May 28, 2021 09:25 UTC
  • Israël

Israël a mis fin à la guerre à Gaza avec des réalisations tactiques impressionnantes mais dans une position de grande infériorité stratégique. Le résultat rappelle les réalisations quantitatives de l'Amérique dans la guerre du Vietnam ainsi que la défaite stratégique de cette dernière.

Après 11 jours de combats, a pris fin la quatrième guerre entre Israël et la Résistance palestinienne, depuis que le « Mouvement de la Résistance islamique de la Palestine » a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007. La guerre s'est terminée sans victoire nette. L'impression, cependant, est que ce conflit différait complètement des combats précédents en termes de langage et de modes de pensée contrastés jusque-là du Hamas et d'Israël, reflétant une grande disparité conceptuelle.

Alors que la pensée d’Israël pendant les combats a montré une logique tactico-quantitative, la pensée du Hamas était stratégique-qualitative. Cela était clairement évident dans les discours en interne en Israël, des disocurs se concentrant sur les réalisations quantitatives de la campagne telles que le nombre de cibles attaquées, la quantité de roquettes lancées ou détruites, le nombre de tunnels pulvérisés, le nombre de bâtiments à plusieurs étages nivelés, etc. au. De ce point de vue, la nature de la campagne était basée principalement sur des frappes aériennes et l'idélogie israélienne était centrée sur l'espoir d'atteindre le plus d'objectifs possible en attaquant des «cibles».

Or, non seulement la logique tactico-quantitative du Hamas a empêché Israël d'atteindre un résultat militaire clair et incontestable, mais le Mouvement a eu recours aussi à une logique complètement différente, se basant sur des objectifs stratégiques systémiques. Et c'est ainsi que le Hamas a eu plus de succès que prévu. Il a non seulement lancé la campagne en tirant des missiles et des roquettes sur la capitale israélienne le jour férié de Qods, surprenant ainsi les décideurs politiques et militaires israéliens, mais il a également pu créer des effets d'entraînement de la guerre au-delà des frontières de Gaza.

Les troubles en Cisjordanie faisaient partie des effets les plus importants de la guerre à Gaza.

Pour la première fois, le Hamas a sapé une approche israélienne clé, visant à creuser un fossé entre les populations palestiniennes de Cisjordanie et de la bande de Gaza.

De plus, le Hamas a mené sa campagne dans une large perspective régionale et internationale. Contrairement aux rounds précédents, où le «blocus» de Gaza était placé au centre des combats et de ses objectifs, dans celui-ci, le Hamas a fait de Qods son centre d'intérêt symbolique. Le Hamas a ainsi pris la tête du camp régional de «Résistance».

Dans cette dernière campagne, le Hamas a fixé l'ordre du jour. Le conflit à Gaza n'était plus un «round de combats» local avec Israël mais un aspect, voire une pierre angulaire, d'une confrontation beaucoup plus large entre deux écoles régionales.

La première action a consisté à affaiblir l'école économico-pragmatique basée sur les accords d'Abraham et le Deal du siècle; la seconde à renforcer l'école de Résistance ».

Et la campagne de Gaza a remis en question l’école pragmatique grâce à trois facteurs:

- Un changement au sein de l'administration américaine;

- La faiblesse du système politique israélien et en particulier de Netanyahu, perçu comme jouant un rôle stratégique clé de dissuasion,

- L'évaluation faite par le «camp de Résistance» de la faiblesse de l'Occident (y compris Israël) au milieu de désarrois internes pour la gestion de la COVID-19.

La récente guerre de Gaza a changé l'équation du conflit palestinien. Plutôt qu'un simple autre round tactique entre les deux parties, la dernière confrontation à Gaza a été un affrontement stratégique entre deux façons de voir le monde.

Mais il semble que l'écart de langage entre l'approche tactique-quantitative d'Israël et l'approche stratégique-qualitative du Hamas reflétait la difficulté d'Israël à comprendre la nature et la signification unique de ce dernier conflit de Gaza par rapport à ses prédécesseurs, et à apprécier aussi comme il se doit le contexte plus large dans lequel il a été mené ce conflit.

Au lieu de cela, Israël a utilisé la même logique militaire opérationnelle qu'il avait employée lors des cycles précédents, considérant la guerre comme un autre de ses affrontements chroniques avec les Palestiniens de Gaza. En conséquence, il a terminé l’opération dans une position de grande infériorité stratégique - si grande qu’elle rappelle les réalisations quantitatives de l’Amérique dans la guerre du Vietnam (1959-1975).

Le Hamas a pu se faire un acteur stratégique important au-delà de l'arène palestinienne. Il a réussi à saper le paradigme économico-pragmatique du Deal du siècle et à donner aux groupes de Résistance de la région de bonnes raisons pour continuer à affronter Israël.

Mais cette défaite stratégique a également eu un aspect cyber moins évoqué ces derniers jours, cyber aspect qui semble servir à constituer une banque de cibles pour la Résistance.

Cyber- attaque contre Israël

Une société de sécurité a rapporté les détails d'une cyber-attaque contre Israël où trois documents sensibles du régime ont fait l’objet d’un piratage informatique, a-t-on appris d’un rapport de la société de cyber-sécurité, Sentinel One.

"Un groupe opérant probablement depuis l'Iran attaque des cibles israéliennes depuis plus d'un an avec les variantes d'essuie-glace Apostle et Deadwood, masquant les intrusions comme des attaques de ransomware pour semer la confusion en Israël", selon SentinelOne.

La société de sécurité, qui n'a pas précisé quelles cibles en Israël ont été attaquées, dit que les incidents ont eu lieu cette année et que la dernière, avec la fonctionnalité d'essuie-glace a été utilisée seulement dans certaines des attaques.

"Le groupe que SentinelOne a surnommé Agrius, semble avoir des liens avec des acteurs iraniens connus", indique le rapport de recherche.

« Une analyse de ce qui à première vue semblait être une attaque de ransomware a révélé de nouvelles variantes d'essuie-glaces qui ont été déployées dans une série d'attaques destructrices contre des cibles israéliennes », explique Amitai Ben Sushan Ehrlich, chercheur en renseignements sur les menaces chez SentinelOne. « Les opérateurs derrière les attaques ont intentionnellement masqué leur activité sous la forme d'attaques de ransomwares ».

Liens avec l'Iran?

Les chercheurs de SentinelOne n'ont pas découvert de lien direct avec l'Iran pour la série d'attaques contre des cibles israéliennes. Les opérateurs Agrius ont téléchargé trois des variantes du shell Web sur VirusTotal à partir d'ordinateurs. "Et, pour quelques attaques lancées sans utiliser de VPN pour masquer la source, SentinelOne a pu déterminer qu'elles provenaient de serveurs résolus vers des domaines iraniens", ajoutent-ils.

La société prétend que les pirates iraniens, en raison de leur grande capacité à utiliser ses réseaux VPN, ont réussi à organiser ces attaques.

« On peut conclure que la plupart des cyber-attaques récentes visant des centres vitaux israéliens sont en quelque sorte liées aux pirates iraniens. Cela peut même être décrit comme l'une des stratégies de combat hautement coordonnées de l'Iran », conclut la société dans son rapport.

 

Mots clés