Apr 19, 2021 15:13 UTC
  • Irak : Armée de l'air US est morte !

Cette base aérienne US de Balad au nord de Bagdad qui a subi une salve de 6 roquettes "intelligente" dans la nuit de dimanche à lundi 19 avril, alors même que depuis le 13 avril, c'est l'enfer le plus total pour les troupes US basées en Irak,

prises entre les nuées de drones armés ou kamikazes qui sortent du néant et qui s'abattent sur des sites qu'elles croyaient les plus secrets et les mieux protégés du monde,  est la troisième rempart US à avoir cédé lamentablement. Comment? Après Harir attaqué le jeudi 14, puis Ain al- Asad, ciblée le 15, sans que les Patriot, les C-RAm et les Avenger sur place puissent lever le plus petit doigt, Balad subit lui aussi des missiles, sans broncher.  Mais elle a subi en plein état d'alerte !

Les six roquettes l'ont visé pendant la nuit cette base située à 64 km au nord de la capitale Bagdad, selon Saberein News, chaine de la Résistance et l'ont atteint en profondeur car les missiles se seraient abattus sur  un dortoir et une cantine de la société américaine Sallyport (American Sallyport Global Holdings), cette société de contracteur qui dit être en Irak pour le maintien des F-16 irakiens et qui refusent pourtant de les maintenir depuis plus d'un an puisque le Parlement irakien a demandé aux troupes terroristes de quitter l'Irak et de faire place nette. Cinq militaires américains auraient été blessés, et le chiffre est confirmé par la chaine de la Résistance.

Le raid contre Balad qui s'effectue à l'aide des roquettes et au terme de deux autres frappes, elles mobilisant des drones, ne peut prouver qu'une chose : la DCA US est aussi vulnérable face aux missiles de croisière que face aux roquettes de 107 et de 122 millimètres qu'emploie la Résistance. D'où cette sortie totalement symptomatique de  Wayne Marroto, porte parole de la coalition qui traite les "assaillants" de "terroristes" et appellent à une riposte non pas américaine mais bien "irakienne" à cette attaque : " Dans un acte abject, les assaillants terroristes ont pris d'assaut nos sites militaires, visé les hangars des F-16, mais les forces vaillantes irakiennes ne tarderaient pas à leur faire face ".

Pour ceux qui suivent de près les évolutions irakiennes depuis 2020, l'annonce de l'Américain est une pure aporie, dans la mesure où cela fait plus d'un an que les F-16 irakiens ne sont plus entretenus par les USA, et que l'aviation US refuse même de prendre part à des opérations anti Daech  où prendraient part les forces des Hachd al Chaabi. Il en est allé ainsi des opérations menées dimanche 18 avril à Diyala, à al-Anbar, à Bassora et à Kirkuk. C'est sans le soutien aérien que la bataille anti terroriste des irakiens se déroule à al-Sawajen dans la zone de Habhab de Diyala ou à Naftkhanez cette zone stratégique pétrolifère que l'Amérique convoite par Daechistes interposés. Alors pourquoi des F-16 cloués au sol et l'objet de frictions entre Bagdad et Washington reviennent -ils dans la rhétorique des militaires US?

La raison est simple : depuis l'opération du 13 avril à Harir où trois drones Ababil ont fait plus qu'un escadron de F-16, ces appareils américains ont perdu soudain toute utilité. Que l'Amérique entretienne les F-16 ou pas cela revient au même, le pays possède une armée de l'air "souveraine" qui pour ne pas compter dans ses rangs des avions sophistiqués n'en reste pas bien efficace. 

La colère de Marotto et son appel à l'adresse des forces de sécurité irakienne pour qu'elles "endiguent" les "terroristes" renvoient pour le reste à une double finalité : Il s'agit de faire remonter les irakiens les uns contre les autres maintenant que les Yankee sont sur le point de prendre les poudres d'escampettes. La petite nuance : l'Irak est le seul pays au monde où les troupes US venus par principe "protéger" la population, demandent à "être protégées". Une aporie de plus propre à un Empire finissant.  

 

Mots clés