Apr 14, 2021 11:02 UTC
  • Guerre froide Israël/Iran: le vainqueur? 

À la suite du fiasco américain visant à arrêter les exportations de pétrole et le commerce international de l’Iran, le régime israélien et les services de renseignement de certains pays, soutenus par des éléments anti-iraniens opérant à l’intérieur du pays, ont lancé une nouvelle guerre de renseignement et de sécurité contre l’Iran.

Le directeur général des études sur la sécurité nationale du régime sioniste a mis en garde le Premier ministre israélien contre toute action provocatrice anti-Iran sur les fronts navals.

La guerre de la sécurité de renseignement a déjà eu lieu pendant la guerre froide américano-soviétique, le début de la Révolution islamique et les événements des années 1980 (attentats à la bombe au Sistan-et-Baloutchistan, sédition de 2009) en Iran et les premières années de la guerre syrienne, etc.

L’Iran a refusé de retirer ses forces de Syrie, et les efforts du régime israélien pour chasser l’Iran de la Syrie ont été pratiquement infructueux. Cette question a atteint son apogée au cours des deux dernières années après l'échec du plan visant à empêcher l'exportation de pétrole iranien et à réduire les ventes de pétrole iranien à zéro. Cette affaire a atteint son comble, lorsque l’Iran a dépêché ses pétroliers vers Venezuela. Cela a conduit une fois de plus à l'intensification d'une guerre de renseignement et de sécurité contre l'Iran, et la différence par rapport aux années précédentes est que les frappes militaires israéliennes coïncident avec cette guerre du renseignement.

 

Liste des actions d'Israël et de ses alliés après l'assassinat du général de corps de l’armée iranienne, Qassem Soleimani pour transformer la guerre militaire en guerre du renseignement:

1- Explosion dans le hall de montage de centrifugeuses de l'installation nucléaire de Natanz au nord de la province d'Ispahan le 2 juillet 2020.

2- Attaque du pétrolier iranien «Sabiti» dans la mer Rouge et à 60 miles du port de Djeddah le 10 octobre 2019.

3- Cyber-attaque contre le port de Shahid Rajaei à Bandar Abbas le 13 octobre 2020.

4- Assassinat du scientifique iranien, Mohsen Fakhrizadeh dans la région d'Absard, à l'est de la province de Téhéran, le 27 novembre 2020.

5- Attaque du pétrolier iranien «Shahr-e Kord» sur la côte syrienne le 11 mars 2021.

6- Assassinat raté de Rostam Qasemi, député économique de la Force Qods au Liban en mars 2021.

7- Attaque du navire Saviz en mer Rouge le 6 avril 2021.

8- Deuxième explosion du réseau électrique de la centrale nucléaire de Natanz le 11 avril 2021.

 

Les attaques présumées de l'Iran contre les intérêts israéliens sont également les suivantes:

1- Cyber-attaque contre la compagnie d'électricité des villes de la Palestine occupée de Tel-Aviv, Ashdod, Or Aqiva, Haïfa, Netanya, Rahofut le 30 octobre 2020.

2- Attaque du navire Helios Ray en mer d'Oman le 26 février 2021.

3- Attaque du porte-conteneurs Lori au nord de la mer d'Arabie le 25 mars 2021.

4- Attaque du navire Hyperion Ray près du port de Fujaïrah aux Emirats Arabes Unis le 13 avril 2021.

En ce qui concerne les statistiques fournies, il est à noter que ces informations comprennent des informations qui ont été rendues publiques, et évidemment de nombreuses autres opérations ont été menées par les parties qui n'ont pas été rendues publiques à ce jour, ou que les parties ont préféré ne pas s'en exprimer publiquement.

Compte tenu de la tendance de ces évolutions, il semble que dans les prochains jours, on assiste à une plus grande confrontation entre l'Iran et Israël dans le domaine de la sécurité maritime, cybernétique et surtout du renseignement. L'ampleur de cette guerre pourrait également être étendue à d'autres pays, en particulier à la Syrie, ce qui rend la confrontation entre l'Iran et Israël plus difficile. Malgré les difficultés et les contraintes politiques et économiques auxquelles l'Iran est confronté, ce pays ne restera pas les bras croisés face aux attaques et aux malveillances israéliennes et y fournira une riposte car le silence et l’inaction rendront l’ennemi plus cynique.

Mots clés