Feb 26, 2021 19:25 UTC
  • Maarib: Ansarallah avertit les officiers US

Le chef du Comité révolutionnaire suprême yéménite a appelé les États-Unis à retirer leurs officiers de Maarib, s'interrogeant également sur le silence assourdissant du Conseil de sécurité au cours de six années de conflits dévastateurs contre le Yémen.

« Que les Etats-Unis retirent leurs experts militaires de Maarib », a déclaré Mohammed Ali al-Houthi, chef du Comité révolutionnaire suprême yéménite.

« La province [Maarib] n’a jamais été calme et le Conseil de sécurité, autrefois silencieux, si s'est prononcé aujourd'hui, c'est plutôt par hostilité », a-t-il affirmé en allusion aux opérations de libération de Maarib, devant un rassemblement populaire ce vendredi 26 février à Sanaa en guise de protestation contre le blocus imposé au Yémen.

« Où était le Conseil de sécurité depuis le début de l’agression, qui appelle désormais à la fin du conflit ? », s'est-il interrogé.

« Mieux vaut que le gouvernement saoudien se défende à l’intérieur de ses frontières, plutôt que les officiers émiratis, saoudiens et américains fassent l’erreur de laisser tuer leurs mercenaires à Maarib », a indiqué le président du Haut comité révolutionnaire du Yémen.

Mohammed Ali al-Houthi a alors appelé les Etats-Unis à « retirer, du Yémen, leurs experts militaires qui assument en fait le commandement des forces de la coalition saoudienne à Maarib, s’ils sont vraiment pour un retour à la paix au Yémen ». 

Il a également invité le gouvernement britannique à cesser de fournir des bombes aux avions de combat saoudiens ciblant les civils, et a souligné que les pays envahissant le Yémen étaient responsables des crimes et de la famine du peuple yéménite.

Une explosion de puissante intensité s’est produite, dans la nuit de jeudi 25 février à vendredi, suite à une attaque au missile des combattants yéménites contre une réunion de commandants et d’officiers de la coalition d’agression saoudienne à Maarib, dans l’est du Yémen. 
Selon al-Mayadeen, « le missile tiré a touché la 3ème Zone militaire de Maarib, comme prévu, faisant des morts et des blessés chez les commandants de la coalition ». 

 

 

Mots clés