Mar 24, 2021 15:52 UTC
  • Irak: des SCALP-EG

La Maison Blanche a déclaré dans un communiqué qu'elle reprendrait les pourparlers stratégiques avec le gouvernement irakien le mois prochain, et qu’elle discuterait du prolongement du déploiement des troupes américaines en Irak. Evidemment il n'a pas trop de choix : ...

A Mossoul où les forces des Hachd al-Chaabi ont déclenché ce mercredi matin l'une des opérations les plus vastes qui soit, depuis que les USA tentent de faire revivre Daech en ramenant des terroristes et par des centaines depuis la Syrie voisine avant que ces derniers ne se heurtent de plein fouet au rempart d'acier de la Résistance, une chose parfaitement inouïe vient de se passer : des sources proches de la Résiustance ont publié les restes d'un missile de croisière furtif de type Storm Shadow conçu pour "frapper l'ennemi dans son territoire profond jusqu'à près de 400 km voire même 560 km , quelle que soit la défense aérienne, grâce à sa furtivité qui le rend presque indétectable, y compris par les avions radars AWACS".

Des sources occidentales ont tenté aussitôt de masquer l'info et de remplacer les photos de ce superbe missile furtif de 1300 kg par des photos de drones. Mais le mal a été fait. SCALP-EG est une arme stratégique conventionnelle qui permet de frapper des cibles de grande importance, loin dans le dispositif adverse. Certes les British ont prétexté la lutte contre Daech à Mossoul pour faire l'usage de cette arme mais on sait effectivement que l'OTAN est sur le point de tester ce genre d'engin pour les employer contre la Résistance. Surtout que les Américains, de l'aveu même des sources militaires irakiennes, ont très clairement dit et affirmé que la coalition ne prendra par à aucune opération impliquant les Hachd et que les armes US ne devraient pas servir les Hachd. 

Le missile a une masse de 1 300 kg, un diamètre maximal de 1 m et une envergure de 3 m. Sa portée, officiellement de 250 km, est en fait supérieure à 300 km et proche de 400 km et permet un tir à distance de sécurité. Ce missile de type « tire et oublie » est programmé avant le lancement : une fois largué, sa cible ne peut pas être modifiée, et il ne peut être ni contrôlé ni autodétruit. Sa mission est préparée au sol, en définissant sa cible et les zones de défense adverse. Le missile suit une route de façon quasi-autonome, en vol à basse altitude en suivant le relief en utilisant le GPS et le recalage altimétrique.

Et c'est un tel engin qui a été abattu à Mossoul comme le confirment des photos mettant en scène les restes du missile. Mais avec quoi? Puisque Daech est un agent direct des Américains, ce ne pourrait qu'être la Résistance irakienne en possession d'une DCA capable de pulvériser un tel engin. Une DCA sophistiquée anti-furtif a-t-elle fait son entrée sur la scène irakienne. 

Pour la première fois depuis la tonitruante frappe aux 10 roquettes Arash-4 contre Aïn al-Asad le 16 février qui a coûté la vie entre autres à un officier US, la Résistance irakienne a publié il y 4 jours une rare photo de son arsenal. Le 20 mars, la Brigade Khyber a partagé des photos de certaines de ses roquettes, ce qui semble être une nouvelle mise en garde contre les forces américaines en Irak. Le groupe a revendiqué l'attaque à la roquette du 3 mars contre la base aérienne Aïn al-Asad, dans la province occidentale d'al-Anbar. L'officier américain tué, les Américains l'ont transformé en victime d'une «crise cardiaque».  Les photos publiées par la brigade Khyber montrent une roquette de 107 mm de fabrication iranienne, une roquette Grad 122 mm et un projectile plus gros du même calibre, qui devaient être une fusée Arash-4 de fabrication iranienne. Selon des sources irakiennes, la Brigade Khyber a utilisé plus de dix roquettes Arash-4 dans l'attaque contre la base aérienne d’Aïn al-Asad.

Mais ce ne serait sans doute pas les Arash 4 à l'origine de la destruction de Scalp british. Dans la foulée, l’administration américaine a annoncé qu'il reprendrait les «pourparlers stratégiques» avec le gouvernement irakien le mois prochain. « Nous sommes impatients de reprendre nos pourparlers stratégiques avec le gouvernement irakien en avril prochain. » Voilà ce qu’a indiqué un porte-parole de la Maison Blanche dans un communiqué ce mercredi matin. Une annonce qui intervient sur fond d'un accord militaire signé avec Amman le quel accord loue carrément le ciel la terre et les mers du Royaume aux USA ...en lieu et place de l'Irak !

Mots clés