l’axe de la résistance populaire en Syrie et en Irak, les alliés qui pèsent de leur poids dans la région et ont réussi à paralyser la machine de guerre d’Israël de l’Arabie Saoudite et leurs alliés régionaux et occidentaux, au Moyen-Orient.

 

 

Mots clés