May 20, 2021 18:46 UTC

Au milieu de ces plus de 4500 missiles et roquettes qui se sont déjà abattus sur Israël, lesquels ont poussé plus de 6 millions de colons à s’enfermer depuis 11 jours sous terre, le Premier ministre du régime sioniste s’est payé luxe de plaisanter :

 en présence du ministre des Affaires étrangères allemand, le sioniste Heiko Mass, il a pointé de doigt l’Iran pour avoir lancé « un drone piégé sur la colonie de Beit Shean près des frontières avec la Jordanie, et ce, » depuis la Syrie et l’Irak", drone que le Dôme de fer israélien aurait intercepté !

Au fait, depuis le 10 mai date à laquelle le mythe d’Israël de sa puissance supposée de son importance géostratégique de sa pérennité s’est écroulé, et ce, sous les coups des milliers de missiles et de roquettes de technologie iranienne, c’est la première fois qu’un officiel sioniste et en l’occurrence Netanyahu ose se rappeler d’Iran bien que l’ombre du CGRI, de sa doctrine, de ses tactiques de combat de ses alliances de ses planifications n’a quitté un seul instant ces jours-ci.

Un F-7 iranien. (Photo d'archives)

L’entité. Évidemment que ce drone est de technologie iranienne comme l’a été le missile syrien frôlant Dimona, ou ces centaines de missiles palestiniens Qassem qui s’abattent sur terre, sur mer des territoires occupés au rythme desquels vit depuis 11 jours l’entité. Après tout, deux attaques contre Natanz, 11 assassinats de scientifique nucléaire 13 cas de piratages de cargos et pétroliers une attaque contre Saviz navire militaire iranien en mer Rouge tout ceci présente un casier bien plus lourd pour que les infrastructures les ports les aéroports israéliens n’aient pas à en payer la facture.

Mais Netanyahu a osé parler et placer la guerre anti sioniste à son épicentre alors qu’il la sait totalement perdue, c’est qu’il y a quelque chose encore plus grave que la capitulation d’Israël face à la Résistance. Il y a désormais le risque de sa disparition. Car ce drone iranien que Netanyahu dit avoir été lancé depuis la Syrie ou l’Irak l’a été depuis la Jordanie, allié arabe d’Israël depuis 40 ans ! Cette Jordanie dont les jeunes tentent régulièrement au péril de leur vie et exactement comme les jeunes libanais de traverser les murs pour venir porter secours à la Cisjordanie. Mais il y a eu plus qu’un drone iranien ce 19 mai près des frontières avec la Jordanie.

Dans la nuit de 18 à 19 mai un vaste incendie s’est déclaré dans une base militaire israélienne près de la vallée du Jourdain, un incendie à l’image de celui qui s’est produit à Tomer, usine de fabrication de moteur de Dôme de fer... et ce n’était pas un drone iranien en cause, mais visiblement ces Jordaniens laissant éclater des décennies de haine antisioniste. Sans la Jordanie puis sans l’Égypte Israël a-t-il réellement une quelconque chance de survie ?

La nouvelle intervient alors que le Premier ministre israélien a réitéré ses propos anti-iraniens lors d’une réunion avec le ministre allemand des Affaires étrangères Haiku Moss. 

Cité par Times of Israel, le Premier ministre israélien affirme qu’un drone abattu dans le ciel de la ville de Beit Shean il y a quelques jours appartenait à l’Iran et était chargé d’explosifs, estimant qu’il venait depuis la Syrie ou d’Irak vers la Palestine occupée.

Les revendications du Premier ministre du régime sioniste ont été faites en même temps que les attaques à la roquette des groupes de résistance contre les cibles à l’intérieur des territoires occupés.

Mots clés