May 09, 2021 18:42 UTC
  • Qods: lettre du Hamas au Leader

Dans une lettre adressée au Leader de la Révolution islamique, le président du bureau politique du Hamas a appelé le monde musulman à prendre une position ferme pour soutenir les habitants de Qods face aux crimes des occupants israéliens.

Ismaïl Haniyeh a rappelé dans sa lettre que les attaques et les agressions des sionistes visant les habitants de Qods se poursuivraient.

« Les sionistes continuent de judaïser Qods et de construire des colonies. Ils procèdent à la relocalisation forcée des Palestiniens dans le cadre d’un nettoyage ethnique et multiplient leurs attaques contre la porte de Damas et le quartier de Cheikh Jarrah. Ils répriment les fidèles qui se réunissent dans la mosquée d’al-Aqsa dont les portes sont généralement fermées aux Palestiniens qui veulent s’y rendre pour faire leur prière », a indiqué Ismaïl Haniyeh dans une partie de son message destiné à l’Ayatollah Khamenei. 

Affrontement entre Palestiniens et militaires sionistes à Qods. ©AFP

Le chef du bureau politique du Hamas a déclaré que les nouvelles agressions du régime israélien « dépassaient toutes les lignes rouges » et « blessaient les sentiments de l’Oummah islamique ».

« Ces agressions visent directement la ville de Qods, son histoire islamique et les droits légaux et légitimes de ses habitants et aussi la mosquée d’al-Aqsa et ceux qui la protègent ». 

Ismaïl Haniyeh a mis en garde contre les conséquences dangereuses de l’escalade de tension dans Qods et la mosquée d’al-Aqsa et a demandé à l’Ayatollah Khamenei de passer à l’acte pour prendre des mesures immédiates vis-à-vis des crimes des Israéliens. Il lui a également demandé de mobiliser les pays musulmans et arabes afin d’empêcher l’ennemi israélien de poursuivre ses crimes barbares contre la nation palestinienne, ses territoires et ses lieux sacrés à Qods occupée, notamment la mosquée d’al-Aqsa. 

« Les tentatives des occupants israéliens destinées à la relocalisation forcée de 28 familles palestiniennes dans le quartier de Cheikh Jarrah, les attaques visant les habitants du quartier de la porte de Damas et les agressions de nature provocatrice contre la mosquée d’al-Aqsa et la répression des fidèles sont des crimes aux impacts dangereux qu’il ne faut pas passer sous silence ». 

Ailleurs dans cette lettre, Ismaïl Haniyeh a souligné que l’Ummah islamique devrait se mobiliser et se réunir sur un front uni, car « c’est exactement ce qui était toujours à l’origine de la victoire à Qods ».

Le Leader de la Révolution islamique, l'Ayatollah Ali Khamenei. (Photo d'archives)

Pendant la semaine écoulée, les Palestiniens ont mené plusieurs opérations à travers la Cisjordanie contre l’armée et la police israéliennes.

Un soulèvement populaire en Cisjordanie et une lutte qui commence simultanément en Cisjordanie et à Gaza ; voici le plus important cauchemar d’Israël pendant les dernières années. 

La semaine dernière, une Palestinienne d’un âge certain a été grièvement blessée par une balle, tirée par un militaire israélien, qui l’a visée en pleine opération martyre en banlieue de Jénine.

À Za'atara, au sud de Naplouse, trois combattants palestiniens s’en sont pris à un poste de contrôle ultra-sécurisé de l’armée israélienne. Au bord d’un véhicule, les trois combattants palestiniens se sont approchés du poste de contrôle et ont ouvert le feu : un soldat israélien a été tué et deux autres ont été blessés. 

Paniqués par cette opération surprise, les dirigeants du régime ont ordonné à l’armée d’encercler la région par des centaines de forces de l’armée et d’effectifs de police pour identifier et arrêter les trois combattants palestiniens, mais après trois jours de fouille, ils ne sont arrivés qu’à en arrêter un.

Le tir d'une roquette depuis la bande de Gaza en direction des territoires occupés. ©AFP/Illustration

L’attaque palestinienne contre ce poste de contrôle à Za'atara, une ville qui a été « sécurisée » par 200 mètres de zones de contrôle et par plusieurs caméras de surveillance, blocs en béton et forces armées jusqu’aux dents, prouve que le régime israélien n’est et ne sera jamais à l’abri, nulle part dans les territoires palestiniens qu’il a occupés.  

Vendredi 7 mai, la troisième opération martyre, en une seule semaine, a eu lieu quand deux combattants palestiniens se sont infiltrés dans une base ultrasécurisée de l’armée israélienne en Cisjordanie avant de décharger leurs armes automatiques en direction d’un groupe de soldats israéliens. Aucun bilan n’a encore été annoncé à propos de morts et de blessés dans les rangs israéliens, mais les deux combattants palestiniens ont été tués en martyrs. 

Tous ces événements montrent que la grande promesse de la Résistance d’armer les habitants de la Cisjordanie est sur le point de concrétiser et que la Cisjordanie rejoindra bientôt la bande de Gaza dans une lutte acharnée et simultanée contre le régime occupant israélien.

 

Mots clés