Apr 08, 2021 09:19 UTC
  •  Israël/EAU unis contre le Hezbollah....

Israël et les Émirats arabes unis ont partagé Intel sur la cyberattaque du Hezbollah.

 

Dans le cadre de la coopération croissante entre Israël et les Émirats arabes unis, les deux parties ont partagé des renseignements et des informations liés aux cyberactivités du Hezbollah, a déclaré dimanche au journal israélien, Haaretz le chef de la cybersécurité des Émirats arabes unis.

«Il y a un bon partage d’informations entre nous - par exemple, la dernière attaque que le Hezbollah a mené », a déclaré le chef de la cybersécurité des Émirats arabes unis, Mohamed al-Koweïti, faisant référence à une cyberattaque du Mouvement de la Résistance islamique libanais, le Hezbollah,  qui a eu lieu en janvier. L'attaque, révélée par une société israélienne de cyberdéfense, a vu le Hezbollah utiliser des logiciels et des techniques liés aux pirates informatiques de l'État iranien pour pénétrer des serveurs aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Égypte, en Jordanie, au Liban, en Israël et dans les zones contrôlées par les Palestiniens », a dit le responsable émirati.

Lire plus: Axe de la cyber-Résistance: "2021, Annus sécuritas horibilis pour Israël" (Haaretz)

La société israélienne de cybersécurité ClearSky Cyber Security a révélé un nouveau rapport alléguant que le groupe de hackers, connu sous le nom de "Cèdres libanais", lié au Hezbollah, a piraté avec succès les serveurs et les bases de données de centaines d'entreprises à travers le monde.

 Le rapport, qui qualifie le Cèdre libanais d'APT (Advanced Persistent Threat), explique que le Hezbollah s'est principalement concentré sur les télécommunications et les FAI (Fournisseur d'accès à Internet).

 «Ce groupe a longtemps travaillé sous le radar avec succès, tout en prenant le contrôle de bases de données critiques et en piratant des informations précieuses», a expliqué Boaz Dolev, PDG de ClearSky Cyber Security.

Le rapport a trouvé 250 serveurs qui ont été piratés par le Cèdre libanais, les principales victimes étant les serveurs Oracle et Atlassian WEB. Israël, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Égypte, la Jordanie, le Liban et l'Autorité autonome palestinienne, faisaient partie des cibles qui ont été piratées.

Le responsable émirati a ensuite a déclaré que les Émirats arabes unis ont également été visés.

«Dans le cas du Cèdre libanais, le secteur privé émirati a été piraté.  Et puis grâce à notre coopération, ses conclusions ont été diffusées et nous avons trouvé des indications que cela s'est produit ici aussi. Nous avons beaucoup de collaborations en matière de renseignement de sécurité avec notre partenaire israélien, ce qui nous permet d'échanger des informations dans différents domaines », a-t-il ajouté.

Lire aussi: La cyberattaque contre la compagnie d’assurance sioniste « Shirbit »

L'événement Cybertech Global à Dubaï a pris fin mercredi après trois jours de travail.

Pour le rappel, l'accord entre Israël et les Émirats arabes unis avait été dévoilé à la mi-août. Suivi quelques jours plus tard, le 31 août, par un vol direct utilisant l'espace aérien saoudien, symbolisant la normalisation des relations entre les deux parties.

La cérémonie de signature de l’accord de normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis a eu lieu le 15 septembre à Washington en présence de l’ex-président américain Donald Trump.

   

 

 

 

 

 

Mots clés