Feb 09, 2021 13:03 UTC
  • Israël: la flotte F-35 attaquée!

Dans la nuit de lundi à mardi, le 9 février, alors même que les manifestants criaient "Netanyahu, corrompu, démission!", le PM sioniste, de moins en moins visible en public par crainte de froisser le nouveau chef de la Maison Blanche, a appelé au téléphone le président Poutine pour parler l'Iran et la Syrie.

Les sources bien informées ne vont pas par quatre chemin pour affirmer que l'intéressé, littéralement paniqué à l'idée d'une alliance renforcée Téhéran-Moscou en Syrie, maintenant que les va-en-guerre démocrates se sont emparés de la Maison Blanche, et qu'ils ont décidé d'ériger leur première base aérienne à Deir ez-Zor tout en se payant le luxe de manipuler les Kurdes de Syrie contre l'Etat syrien, la Russie et les populations de l'est de l'Euphrate, aurait demandé l'alignement russe sur Tel-Aviv, soit la fin de la "neutralité de Moscou" face à l'Iran et au Hezbollah ou ce qui revient au même, le "soutien russe aux raids au missiles et aux frappes sionistes lancés contre le territoire syrien, au nom d'"une campagne de guerre dans la guerre" qui pour avoir lamentablement échoué, n'a toujours pas perdu son attrait pour une Armée israélienne en lambeaux.

Evidemment la présence de l'émissaire du Leader iranien à Moscou porteur d'une lettre d'une extrême importance laquelle risque d'activer les S-400 ou les S-300 russe contre les F-16 ou les F-15 ou encore les F-18 israéliens, ou encore d'étendre son champ d'action au sud voire au nord du Liban, ligotant ainsi Israël plus qu'il n'est depuis qu'il sait qu'il y a une superbe DCA du Hezbollah n'a pas été étranger à ce coup de file. D'où cette sortie un peu irresponsable de Gantz, ministre israélien de la Guerre, dont l'armée ne s'affiche plus depuis le juillet 2020, ni au Golan occupé ni même en Galilée de peur des snipers du Hezbollah, de ses commandos et plus récemment de ses drones de reconnaissance, de combat et kamikaze qui parviennent même à distraie les radars les plus sophistiqués de l'armée sioniste, en plein exercice militaire d'envergure : "Si le front Nord est ouvert, les civils libanais auraient à payer un lourd tribu pour cause des armes cachées par le Hezbollah... Nous n'hésiterons pas à frapper l'Iran à nos frontières (!) et .... ".

Bref, la cacophonie la plus totale ! Mais hier soir en Israël, l'essentiel n'a pas été ces verbiages qui n’impressionnent même plus les colons les plus fanatiques.

Dimanche 8 février au soir, une première tentative d'attaque contre une base aérienne israélienne a eu lieu au sud de la Palestine occupé, pas trop loin de Gaza, où la Résistance palestinienne a intercepté la semaine dernière et en totale synergie avec le Hezbollah deux drones de reconnaissance sioniste. Cette Gaza qui a tenu fin décembre sa première exercice militaire conjugué à balle réelle sous les yeux ahuris des Sionistes. Evidemment " les assaillants" qui auraient foncé à bord de leur voiture en direction de la base en question n'auraient cherché qu'à en mettre à l'épreuve la défaillance stricte de son système de surveillance, ce qui n'est rien quand on sait qu'il s'agit de Nevatim, ou Force Base 28, située au sud-est de Be'er Sheva, près de Moshav Nevatim.

Depuis 1983, Nevatim traine l'attribut de nouvelle base aérienne moderne avec deux pistes à la suite d'un financement conjoint des gouvernements israélien et américain et ce, dans le cadre du redéploiement de l'Armée de l'air sioniste hors de ses bases dans le Sinaï. Depuis 2003, cette même base s'est mise à accueillir des escadrons de F-16 et puis tout récemment ces fameux F-35 avec quoi Israël menace sans cesse la Résistance! De cette tentative d'infiltration, Sputnik qui se réfère aux sources israéliennes dit : " Plusieurs suspects à bord d'une voiture volée, sont entrés par effraction dans la base de l'armée de l'air israélienne Nevatim alors qu'elles étaient engagées dans une course poursuite avec la Police... mais elles ont réussi à s'enfuir  laissant leur véhicule derrière eux.... Aucune pour s'inquiéter".

Evidemment, la version est trop contradictoire pour rassurer les colons qui ont entendu pendant de longues heures les sirènes d'alertes retentir su la base israélienne. Des versions ultérieures émises par une armée sioniste totalement débordée disent : " Plusieurs suspects "bédouins" avaient volé une voiture dans la ville israélienne de Dimona et pénétré par effraction dans la base aérienne de Nevatim, laissant la voiture à proximité. Alors que les trois intrus signalés étaient toujours en fuite, 13 News a déclaré qu'ils étaient entrés dans la base militaire par des portes qui avaient été ouvertes pour un autre véhicule. La voiture volée conduite par les suspects a été endommagée par des pointes de pneus et, lorsque la police est arrivée sur les lieux, les trois hommes ont repéré les policiers et se seraient enfuis à pied.... Les hélico sont à leur recherche".

Récapitulons : les "assaillants" partis du réacteur de recherche "ultra protégé" d’Israël, au Neguève, Dimona, sont parvenus sans accroc à pénétrer la base aérienne la mieux protégée d'Israël avec une extraordinaire facilité, puisque leur action aurait été coordonnée avec des "intrus" ayant royalement pénétrés les rangs les rangs de l'armée sioniste, lesquels intrus leur auraient ouvert les portes. Avouons que pour une entité qui a vendu des décennies d'affabulation autour de son soi-disant appareil de renseignement interne et externe, c'est plutôt limite surtout quand on sait que Nevatim est le nid de la flotte la mieux "hollywoodiennement" exploitée qu'est celle de F-35. Avec tous les arts du monde, Netanyahu, Gantz , Kochavi ... ne saurait minimiser cette méga opération commando menée par "une poignée de bédouins de Néguev". 

Surtout que cette opération commando venu du front Sud a coïncidé avec un autre coup monumental que rapporte le journal sioniste Yediot Aharonot  ce lundi 8 février, celui d'une vaste cyberattaque visant parallèlement des entreprises en Palestine occupée, aux États-Unis et en Inde mais aussi et surtout des firmes liées  à l’industrie aéronautique israélienne. L'info n'évoque pas les fameux Pay2Kay qui ont piraté début janvier les servers de IAI ou Israel Aeospace Industrie avec tout ce qu'ils possédaient en données liés aux batteries de DCA Dôme de fer et aux drones israéliens , etc... mais les doutes s'orientent évidemment vers le front Nord et le Hezbollah.

Décidément, la guerre anti-Israël devient hybride et trop complexe pour qu'une armée israélienne dont les effectifs détourent des armes dans leurs bases de campement avant de les faire écouler sur le marché "noir" et de les voir réapparaître en Cisjordanie puisse la gérer. Maariv de  ce mardi fait état de la disparition d'au moins 33 fusils M16 et des milliers de balles dans l'une des bases militaires en Israël, second cas depuis le début de l'année. Mais puisqu'aucun des commandants n'auraient été mis au courant, l'affaire ne se savait même il y a encore quelques jours. Alors l'embrasement du front Nord ou Sud, Gantz ferait mieux de n'y penser même pas.

 

Mots clés