May 15, 2021 13:26 UTC
  • Gaz : Israël perd Ashkelon ....

Ce n’est pas de bon augure : Tamar fermé, Ashkelon sous la frappe balistique et de drone, Ashdod broyé par les drones Shahab... et les pipelines d’Eilat sens dessus dessous par les engins palestiniens.

Et ce géant gazier à naître qui à laide des pétrodollars émiratis voulaient dominer la Méditerranéenne orientale et de là, l’Europe, et ce, au détriment des Russes, où il en est actuellement ? Certes les Égyptiens qui se démènent en ce moment pour sauver la peau d’Israël en allant d’offre de trêve à offre de trêve, devraient bien rire dans leur barbe, eux qui par un sale coup US/Israël ont perdu l’usage du canal de Suez pour une semaine au grand bonheur de l’entité sioniste. Et puis cette normalisation avec Riyad et Abou Dhabi visait à contourner le canal de Suez, à paralyser à jamais l’Égypte et partant son armée tout comme cette histoire du barrage de Renaissance visant à assécher le côté égyptien du Nil... Mais la Résistance palestinienne en a décidé autrement. 

 Selon le site web de la chaîne d’information arabophone iranienne, al-Alam, les propriétaires de pétroliers demandent de changer de port pour les livraisons de pétrole israélien. Au moins deux propriétaires de pétroliers livrant du pétrole brut à Israël ont demandé à se détourner d’Ashkelon vers le port de Haïfa en raison des combats, ont indiqué vendredi des sources maritimes.

Le mardi 11 mai, une zone industrielle près d’Ashkelon a été touchée par des missiles en provenance de Gaza endommageant un réservoir de stockage appartenant à la société israélienne Petroleum & Infrastructures Ltd qui gère un réseau de pipelines de carburant.

Israël a deux raffineries. L’un est géré par Paz Oil près d’Ashkelon avec une capacité de 100 000 barils par jour (b/j) et l’autre par Bazan Group près de Haïfa avec une capacité de près de 200 000 b/j. Les sources ont déclaré que les pétroliers qui ont demandé de changer de port transportaient du pétrole de la mer Noire.

Israël ferme le champ de gaz de Tamar, par crainte d’éventuelles frappes de missiles de la Résistance

À la suite des frappes de missiles du Hamas, la compagnie pétrolière Chevron a déclaré mercredi qu’elle avait fermé une plateforme gazière au large des côtes israéliennes sous les instructions du ministère israélien de l’Énergie.

Le quotidien israélien Yediot Aharonot a rapporté que le ministre de l’Énergie Yuval Steinitz a rendu public le mardi 11 mai un ordre de fermer la plateforme dans le champ de Tamar « après des consultations minutieuses avec des responsables de la sécurité et des experts du secteur de l’énergie ».

Un incendie massif s’est déclaré mardi le long des oléoducs reliant Ashkelon et Eilat après avoir été touché par un missile tiré depuis la bande de Gaza, selon la chaîne de télévision israélienne Kan. Tamar est un champ de gaz naturel situé dans la mer Méditerranée, à environ 90 kilomètres (56 miles) à l’ouest de Haïfa. Il pompe environ 10 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le géant israélien de l’énergie Delek Drilling a annoncé le lundi 26 avril 2021 qu’il avait signé un protocole d’accord pour vendre l’intégralité de sa participation dans le champ gazier offshore israélien Tamar à Mubadala Petroleum, propriété du gouvernement d’Abou Dhabi. Pour le rappel, un missile, parti de Syrie, est tombé dans la nuit de mercredi 20 à jeudi 21 avril non loin de la centrale nucléaire israélienne de Dimona, dans le désert du Néguev.

Cette semaine, des groupes de Résistance palestiniens ont lancé des dizaines de missiles et roquettes sur Israël en réponse aux attaques israéliennes répétées contre Qods et la bande de Gaza qui ont tué 120 personnes - dont 11 femmes et 27 enfants - et en ont blessé 600 autres.

Chevron arrête et dépressurise la plateforme de gaz naturel Tamar

Le géant américain de l’énergie Chevron a annoncé le mercredi 12 mai qu’il arrêtait ses activités sur la plateforme offshore Tamar à la demande d’Israël, alors que le Hamas a déclaré avoir pris pour cible le gisement de gaz naturel dans le cadre des combats entre Israël et la Résistance palestinienne à Gaza. « Conformément aux instructions reçues du ministère de l’Énergie, nous avons fermé et dépressurisé la plateforme Tamar », a déclaré une porte-parole de Chevron dans des commentaires envoyés par courrier électronique à S&P Global Platts.

La plateforme Tamar est située plus près de Gaza que Léviathan, dont la plateforme est plus au nord au large d’Israël, à proximité du port de Haïfa. Chevron exploite Tamar avec une participation de 25 %. Le gaz est produit par cinq puits de production plus au large et s’écoule à travers deux pipelines de 140 km vers l’installation de traitement primaire et principale sur la plateforme Tamar où la majeure partie du traitement du gaz a lieu. Le gaz est ensuite transmis de la plateforme par un pipeline à un terminal onshore à Ashdod, et vers le marché israélien via le gazoduc national INGL.

Cela intervient alors que les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont déclaré le mercredi 12 mai avoir pris pour cible une plateforme gazière sioniste au large de Gaza.

Mots clés