Feb 24, 2021 23:25 UTC
  • Nucléaire iranien: le

Anna Borshchevskaya, chercheur principale à l’Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, qui se concentre sur la politique de la Russie à l’égard du Moyen-Orient a déclaré que l’administration Biden ne devrait pas s'attendre à ce que le Kremlin soutienne la Maison-Blanche au sujet de l’affaire du nucléaire iranien.

L'administration Joe Biden a fait du retour des États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien l'une de ses principales priorités de politique étrangère. Connu sous le nom de Plan global d’action commun (PGAC), l'accord sur le nucléaire a été conclu en juillet 2015 entre l'Iran et les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, la Chine, la France et l'Allemagne. Donald Trump s'est retiré de l'accord en mai 2018 dans le cadre de sa campagne de « pression maximale ».

Tous les yeux sont rivés sur Téhéran, mais il faut prêter attention à un autre pays - la Russie. Moscou a aidé le programme nucléaire iranien pendant des années. La société d'État russe Atomstroyexport a aidé les Iraniens à terminer la centrale nucléaire de Boushehr et leur a officiellement donné le contrôle de l'installation en septembre 2013, deux ans avant que le PGAC ne soit atteint. Dans ce contexte, il ne faut pas s'étonner que le soutien russe au PGAC ait été crucial pour l'administration Obama. Dans ce contexte, le rôle de la Russie sera également décisif.

La Russie soutient l’Iran et torpille les plans US

Et bien que beaucoup restent incertains - le secrétaire d'État Antony Blinken envisage un processus lent et compliqué, axé sur la garantie que l'Iran réussira à revenir en conformité - l'administration Biden devrait se préparer à ce que la Russie tergiverse, plutôt que soutenir ses efforts.

Moscou s'est longtemps opposée aux sanctions sévères visant à amener l'Iran à la table des négociations du PGAC en premier lieu. En règle générale, les responsables russes ont cherché à alléger les sanctions contre l'Iran. En 2010, Moscou a non seulement convaincu les Nations unies de briser les sanctions proposées à l'époque, mais a également obtenu une concession sans précédent: la levée des sanctions américaines contre le complexe militaire russe et l'accord de ne pas interdire la vente de batteries antiaériennes russes à Téhéran.

La coopération ultime de Moscou sur le PGAC n’était pas favorable à Washington, il était plutôt motivé par l'intérêt russe. L’accord a permis à Moscou d’étendre ses liens avec Téhéran, d’arracher des concessions à Washington et de renforcer la position de la Russie en tant que contrepoids régional à l’Occident.

Plus largement, l'accord est intervenu à un moment où la relation russo-iranienne avait atteint son apogée. Cela s'est produit parce que Moscou et Téhéran partageaient des objectifs géostratégiques communs de réduction de l'influence occidentale au Moyen-Orient, y compris une convergence mutuelle d'intérêts en Syrie.

Cet alignement a aidé Moscou et Téhéran à mettre de côté les différences tactiques et à développer leur coopération. Le même mois que le PGAC a été signé, le général de corps de l’armée iranienne, Qassem Soleimani, est allé à Moscou, ce qui était probablement la première étape de la planification de l’intervention militaire russe en Syrie.

Les intérêts russes et iraniens demeurent convergents à ce jour, tandis que l'accord avec l'Iran est désormais l'un des principaux points de l'agenda bilatéral.

Moscou joue le rôle de l'avocat de la défense de l'Iran

Aujourd'hui, comme par le passé, Moscou continue de jouer un rôle à double standard avec l'Occident. Il agit à la fois comme un partenaire prêt et comme un avocat de l’Iran. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que la Russie était prête à travailler avec l'administration Biden, ajoutant que le refus actuel de l'Iran de se conformer au PGAC ne contredit pas ses obligations du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

«Toutes les activités menées par l’Iran sur ces sites sont menées sous le contrôle strict de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et ne vont pas au-delà des obligations de Téhéran au titre du TNP», a-t-elle déclaré.

Alors que l'administration Biden attend impatiemment de relancer l'accord avec l'Iran, on a tiré de précieuses leçons du passé. Biden et son équipe ont clairement indiqué qu'ils voulaient adopter une approche sévère envers la Russie sur un large éventail de questions, de l'ingérence électorale américaine au piratage SolarWind, à l'emprisonnement du chef de l'opposition Alexei Navalny et au pipeline Nord Stream 2. Ces prises de position nous renforcent.

Cependant, si Washington traite Moscou comme une puissance hostile en Europe, pourquoi il adopte un comportement amical  avec ses alliés? Les États-Unis devraient se passer des notions de réinitialisation avec la Russie et se concentrer sur la construction d'une stratégie unifiée qui renforce la position de négociation américaine. L'obstructionnisme du Kremlin ne se limite pas à l'Europe. Biden et son équipe ont clairement indiqué qu'ils voulaient se concentrer sur une compétition de grande puissance. S'ils le souhaitent, il ne devrait plus y avoir de stratégies au coup par coup avec Moscou.

Mots clés