Feb 08, 2021 10:39 UTC
  • Ce

Aux critiques qui lui reprochent sa décision de retirer l’USS Nimitz du CentCom pour le re-déployer dans le Pacifique, quitte à priver les Etats-Unis de « tout porte-avions » dans la région du Moyen-Orient et du golfe Persique, le nouveau chef du Pentagone Austin aurait répondu, à en croire son porte-parole John Kirby ceci :

« Le secrétaire à la Défense, Lloyd J. Austin III, estime que l'Amérique a "une solide présence au Moyen-Orient. Les militaires américains sont basés dans de nombreux pays du golfe Persique et la puissance aérienne contrer tout adversaire…les États-Unis, pourrait-on penser, seraient extrêmement agiles s’il était nécessaire de réagir rapidement ou de contre-attaquer. L'Amérique a de nombreux alliés de la coalition au Moyen-Orient où ils pourraient probablement baser des moyens aériens, allant des bombardiers aux F-22 ou même aux F-35, qui ont eux-mêmes été utilisés au combat.»

C’est à croire que les quatre ans de présidence Trump à la tête de l’Amérique, émaillée de dizaines de clashs militaires avec l’Iran, aussi bien en mer, dans l’air que sur terre, clashs qui ont tous contribué à porter au grand jour les failles systématiques dont force la plus puissante armée du monde, ni non plus des dizaines de papiers que les Think tank pro-Biden reproduisent frénétiquement en ce moment même à l’intention du président démocrate ne leur serviraient guère de leçon, la continuité étant le maître mot de l’Empire finissant.

Alors même que le duo Biden-Austin tente de maquiller cette défaite militaire historique face à l’axe de la Résistance en l’occultant tantôt en offre de paix de pacotille à Ansarallah tantôt en redéploiement de l’US Army sur la côte ouest saoudienne, façon de fuir la « mêlée golfe persienne », Israël annonce avoir débloqué quelque 9 milliards de dollars à l’effet de se doter de davantage d’avions de chasse en d’hélicoptère et d’avions ravitailleurs. La chaîne 13 qui rapporte l’information n’évoque évidemment pas que le pactole est d’origine saoudo-émirati sinon une entité sioniste totalement exsangue ne serait se payer un tel luxe, tout ce qu’elle dit c’est que l’achat correspond à la mission de "l'Armée de l'air sioniste" à faire face « aux missiles » et aux « autres menaces aériennes ».

Cette annonce intervient en effet au terme d’une semaine « noire » pour l’armée de l’air sioniste qu’Austin feint ignorer à dessin en brandissant pour la énième fois le vrai-faux épouvantail des F-35 et  des F-22. Samedi dernier un drone israélien de type Matrice 100 a été intercepté dans le ciel de Gaza pour être suivi quelques heures plus tard par un autre appareil de type similaire capturé par le Hezbollah puis encore d’un autre, intercepté par Gaza et ce jeu d’interceptions croisés qui en dit long sur l’existence d’un Centre de commandement intégré, a culminé mardi dernier par ce Hermes-450 royalement pulvérisé en plein ciel du sud Liban par des batteries de DCA du Hezbollah que d’aucuns disent être de type « Oghab », une superbe conception made in Iran laquelle mélange à la fois les vertus de Pantsir-S et de TOR russe avec évidemment ce « grain de sel » que comportent tous les produits de l’industrie militaire iranienne destinés aux alliés et qui fait qu’un porte-avions comme USS Nimitz finit par fuir les vedettes rapides du CGRI dans le golfe persique ou qu’un MC-4 est abattu à 50. 000 pieds d’altitude dans le ciel du Hormozgan, aussitôt impacté par un missile Sayyar de la batterie Khordad-3.

Le Hezbollah n’a pas commenté le coup de Hermes 450 mais des sources bien informées soulignent qu’Oghah, né de l’expérience de la guerre en Syrie, utilise à la fois les missiles et l’artillerie, et est capable de détecter les missiles de croisière et toute autre menace aérienne à basse altitude et de surcroît, le brouillage et la suppression électronique comme celles qui semblent avoir préludé à la chasse croisée des drones israéliens cette semaine est son « plus », ce plus que possède Oghab et dont sont privés TOR et Pantsir.

Les 9 milliards de dollars d’achats « aériens » de l’entité seront-ils faire face à ces « plus » ?

Un Aviv Kouchavi, chef d’état-major de l’armée israélienne répondra sans hésiter par affirmative, lui, qui, animé par appât de gain politique, a annoncé, au risque de se mettre à dos l’armée sioniste, avoir dans sa sacoche « de nouveaux plans contre l’Iran » qu’il compte bombarder avec ou sans le feu vert de Biden et ce, au risque de se mettre à dos la totalité de l’armée et des stratèges sionistes, terrorisés à l’idée d’avoir à faire face à des vagues d’attaques préventives de l’axe de la Résistance. Un Israel Defense est même revenu sur ces propos mal déplacé affirmant que la DCA israélienne « multicouche » mourrait face à la première vague d’attaque des drones de Gaza dévoilé la fin décembre et que l’Iran n’avait même pas besoin de tirer un seul Sejjil pour en venir à bout.

« En cas d’éventuelle guerre, l’Iran pilotera la première vague de drones qui détruiront tout d'abord la défense anti-missile d'Israël pour ouvrir la voie à une frappe de missiles. Les Iraniens ont créé une capacité offensive pour briser la défense aérienne israélienne et ils l'ont aussi transmis."

Mais à la question ci-dessus, un Seth Jones, chercheur émérite du Think Tank Centre d’études internationale et stratégique réfléchirait à deux fois avant de répondre par un oui. Dans un tout récent article, l’intéressé, tout en décrivant l’état des liens d’hostilité entre les USA d’une part et la Chine, la Russie et l’Iran de l’autre, affirme : «  Le plus grand défi qui se pose de plein fouet à Biden est moins son retour ou non à l’accord nucléaire que cette redoutable capacité de l’axe pro-Iran en termes balistiques et de guerre électronique.

“La série d'exercices militaires organisés récemment par l'armée et le Corps des gardiens iranien,10 exercices en 20 jours, ont porté au grand jour que c’est sur ce double front que Biden aura le plus de mal et que c’est là qu’il faut travailler…. Avec tous les F-35 ou F-22 du monde Israël ne saura se mettre à l’abri  des missiles à longue portée et de haute précision, de courte portée, de croisière  des forces armées de l’axe pro-iranien qui opèrent suivant un modus operandi extraordinairement cohérent et synchronique…C’est d’ailleurs « ce plus » qui distingue l’Iran de la Russie voire même de la Chine qui n’ont jamais su « mobiliser leurs alliés contre leurs ennemis ».

Et Jones ne croit pas si bien dire : A l’heure où il écrivait son analyse, le ministre iranien de la Défense inaugurait quelque part en Iran la première usine de combustible solides composites capables de fournir du combustible à tous les missiles de combat au sol, parallèlement à l’inauguration de la chaîne de production de masse des MANPADS iraniens. Ce combustible solide composite fera que des missiles sol-sol, des roquettes, ou encore les MANPADS de la Résistance, tel que Fateh-110, Zolfaghar, Zelzal, Misagh gagnent en portée et partant en efficacité avec une portée allant de 200 km à 500 km et ce, sans que changent le diamètre ou la longueur de l’engin, composé de matière composite légère, comme les drones qu’a inauguré Gaza lors de son exercice militaire à balle réelle le 31 décembre.

Lors de cette inauguration, le général de brigade Hatami a souligné une chose très importante que Seth Jones a compris mais que Kouchavi et Austin n’ont pas pigé encore : « les missiles MANPADS iranien comme Misagh constituaient l'une des armes les plus sophistiquées et les plus efficaces contre les forces ennemies et les cibles à basse altitude. Ce sont des missiles simples à utiliser et à manier par toutes les forces de combat amies malgré son haut niveau de technologie. Ces missiles sont égaux au système portatif de défense aérienne le plus moderne dans le monde en termes de technologie et de capacité tactique, et sont même supérieurs aux modèles étrangers dans certains composants ».

Et le général Hatami pensait évidemment à tous ces combats que mènent en ce moment les Hachd al Chaabi en Irak, Ansarallah au Yémen, la Résistance palestinienne à Gaza, le Hezbollah au Liban et tous ces combattants ensemble en Syrie face à l'Empire et ses affidés sionistes : "La résistance face à diverses cibles aériennes à basse altitude comme les hélicoptères, les drones et les missiles de croisière  constitue la caractéristique la plus importante de ces MANPADS qui apporte à l'axe de la Résistance de quoi amplifier ses capacités de batailles asymétriques à basse altitude. Quant à l'usine de production de combustibles solides composites, elle est un "plus" pour "fournir du combustible solide à tous les missiles sol-air" et augmenter la défense aérienne à basse altitude en raison de sa plus grande portée d'énergie et de la vitesse des missiles sol-sol et de la défense aérienne". Alors les 9 milliards de dollars israéliens dépensés en achat d'hélico, de chasseurs... pourraient s’avérer in fine une gabegie de plus.... Entre F-35 et F-22 d'une part et les missiles "démocratisés" iraniens à combustible solide composite de l'autre, le premier choc n'est pas trop loin.. et vu la débandade dans le camp d'en face, ce sont les seconds qui remporteront. 

 

 

Mots clés