Jun 13, 2021 17:39 UTC
  • Iran: Pékin en mode

Que la Chine, détentrice de J-20 et d’autres avions de combat performants décide soudain à lancer un exercice nocturne balistique, alors même qu’elle a à plus d’une reprise dissuadé l’aviation US dans le détroit de Taïwan,

et fait fuir les navires US agresseurs en mer de Chine, cela montre que le concept A2/AD chinois tend à se focaliser désormais sur les missiles. Certains observateurs y voient le résultat d’une synthèse faite à l’issue de la tonitruante bataille balistique de mai entre Israël et la Résistance. Au fait, les missiles palestiniens ont fait échec au F-35 Adir et il y a là toute une leçon à tirer. C’est comme cette loi anti-sanction que Pékin vient de voter par l’Assemblée interposée et qui rend comme le Parlement iranien sa monnaie à la pièce US. Avec une économie comme celle de la Chine c’est risible de voir G7, qui totalise des milliards de dollars de dette vouloir agir contre la Route de la soie par une contre-initiative.

Lors d’un exercice balistique nocturne, l’armée chinoise a tiré des missiles DF-26 surnommés « tueur de porte-avions ». Ce type de missile est capable de détruire des cibles terrestres et maritimes. À cet égard, l’arsenal balistique de la Chine a incité l’armée américaine à envisager de sérieuses stratégies de contre-attaque.

Le colonel Jiang Feng, commandant adjoint des forces balistiques de l’armée chinoise, a déclaré que ses forces avaient mené des exercices nocturnes lors desquels plusieurs cibles ont été détruites avec succès par les missiles DF-26.

Les missiles DF-26 sont des missiles balistiques mobiles d’une portée de 4000 km qui permettent à la Chine de viser Guam, un territoire insulaire américain dans l’océan Pacifique. Cette génération de missiles a été dévoilée pour la première fois lors d’un défilé militaire en 2015, puis livrée à l’armée chinoise en 2016.

Dans sa dernière évaluation des projets militaires de la Chine, le Pentagone a reconnu que la nouvelle arme chinoise était capable de mener des frappes de précision contre des cibles au sol avec des ogives conventionnelles et nucléaires, ainsi que des attaques conventionnelles contre des cibles navales.

Grâce aux missiles de longue portée à la disposition de l’armée chinoise, la mer de Chine méridionale est entièrement sous le contrôle de l’Armée populaire de libération de Chine, et tout mouvement des porte-avions américains dans la région est surveillé.

Réagissant à l’exercice, la marine américaine l’a minimisé et a déclaré qu’elle n’avait pas peur des capacités militaires de la Chine.

Le récent exercice militaire de l’armée chinoise intervient alors que le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine a approuvé jeudi 10 june 2021 la loi contre les sanctions étrangères.

Ces dernières années, les États-Unis et leurs alliés européens ont imposé des sanctions à des responsables chinois sous divers prétextes. Ces sanctions sont notamment liées aux droits de l’Homme et leur objectif est de soutenir les séparatistes de Hong Kong et de Taïwan.

Le gouvernement américain a récemment placé 28 entreprises chinoises sur sa liste noire en prétendant que ces entreprises avaient des liens avec l’armée chinoise, ce qui interdit aux entreprises américaines d’établir des liens commerciaux avec elles.

La Chine a pris des mesures non seulement militaires, mais aussi économiques et politiques qui ont naturellement suscité des inquiétudes parmi les responsables américains, notamment l’accord stratégique de 25 ans entre l’Iran et la Chine. La Chine est bien consciente de l’importance d’avoir des relations amicales avec un pays comme l’Iran qui a prouvé ses capacités économiques, politiques et militaires.

 

 

Mots clés