Feb 24, 2021 22:29 UTC
  • Ansarallah abat un avion saoudien!

C'est loin d'être un simple hasard : ...

Quelques heures après l'annonce du prochain déploiement des batteries de missiles Patriot "grecs" en Arabie saoudite où les Etats-Unis ont déclaré zone militaire toute la côte ouest à savoir le port pétrolier de Yanbu, ainsi que les localités de Taëz et de Tabouk, juste en face du Port- Soudan où les Russes viennent de s'offrir leur première base navale en mer rouge, un avion de la "coalition" vient d'être abattu dans le ciel de Maarib au nord du Yémen où la guerre de libération vient d'entrer dans la phase finale. D'intenses combats se poursuivent en effet sur le front est à Sirwah où la Résistance continue à avancer pour venir à bout de l'armée saoudienne, de ses conseillers occidentaux et de ses mercenaires à Asdas, village stratégique situé à l'est de Maarib.

Le fait qu'un avion de reconnaissance saoudien ait été abattu dans le ciel de Maarib n'augure de bon pour Riyad et l'axe US/OTAN qui devrait, tout raison garder, voir le signe de l'extension de la DCA yéménite au-dela de Sanaa et de Sadaa à savoir dans le ciel de Maarib. C'est d'autant "plus mauvais"e comme évolution que les tribus de Maarib continuent à se dissocier des rangs saoudiens, et à rallier les rangs d'Ansarallah et que la chute imminente de la province pétrolifère, revient de facto à couper la voie terrestre entre l'Arabie d'une part et les régions occupés du sud y compris Aden de l'autre et de ne laisser à la coalition d'occupation qu'une seule et unique voie d'accès aux ports stratégiques du sud du Yémen que la liaison terrestre transitant via la province de Mahra. 

Que se passe-t-il au juste? Puisqu'une fois Maarib libérée, il ne restera plus aux Américains et consouert, la liaiosn aérienne, et bien il se passe que la route aérienne ne seraient plus trop sûre, Ansarallah ayant parfaitement la possibilité de placer une bulle de DCA à Maarib et de viser les avions de la coalition dans le ciel de cette province, l'espace aérien du sud saoudien, à Jizan, à Najran et à Assir, ayant déjà passé sous le feu des missiles sol-air et des drones d'Ansarallah, comme l'a déjà prouvé la série d'attaques aux drones et missiles récente visant l'aéroport d'Abha et de Khamis Mushait.

Al Khabar al Yemeni affirme que l'avion de reconnaissance de la coalition a été intercepté et abattu, alors qu'il se trouvait en mission de collecte d'information visant les positions d'Ansarallah sur le front de Sanaa, ce qui veut plus clairement que la DCA yéménite a opéré sur fond de renseignement transmis depuis les radars basés à Sanana. les forces yéménites sont-elles sur le point créer un réseau de défense aérienne entre Sanaa, Sadaa et Maarib? Possible. Ce mercredi, le service de sécurité et de renseignement yéménite a diffusé une partie des aveux des "espions" à la solde des services occidentaux, qui ont agi surtout dans l'objectif de saboter la défense aérienne yéménite. La chaîne Al-Masirah a diffusé, mardi 23 février, la vidéo des aveux de ces désormais ex-agents en collusion direct avec  "trois officiers américains et britanniques".

La deuxième audition de ces espions s'est déroulé mardi devant le tribunal spécial de Sanaa. Quel a été le modus operandi des officiers de renseignement anglosaxone?. "La chaine Al Masirah souligne que des officiers des services de renseignement américains avaient d'abord recruté des espions dans les zones contrôlées par Ansarallah avant de les mettre en relation avec des agents de renseignement britanniques, rencontrés à l'aéroport d'al-Ghaydah dans la province d'al-Mahra. Cet même aéroporté transformée depuis deux ans par Riyad en une base aérienne et que l'ambassadeur américain avait visité au mois de décembre lors d'une visite-éclair qui avait surpris plus d'un an : " en effet les Amériains et les Britanniques avaient peur que les missiles sol-air d'Ansarallah étendent leur champ d'action et qu'ils parviennent à couvrir la totalité du ciel du nord yéménite: " Ils nous ont demandé donc à traquer les bases de DCA, des batteries de missiles antimissiles d'Ansarallah, affirment ces espions dans leurs aveux.

Al Masirah ajoute :" Les espions ont avoué avoir envoyé des informations sur les positions militaires et les installations civiles et économiques du Yémen au service de renseignement britannique pour 300 dollars par mois. Les membres de la cellule espion ont aussi  reçu une formation militaire nécessaire après avoir rejoint un bataillon de missions spéciales sous le commandement d'un dénommé Fayez Al-Muntasir. 

Ce bataillon avait été créé pour recruter les jeunes des provinces du nord (Saada et Sanaa) et d'en faire des agents de liaison du MIT et de la CIA. Leur mission consistait surtout à localiser et à détruire l'emplacement des systèmes de défense aérienne, des drones d'Ansarallah, suivant le mode d'opération déjà utilisé en Syrie et en Irak, par les terroristes de Daech. D'ailleurs l'appel à la mobilisation général anti ANsarallah qu'a lancé ces derniers jours Daech puis al Qaïda s'inscrit dans ce même sens, les terroristes servant surtout à la CIA et à MI6 de prétexte à maintenir leur présence dans le nord du Yémen. N’empêche que le démantèlement de ce vaste réseau d'espions pro US/pro British est une méga déculottée, la route aérienne reliant l'Arabie saoudite au sud du Yémen étant totalement exposés à la puissance balistique de la Résistance". 

Mots clés