Mar 07, 2021 17:24 UTC
  • Syrie: le virage anti-Israël de Poutine...

A l'approche du dixième anniversaire de la guerre totale que l'axe US/Israël a commencé contre l aSyrie, l'actualité syrienne est bien sûr cette dynamique guerrière renouvelée de la Russie qui se manifeste de Lattaquié à Homs en passant par Qamichli et Deir ez-Zor, Hassaké,Deraa... 

 et qui a visiblement pris de court les Américains et alliés : outre d'avoir étendu la base aérienne Hmeimim pour pouvoir y accueillir les Tu-95, ce qui fait dire aux Occidentaux que Poutine veut faire de cette base son Incirlik au Moyen Orient, la Russie continue à amplifier son  barrage de feu à Idlib, à Alep, à Homs ... à raison de 60 raids par jours, et en utilisant missiles de croisière, drones de combat, avions espion... bref tout ce qu'elle n'utilisait pas trop jusqu'ici puisque l'Amérique de Trump était différente au moins sur sa politique russe avec celle de Biden.

Puis il y a ce nœud de gordien enfin tranché à savoir la position russe envers Israël, marquée longtemps de mansuétude mais qui depuis peu n'est plus du tôt la même : Poutine ne veut plus laisser à l'entité sioniste l'occasion de vampiriser la Syrie et il l'a fait savoir ce 3 mars quand on ajoutant quelques "éléments à la DCA syrienne à Damas , il a fait du raid aux missiles de Delilah d'Israël l'un des pires fiascos qu'ait jamais connu l'entité au Levant. Mais c'est un domaine par où Poutine entend très clairement faire comprendre ce changement de la musique c'est bien la nature de ses liens avec la Résistance.

Le 3 mars, plus d'un analyste militaire a vu dans la contre-offensive aérienne de la Syrie dont la DCA interceptait puis détruisait un à un les missiles  sionistes, une signature "iranienne" facilitée par la Russie. Certains sont mêmes allés jusqu'à décrire cette démonstration de force, comme étant celle des missiles Sayyad des batteries de Khordad-15 que les vols militaires iraniens, déposés à Hmeimim auraient récemment livré à l'armée syrienne. Samedi, les agences ont fait état de la formation d'une nouvelle base russe à Homs, soit cette province que les Américains occupent depuis plus de 4 ans  et qu'ils s'en servent à l'effet de soutenir les frappes aériennes israéliennes contre le territoire syrien mais encore contre les positions des alliés de l'armée syrienne, la Résistance. Selon des informations la base d'une superficie de 37 km2 se trouve à Palmyre à deux heures de route d'al Tanf, ce camp d'entrainement de terroriste que détiennent les USA. A ce rythme la Russie s’apprêtait donc à renforcer ses opérations aériennes à Homs, alors même que les Etats-Unis viennent d'effectuer une première frappe aérienne contre Abou Kamal sous prétexte d'avoir des comptes à régler avec la Résistance irakienne et qu'ils promettent de renouveler le geste dès que l'occasion s'en présentent. Or c'est de barrer la route à ce genre d'occasion qu'il s'agit et le coup est signé vraisemblablement Russie-Résistance.

Alors que des sources locales font état d'un renforcement des positions de la Résistance sur la rive est de l'Euphrate, justement à cette base bombardée le 26 février par une US Army qui a totalement raté sont objectifs, cinq des sept missiles tirés ayant été intercepté, une base rase non loin du triangle frontalier Syrie/Irak/Jordanie n'irait pas resté longtemps inactive. Tout ceci pour dire, que le marge de manœuvre aérienne de l'axe US/Israël se rétrécit comme une peau de chagrin déjà largement miné par une DCA renforcée. La Russie s'apprête-t-elle à contribuer à une vaste contre-offensive anti US, anti Israël en Syrie? Bien possible. Samedi, l'ambassadeur russe à Téhéran a remis la réponse du président Poutine à la missive ultra importante que le Leader de la Révolution iranienne lui avait adressé il y a 15 jours. Personne n'en connait le contenu mais on parie que le partenariat Résistance-Russie aux côtés de la Syrie n'y est que l'une des étapes évoquées. Signe des temps, entre délire et déception, les Israéliens commencent à voir le ciel du Golan, du Sud du Liban se fermer et leur mage de manœuvre de plus en plus réduite. Après le fiasco du 3 mars, l'entité revient à des méthodes trop terre à terre. Ce samedi, un haut commandant syrien et allié du Hezbollah a échappé à une tentative d'assassinat. 

Le général de brigade Talal al-Ali, officier supérieur de la Direction du renseignement militaire syrien (MID), a survécu à une tentative d'assassinat dans le gouvernorat sud d'al-Quneitra. Le convoi de l'officier a sauté sur un engin explosif improvisé alors qu'il passait sur une route entre les villages d'Um Aledam et de Rasm Shubat. Le général al-Ali est le directeur de la branche 220 du MID, également connue sous le nom de branche de première ligne. La branche est responsable des opérations de renseignement et de sécurité à al-Quneitra, dans le sud de Damas et dans l'ouest de Deraa.

Selon des sources locales, Brig. Le général al-Ali rentrait au quartier général de la Branche 220 dans la ville de Sasa, dans le sud de Damas, lorsque son convoi a été attaqué. Al-Ali aurait été en tournée dans la campagne d'al-Quneitra pour résoudre un certain nombre de problèmes de sécurité.

L'Agence de presse arabe syrienne n'a divulgué aucune information sur l'incident. L'agence gérée par l'État rend généralement compte des incidents de sécurité majeurs. Mais une chose est sûre : des raids aériens intenses Israël en est réduit désormais à des attentats à la bombe, attentats qu'il rate lamentablement. Pour la petite histoire, les druzes du Golan occupé ont repris depuis samedi les manifs anti Israël . A Quenitra, bastion de la Résistance près du Golan, la synergie est parfaite entre Russes et Hezbollah. Au Liban même on parle déjà d'une entrée en scène de la Russie pour résoudre la crise politique. 

Mots clés