Apr 17, 2021 19:04 UTC
  • Ansarallah: Aramco ratatiné...

La semaine dernière, l’armée yéménite et les Comités populaires (Ansarallah) ont lancé plusieurs missiles et drones sur l’installation pétrolière d’Aramco en Arabie saoudite en réponse aux attaques de la coalition saoudienne.

Dans ce contexte, une source militaire saoudienne a confié au site d’information SaudiLeaks que le régime saoudien et la Grèce sont sur le point de signer prochainement un accord militaire pour protéger les installations pétrolières saoudiennes des attaques aériennes.

« Riyad et la Grèce sont sur le point de signer un accord militaire pour protéger les installations pétrolières saoudiennes », a déclaré une source militaire saoudienne à SaudiLeaks.

Elle a déclaré qu’une délégation militaire grecque se rendrait à Riyad cette semaine pour finaliser un accord imminent destiné à protéger les installations de Saudi Aramco.

La source a souligné que l’accord prévoirait le déploiement des forces grecques à l’intérieur des installations pétrolières saoudiennes, en plus du déploiement d’un système de missiles antiaériens Patriot.

La source a suggéré que la Grèce chercherait l’aide de l’expertise américaine et de l’équipement militaire présents en Arabie saoudite.

Le succès de l’opération des forces armées yéménites au fin fond du territoire saoudien, a provoqué non seulement la chute des actions d’Aramco, mais encore il a contraint Washington à avertir ses citoyens de se rendre en Arabie saoudite.

Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, les forces de Sanaa ont ciblé le géant pétrolier Aramco au plus profond du territoire saoudien. Mais vraiment, quel est le but de Sanaa et pourquoi il se concentre sur des frappes contre les installations de cette compagnie pétrolière ?

Le site d’information Al-Khabar Al-Yemeni s’est penché dans un article sur cette question pour écrire : « Lors de la dernière offensive des forces de Sanaa au fin fond du territoire saoudien, le général de brigade Yahya Saree, porte-parole des forces armées yéménites, a annoncé que l’installation d’Aramco à Jizan avait été la cible de sept missiles balistiques sur un total de 11 drones et missiles balistiques utilisés dans cette opération. »

Al-Khabar Al-Yemeni ajoute ensuite que « jusqu’à présent, des clips vidéo de Jizan montrent des incendies et des dommages importants dans l’installation, qui pourraient arrêter le travail à court terme. Les forces de Sanaa ont choisi pour cette mission un nouveau système de missiles, de type Sa’ir, en plus des drones pour désactiver le système de défense Patriot. Cela indique que d’importants dégâts ont été causés à la fois à l’installation d’Aramco et au système de défense Patriot, qui est incapable d’intercepter et de détruire les missiles et les drones yéménites ».

L’attaque contre Aramco lors de la dernière opération s’inscrit dans le prolongement d’une attaque antérieure que les forces de Sanaa avaient menée il y a quelques jours ; 17 drones et missiles balistiques ont été utilisés. L’opération, baptisée « le 30 Shaaban », s’est concentrée sur les installations d’Aramco à al-Jubail et à Djeddah, selon le porte-parole des forces armées yéménites.

Selon Sanaa, l’attaque contre Aramco est porteuse de nombreux messages dont le premier vient en réponse au blocus imposé par l’Arabie saoudite, à la saisie des navires de ravitaillement et à l’interdiction de leur entrée au port de Hudaydah pendant plus d’un an, sans parler de son refus de séparer le côté humanitaire du politique et du militaire et de son intransigeance continue à relier divers dossiers afin de réaliser des gains politiques après son échec militaire.

L’attaque contre Aramco à la lumière des indications que les forces de Sanaa sont entrées à Maarib, place l’Arabie saoudite devant une épreuve difficile, à savoir que Sanaa va faire exploser toutes les installations d’Aramco si les champs pétrolifères et les installations de Maarib sont bombardés.

 

 

Mots clés