May 27, 2021 08:04 UTC
  • Gaza: Le pire est devant Israël

Outre le fait que la Résistance palestinienne a démontré sa puissance militaire en tirant plus de 4000 missiles et roquettes sur les territoires occupés pendant la guerre de 11 jours avec Israël, la récente guerre a envoyé un message clair aux dirigeants du régime sioniste et à ses alliés : « Si le régime israélien procède à attaquer l'un des membres de l'axe de la Résistance, ll se retrouverait confronté à l'ensemble des composantes de l'axe de la Résistance ».

« La pluie de missiles et de roquettes lancées depuis le Liban et la Syrie en direction d’Israël lors de la récentes bataille sans précédent entre le régime sioniste et la Résistance palestinienne  dans la bande de Gaza était le résultat de la coordination par excellence entre les factions palestiniennes et la Résistance libanaise » a révélé le 26 mai Yahya al-Sinwar, commandant du Hamas à Gaza.

Sinwar, qui aurait figuré sur la «liste des victimes» d’Israël lors de la dernière bataille, a fait ses remarques lors d’une conférence de presse publique à Gaza.

«Le tir de salve de missiles et de roquettes depuis le Liban et la Syrie, ainsi que les frappes aux drones étaient tous le fruit d'efforts coordonnés entre la résistance à Gaza et celle au Liban», a déclaré al-Sinwar aux journalistes.

La bataille de Gaza a éclaté le 10 mai, lorsque des factions palestiniennes ont tiré un barrage de missiles et de roquettes  depuis Gaza vers les territoires occupés en réponse aux projets israéliens visant à  expulser un certain nombre des habitants du quartier Cheikh Jarrah dans la ville de Qods et attaquer contre la mosquée al-Aqsa. Au cours de la bataille, un certain nombre de roquettes ont été tirées depuis le Liban et la Syrie sur Israël.

Suite à l’escalade des tensions entre la Résistance palestinienne et le régime sioniste, le 19 mai les factions palestiniennes qui se trouvent au sud du Liban exprimant leur solidarité avec leurs frères dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et dans les territoires occupés en 1948 ont tiré quatre roquettes Grad BM-21 depuis Tyr vers Haïfa et Acre dans le nord de la Palestine occupée. Le Dôme de fer n’a intercepté qu’une seule roquette. Deux roquettes sont tombées dans la mer, tandis que la troisième a atterri dans une zone inhabitée.

En outre, le 13 mai, trois roquettes ont été tirées depuis la région de Qlaileh, près de la ville côtière de Tyr au sud de  Liban sur Israël. Toutes les roquettes sont tombées au large des côtes d’Israël. Le 17 mai, six autres roquettes ont été tirées vers Israël.

Le 14 mai, trois roquettes ont été tirées depuis la Syrie, tandis que deux d'entre elles ont touché les hauteurs du Golan occupées par Israël et sont tombées dans des endroits inhabités.

De plus, le 18 mai, l'armée israélienne a abattu un drone non identifié près de la frontière avec la Jordanie. Plus tard, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prétendu que le drone avait été lancé par les forces iraniennes en Syrie ou en Irak.

Alors que le Hamas bénéficie du soutien militaire de l'Iran et de ses alliés régionaux, les remarques d'al-Sinwar démontrent un tout nouveau niveau de coordination entre les membres de l’axe de la Résistance.

Les remarques d'al-Sinwar sont susceptibles de soulever des inquiétudes à Tel Aviv qui doit se préparer à une éventuelle guerre multi-fronts avec l'Axe de la Résistance. Un jour plus tôt  le secrétaire général du Hezbollah, Seyed Hassan Nasrallah avait menacé Israël d'une guerre régionale si Israël continuait ses provocations à la noble ville de Qods.

 

Mots clés