May 08, 2021 18:32 UTC
  • Vienne bis: l'Iran casse les USA

Selon des responsables américains et iraniens, la Maison-Blanche a l’intention de réduire une partie importante des sanctions économiques contre Téhéran, a écrit un site Web américain.

« Les négociations avec l’Iran à Vienne sont centrées sur la portée et l’ampleur de l’allégement des sanctions », a déclaré un porte-parole du département d’État au Washington Free Beacon.

L’Iran pousse l’administration Biden à annuler presque toutes les sanctions appliquées par l’ancienne administration Trump, y compris celles qui visent le programme nucléaire du pays, les banques et le commerce du pétrole.

« Les États-Unis ne seraient prêts à lever les sanctions nécessaires à notre conformité au PGAC que si l’Iran est prêt à ramener son programme nucléaire à son statut du PGAC, y compris en ce qui concerne le niveau et l’ampleur de ses activités d’enrichissement d’uranium », a déclaré un porte-parole du Département d’État.

Le département d’État a déclaré au Washington Free Beacon que l’allégement des sanctions était en bonne place sur la table. « L’équipe continue d’explorer et de discuter des problèmes et des options concernant l’allégement des sanctions », a déclaré le porte-parole. Les deux parties, cependant, sont encore loin d’être accordées aux yeux de l’administration.

« Des progrès ont été réalisés, mais nous ne traînons pas les pieds ni n’accélérons les choses », a déclaré le responsable américain. « Les pourparlers se poursuivront à un rythme approprié pour aborder l’importance des questions en cours de négociation. »

Pressé de savoir quelles sanctions spécifiques les États-Unis seraient prêts à abandonner, le porte-parole a déclaré que la question restait ouverte : « La nature précise des mesures liées aux sanctions que les États-Unis devraient prendre pour atteindre cet objectif est un sujet pourparlers. »

Behnam Ben Taleblu, chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties, a déclaré qu’« en demandant plus et en révélant qu’il y a un potentiel pour en obtenir plus, les Iraniens signalent plusieurs choses ».

Les Iraniens sont aptes à utiliser « l’espace d’information contre les États-Unis », en divulguant stratégiquement les informations des pourparlers afin de créer une pression, a expliqué Taleblu.

L’Iran estime également que « compte tenu des signaux envoyés par l’équipe Biden selon lesquels il n’y a vraiment aucun appétit, aucun intérêt, aucune résolution pour un accord plus long et plus fort, ces déclarations semblent avoir un “aspect décoratif” que les responsables américains semblent faire sur le maintien des sanctions ».

« Puisque les Iraniens savent que l’équipe de Biden a des priorités de politique étrangère multiples et contradictoires, ils insistent sur leur position en essayant d’obtenir plus », a déclaré Taleblu.

La réunion de la Commission mixte du PGAC a repris hier (vendredi) à Vienne en présence des délégations de l’Iran et du groupe P4+1, et il a été décidé de commencer immédiatement des consultations d’experts et techniques et de travailler sur les avant-textes.

Jeudi, Mikhail Ulyanov, représentant de la Russie auprès des organisations internationales basées à Vienne, a déclaré que le quatrième tour de négociations de Vienne pourrait être le dernier tour.

 

 

Mots clés