Apr 19, 2021 05:46 UTC
  • Nucléaire iranien: Israël pourra le détruire? 

L’ex-chef du renseignement militaire israélien dit que détruire l'industrie nucléaire iranienne n'est pas facile comme le cas irakien ou syrien.

L’ancien chef du renseignement militaire israélien qui a aidé à détruire le site nucléaire irakien et les centrales nucléaires syriennes dit qu' « il est beaucoup plus difficile d'arrêter l'Iran ».

Le général israélien Amos Yadlin a déclaré à CNBC que le programme de l’Iran était «beaucoup plus fortifié et dispersé», tandis que les programmes nucléaires de l’Irak et de la Syrie étaient concentrés en un seul endroit. Le programme nucléaire iranien concerne des dizaines de sites, dont beaucoup sont enfouis profondément sous les montagnes.

L'actuel chef de l'Institut israélien d'études sur la sécurité intérieure a explicitement reconnu l'implication du régime d’Israël dans l'attaque des installations nucléaires syrienne et irakienne, affirmant que « Saddam et Assad avaient été surpris mais que l’Iran attendait cette attaque depuis 20 ans. »

 « L’Iran s'attendait à une telle attaque contre l'installation de Natanz depuis 20 ans et avait donc fortifié ses installations »,  reconnaît le général Yadlin.

Lire aussi: La bombe "nucléaire" iranienne frappera Israël ?

Il a souligné : « En plus de cela, il n’est pas clair que les agences de renseignement connaissent tous les détails sur les emplacements du programme iranien. »

Il y a 40 ans, en juin 1981, huit F-16 israéliens ont décollé, survolé la mer Rouge, chevauché la frontière jordano-saoudienne et largué leurs bombes sur la centrale nucléaire irakienne à Osirak quelques jours avant qu’elle ne devienne chaude. Elle s'appelait Operation Opera et l'un des pilotes était le général Amos Yadlin.

En 2007, Yadlin, alors qu'il était à la tête du renseignement militaire de l'armée israélienne, a aidé à concevoir une deuxième opération, visant la centrale nucléaire secrète de la Syrie. L'opération Orchard a également été un succès - la cible a été complètement détruite.

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi, a annoncé dimanche matin 12 avril qu'un accident s'était produit dans une partie du réseau de distribution d'électricité du site nucléaire de Natanz, qui n’a eu heureusement aucune perte humaine ou pollution environnementale. L'Iran a promis de venger cette attaque. 

 

 

Mots clés