Jun 23, 2021 05:15 UTC
  • Le missile choc d\'Ansarallah (illustration)
    Le missile choc d\'Ansarallah (illustration)

Décidément, ce Yémen où les marines ont débarqué en provenance de la Somalie, un certain décembre 2020, croyant pouvoir envahir impunément Mahra, Socotra, Mion, Aden...

Décidément, ce Yémen où les marines ont débarqué en provenance de la Somalie, un certain décembre 2020, croyant pouvoir envahir impunément Mahra, Socotra, Mion, Aden... rien que pour dominer le détroit de Bab el-Mandeb  puis la mer Rouge et ayant dans la foulée un droit de vue incontestable sur l'océan Indien et  Maktan avec évidemment cette obsession anti Chine qui les poursuit partout, n'est pas une proie facile. Et c'est le moins qu'on puisse dire! Après avoir poussé la "première armée du monde" à mettre une croix sur son secteur de défense aérienne et ce à l'aide d'un millier de raid aux missiles balistiques tactiques ou aux drones contre les sites énergétiques les plus vitaux de l'Arabie, y compris ceux qui abritent comme Raas Tanoura ou Djeddah et Yanbu des milliers d'Américains et de Britanniques, la Résistance yéménite s'est depuis 48 heures mise à s'en prendre directement aux Américains.

Où? A Maarib...la province stratégique est sur le point de tomber entre les mains d'Ansarallah qui se focalise sur sa partie occidentale, autour du principal barrage de cette ville pétrolifère et avance inexorablement aussi dans le nord ouest, les vrais faux pourparlers de paix d'Oman ayant comme attendu échoué.En effet, suivant une très subtile stratégie de conquête qui présente des similitudes à celle employée par la Résistance palestinienne à Gaza, Ansarallah a dans un premier temps réduit la puissance aérienne adversaire et ce, en lançant des centaines de frappes aux missiles et au drones Qassef K2 contre les deux principales bases aériennes du sud saoudien d'où partaient des centaines de vols militaires pour cibler Maarib. Ces attaques se sont faites évidemment en parallèle à des avancées sur le terrain, à un vaste travail de renseignement destiné à convaincre les tribus de se tourner le dos à Riyad et tout ceci fait que Maarib est devenu un cauchemar pour l'axe US/GB. Il y a dix jours le MAE britannique s'est rendu à Riyad alors même que le chef du Pentagone s'est entretenu en personne avec Ben Salmane, l'objectif des deux parties étant de faire comprendre à Ansarallah que désormais c'est à eux qu'il a affaire.

Or ce qui se voulait une mise en garde, voire une intimidation est sur le point de virer à un cauchemar. Depuis lundi,  un missile inconnu sol-air a surgi dans le ciel de Maarib et il a pour mission d'intercepter et de détruire les drones US. Un deuxième ScanEagle a ainsi vient d'être abattu ce mardi matin, dans l'ouest de Maarib. Lundi, le porte-parole des forces armées yéménites, le général de brigade Yahya Saree, a annoncé l'abattage d'un drone-espion américain du modèle « Scan Eagle » sur le front de Sirwah dans la province de Maarib.

Scan Eagle est un petit drone de reconnaissance construit par la société Boeing qui a un rayon d'action d'environ 100 km et une endurance de 20 heures. Il est souvent utilisé par l'armée américaine et certains pays alliés depuis 2005 pour localiser des cibles. La valeur du drone fabriqué aux États-Unis par le Groupe Incito s’évalue à 11,25 millions de dollars. Aucune preuve n'existe qui plaide en faveur d'une vente de ce type de drone à Ryad, ce qui fait penser que l'appareil sert les troupes US et britanniques directement. 

Scan Eagle est aussi le célèbre drone qui était engagé dans des activités d'espionnage dans les eaux méridionales de l’Iran le 5 décembre 2012, lorsqu'il a été capturé et abattu par l'Unité de guerre électronique du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Ce drone a ensuite fait l'objet d'une rétro-ingénierie par les ingénieurs iraniens et a été produit et mis en service sous le nom de « Sayeh » ou Yasser. 

"Or ce qui frappe est avant tout, cette vidéo publiée par les Houthis qui relève d'une très claire revendication. C'est à la fois une revendication militaire mais aussi un défi lancé à l'encontre de la toute puissance militaire US. C'est important comme message aussi à l'adresse de la Russie et de la Chine que de savoir que c'est Ansarallah qui a éliminé de la course Patriot, puis THAAD et qui a de quoi pour mettre au pas la technologie aussi complexe que celle d'un Scan Eagle. Au fait, les Houthis soulignent là leur domination absolue sur le ciel de la mer Rouge après avoir prouvé leurs capacités dans les eaux de la région. Depuis le début de l’année 2021, Ansarallah a abattu pas moins de 7 drones de type turc et chinois, Karayel et CH-4V et même un Wing Loong. Mais là il s'agissait des appareils saoudien de conception sino-turque. Depuis 24 heures, Ansarallah tire sur l'US Air Force et il tire merveilleusement. Le casus belli US/GB trouve sa riposte.

Sur la vidéo qu'a publiée la Résistance de l'interception et de la destruction du premier ScanEagle il y a un détail choc qui a dû à l'heure qu'il avoir bien terrorisé les stratèges militaires US. En effet, "ce Scan Eagle qui espionne Sirwah est abattu en pleine mission d'espionnage, ce qui n'est pas une première depuis le début de la guerre. Inouï est au contraire le "trajet" de ce missile intercepteur. Au contraire des missiles sol-air classique, ce dernier s'approche de la cible d'en haut soit au dessus de la trace de fumée que laisse échapper le moteur du drone. C'est inouïe puisque le concepteur US a à dessin placé le moteur du drone dans la partie supérieur pour que les missiles intercepteurs ne puissent pas l'atteindre. Et puis une seconde remarque, là aussi de taille, ce n'est pas le missile lui même qui percute Scan Eagle mais un censeur qui s'active et provoque l'explosion. Ce double exploit, Ansarallah l'a fait à deux reprise et en l'espace de quelques heures à peine. Les Décidément, la guerre du Yémen est sur le point de changer de fond en comble les concepts les mieux vendus de l'industrie militaire occidentale : le secteur de Défense aérienne en a été définitivement affectée,  Ansarallah a mis le cap sur le secteur de drone, soit la furtivité. 

Mais quel est le type de ce missile? On l'ignore sauf que le CGRI iranien a fait sortir juste à l'issu de la guerre Israël/Gaza, un kit composé d'un méga drone baptisé Gaza et équipée de 13 missiles plus une DCA appelée " 9 Day" aux vertus inconnus. « 9 Day » est  une variante de Khordad-3 alias tueur de Global Hawk et sa mission consiste à faire face à des cibles à basse altitude et à grande vitesse, dont des missiles de croisière, des drones, des hélicoptères et des avions habités qui voyagent à des altitudes proches du sol. Le dispositif est capable de frapper des cibles à basse altitude avec un rayon d'environ 20 km de longueur et 10 à 5 km d'altitude à n'importe quelle vitesse. Or ScanEagle a une altitude de vol de 7000 km. ...

 

Mots clés