Apr 18, 2021 09:39 UTC
  • Israël/Iran : le 1er clash ?

En pleine guerre navale Israël/Iran la Belgique annonce le déploiement d’une frégate dans le golfe Persique et ce dans le cadre de l’opération EMASOH lancée le 20 janvier 2020. Outre le détroit d'Hormuz, le périmètre de l'opération comprend la mer d'Oman, le golfe Persique et le golfe d'Oman.

L’opération EMASOH rassemble huit pays européens qui ont l’air tous vouloir défendre les agressions israéliennes contre l’Iran: l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France, la Grèce, l’Italie, les Pays-Bas, et le Portugal. Mais de quel type de frégate s’agit-il ? Il s’agit de la frégate Léopold I a quitté Den Helder le 18 février pour une mission d'escorte de deux mois du porte-avions Charles de Gaulle dans le cadre du groupe de grève des porte-avions français. Elle a embarqué un hélicoptère Alouette III pour un dernier déploiement opérationnel avant le retrait du giravion. Le navire doit rentrer à Zeebrugge à la mi-mai pour une courte escale avant de participer à un exercice international.

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé la prolongation de la mission de la coalition maritime européenne dans le golfe Persique et le détroit d'Hormuz.     

Evidemment l'Iran s’oppose à une telle présence et n’a cessé de réitérer à plusieurs reprises que la sécurité de la région ne peut être assurée que par une coopération entre des pays voisins. Ceci étant l’arrivée de cette frégate coïncide avec un regain de tension dans la région illustrée par des frappes au drone ces 4 derniers jours contre les USA et Israël en Irak.

Ce 18 avril coïncide avec la Journée nationale de l’Armée iranienne, journée marquée par un message bien significatif du Leader de la Révolution islamique et commandant en chef des forces armées iraniennes, l’honorable Ayatollah Khamenei. Le message s’adresse au commandant en chef de l’armée iranienne, le général de division, Abdolrahim Moussavi et  exhorte ce dernier « à se préparer pleinement aux opérations, à renforcer sa capacité et être pleinement prête autant que nécessaire ».

Parallèlement les commandants de l’armée iranienne se succèdent ces dernières heures pour appuyer ce message. C’est le cas du général Yousef Ghorbani, commandant de la division aéroportée de l'armée, qui a déclaré samedi que l’Iran disposait de la plus grande flotte aérienne du Moyen-Orient. Lors d'une conférence de presse à la veille du Journée de l'armée, il s’est exprimé en ces termes : « Aujourd'hui l'armée iranienne fabrique toutes les pièces de rechange pour ses hélicoptères et il est en mesure d’optimiser ses hélicoptères, ce qui est une procédure compliquée ».

Le général a également déclaré que l'Iran était capable d'optimiser les systèmes de vision nocturne. «Dans la conjoncture actuelle, nous avons mis à jour nos systèmes d'armes, et nous sommes également passés à la mise à niveau d'autres équipements», s’est-il réjoui. L’Iran, a-t-il réitéré, conjugue ses efforts pour moderniser ses systèmes d'armes.

Dans le même sens, le contre-amiral Hamzeh Ali Kaviani, commandant adjoint de la marine iranienne chargé de la coordination, a souligné un fait fort important,  les forces navales de l'armée iranienne et du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) ont formé une solide «chaîne de défense» du nord du golfe Persique au nord de l'océan Indien, prête à répondre à toute menace et tout acte d'agression contre le pays. «Nous sommes prêts à riposter à toute menace qui mettrait en péril les eaux et les intérêts de notre pays», a-t-il martelé en allusion aux flottes iraniennes en partance pour de nouvelles missions dont la 69e flotte de navires de guerre de la marine iranienne, comprenant le destroyer Sahand et le navire de guerre logistique de combat Bandar Abbas. Le destroyer Sahand est équipé d’armes sophistiquées et d’une technologie permettant d’éviter les radars. Il y a aussi la 70e flotte de la marine, comprenant le destroyer Sabalan et le navire de guerre logistique Lavan.

Ces dernières années, les forces navales iraniennes ont accru leur présence dans les eaux internationales pour sécuriser les routes navales et protéger les navires marchands et les pétroliers contre les pirates. Or Israël fait partie de ces pirates de mer. Une guerre se prépare en mer Rouge et dans le golfe d’Aden ? 

Mots clés